Dans la chaleur de la nuit
Le mal est toujours puni
Les "Unités Kojiki", sortes d'armures intégrales de combat dotées d'une intelligence propre bien qu'instinctive, ont été découvertes alors qu'elles avaient été perdues par l'entreprise pharmaceutique qui les a créé, la Yomotsu Corporation. Cette dernière dépécha de nombreux agents dans l'espoir de les retrouver mais leurs nouveaux porteurs, se surnommant les "Tokusatsu", étaient devenus des justiciers masqués protégeant la ville de la menace Kaijin, des créatures monstrueuses aussi bien nées des malversations génétiques hasardeuses de la Yomotsu qu'à une singularité de la ville : l'énergie Fuzen.
lire le contexte

Partagez | 
 

 w a k a b a ❧ J'ai 10 Pocky et tu en prends 4, combien il en reste? 10, plus un cadavre et un casier judiciaire.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar


 
Murakumo Kaenguma
Yomotsu Corporation

Messages : 925
Age du perso : 42 ans.
Voir le profil de l'utilisateur
Yomotsu Corporation
MessageSujet: w a k a b a ❧ J'ai 10 Pocky et tu en prends 4, combien il en reste? 10, plus un cadavre et un casier judiciaire.   Mer 29 Avr - 14:34


Sado Wakaba

B-bonjour, je m'appelle Wakaba mais on me surnomme aussi "Chubbiko" (de l'anglais chubby, soit "la grosse"... mouais) et mon identité Tokusatsu est Nikuhime, étant la porteuse de Kanayama-hime. J'ai 26 ans (mais je ne els fais pas trop parait...) car je suis née le 12/04/1995 à Okuse et je suis japonaise. Il m'arrive parfois de faire quelque chose de ma vie et si je ne suis pas en train de regarder du sumo à la télévision, je suis agent corporatiste. Si vous voulez tout savoir je suis de classe moyenne et vous pouvez aussi savoir que je suis demisexuelle et célibataire depuis 26 ans. On me dit souvent que je ressemble à Yonebayashi Saiko de Tokyo Ghoul:re. Je suis dans le groupe de Yomotsu Corporation.

comment peut-on me reconnaître ?

Caractère « Si tu cherches encore cette personne qui changera ta vie, regarde-toi dans le miroir », c'est ce que je me dis tout le temps parce que personne ne peut t'aider à part toi. C'est pas du positivisme, c'est de la survie. Globalement, je suis pas vraiment positive, en effet;  les gens m'évitent souvent pour ça et moi je pense que je suis comme ça parce qu'ils m'évitent. C'est un peu confus. L'énergie me manque souvent pour sociabiliser, à moins que ce ne soit plutôt du à ma timidité, encore que je ne le suis pas réellement. Ça aussi c'est compliqué, mais je ne suis pas vraiment sûre d'être la bonne personne pour vous parler de moi... c'est gênant de parler de soi, et on est jamais objectif...

J'aimerai bien avoir plein d'amis, sortir, m'amuser avec eux et avoir une vie bien remplie et enrichissante. Au lieu de ça, je préfère rester en retrait parce que ça me semble moins difficile. Je ne sais pas si j'aime les gens ou si je les déteste; je n'ai jamais donné le meilleur de moi-même à quelqu'un et l'image que j'ai des autres est biaisée, je sais bien. Je ne suis pas spécialement méchante, au contraire on dit de moi que je suis une vraie pâte et que je ne ferai pas de mal à une mouche. Je vois pas pourquoi je ferai du mal à quelqu'un en même temps... je suis loyale envers les gens qui me portent de l'attention même si cela a tendance à vraiment me mettre mal à l'aise : je suis une souris grise, une tête dans la foule et je préfère rester dans la masse. La masse c'est bien, c'est rassurant quelque part. J'aime bien les choses cadrées, planifiées et au contraire j'ai du mal à faire avec l'imprévu parce que je suis indécise de nature. J'aime bien le calme et les gens qui parlent forts ou se font remarquer me font peur. Le clou qui ressort appelle le coup de marteau comme on dit. J'aime les choses stables qui me donnent un sentiment de confort.

J'ai une manière un peu particulière de voir les gens, de les classer mais c'est surement parce que je suis complexée : les gens que je trouve beaux m'intimident et je suis incapable de communiquer avec eux. J'ai tendance à fuir ces gens-là, à directement avoir des préjugés sur eux.... genre ils vont se moquer de moi ou me juger, ils sont trop beaux pour que je reste à côté d'eux. Ça me stresse réellement, je vous jure. Je pleure vite, mais je me calme tout aussi brusquement et j'ai parfois de brusques changements d'humeurs : un coup ça va, puis ça ne va plus. Un coup je me met en retrait puis je me met en colère. Je ne contrôle rien de ça, je souffre de cyclothymie. En général je retiens ce que je ressens, ce qui me fait souffrir jusqu'à ce que la pression soit trop forte et que la cocotte explose, comme on dit. Il arrive que j'explose en face de quelqu'un et c'est extrêmement gênant, au point qu'en général je n'arrive pas à composer avec la suite et que je prenne mes jambes à mon cou. Je ne dis pas que je suis farouche avec les autres, c'est juste que je n'arrive pas à supporter le sentiment de honte; celui-là même que je ressens continuellement : j'ai honte de moi, de ce que j'ai fais, de mon choix de vie. J'ai honte de qui je suis, de qui ai été et de qui je serai, surement. Être gros est une honte et une souffrance et je ne m'étonne pas que personne ne me regarde. Cela dit en même temps je n'ai jamais ressenti d'attachement pour personne depuis... toujours, je crois. Je me sens indigne des autres.

Oui, je manque de confiance en moi, je n'ai aucune estime de moi-même et je pense être incapable de faire quelque chose de porteur, d'important ou simplement qui puisse aider les autres. Parfois je suis capable de prendre mon courage à deux mains et de faire des trucs que je pensais ne jamais être capable de faire, mais c'est sur le moment. D'un autre côté, les autres fois, je suis simplement trop lâche pour agir. Ne m'en voulez pas... c'est difficile d'aller vers les autres, je trouve. J'aimerai vraiment être quelqu'un d'autre... une fille plus intelligente, plus remarquable, plus mince... moins moi. Mais c'est comme ça. Je suis complexée par mon corps, et surtout par mon surpoids avec lequel je dois vivre depuis mon enfance. Je ne sais pas trop si je suis en excès de poids parce que je suis boulimique, ou si je suis boulimique à cause de mon excès de poids. Plus je stresse, plus je mange, plus je mange, plus je grossis et plus je grossis, plus je stresse; c'est un cercle vicieux. C'est une façon de surmonter mes émotions difficiles et d’avoir l’impression de maîtriser ma vie. J'ai cela dit conscience que c'est pathologique et j'aimerai bien y faire quelque chose mais je ne suis pas sûre d'y arriver. A cause de mon physique - je suis persuadée être obèse alors que j'ai juste un très fort embonpoint mais pas au point d'être obèse - je pense que personne ne s'intéressera jamais à moi et que mon corps repousse les autre. Je déteste mon corps, réellement : pas un seul de ses aspects ne me plait et j'aimerai pouvoir tout changer, si je le pouvais.

J'ai parfois du mal à faire mon travail, malgré le fait que je l'ai choisi en mon âme et conscience. Les scrupules, on va dire. Je sais bien qu'il faut des gens pour se débarrasser des Kaijins, pour mettre une raclée aux justiciers autoproclamés et pour sécuriser les habitants de la ville, mais je ne m'en sens pas capable. De plus j'ai une histoire familiale liée aux unités Kojiki puisque je suis la fille de Sado Genjirô, le porteur de l’unité Izamagi et que ma mère, Sado Kiwako, était la porteuse d'Izanami. Je ne l'ai jamais connue, d'ailleurs mais m'opposer à mon père dans la lutte entre les Tokusatsu et la corporation me met mal à l'aise. Pourtant je l'ai choisi. Mais ce n'est pas un choix facile à assumer tous les jours... et puis c'est moi, sur plus de deux cent soixante personnes, qui a le taux de synchronisation le plus haut avec l'unité Kanayama-hime qui rejette systématiquement et brutalement tout porteur. A vrai dire, il semble que je soie la seule porteuse compatible pour l'unité Neo M.O.T.H.E.R, donc je n'ai pas vraiment le choix, n'est-ce pas?

J'aime les choses sucrées, les gâteaux, les snacks. J'en ai toujours plein les poches je vous avouerai mais je fini les poches vides en fin de journée. Les choses mignonnes et le principe même du kawaii me font fondre et je ne résiste pas à tout ce qui ressemble de près ou de loin à un accessoire, une peluche, un charm en forme de chat, de chien ou de lapin. D'ailleurs, j'ai un Shiba Inu que j'ai appelé Pocky et qui me mène la vie dure mais qui est la prunelle de mes yeux. Du reste, j'aime manger malgré tout. Parfois je mange parce que c'est compulsif, mais souvent, je mange parce que j'adore ça. J'aime tout ce qu'on pourrait me servir, sans distinction, que ce soit de la cuisine japonaise, européenne ou autre... bon c'est vrai, je mange souvent pour pas cher, dans les ramen-shop ou les fast-food parce que ça va vite et que... je ne cuisine pas bien. Je ne sais rien faire de mes dix doigts...

Physique Je me trouve moche et grosse, avec de grosses cuisses, de toutes petites jambes et un ventre envahissant. Je suis pâle, sans tatouages, sans marques ou autre et ma peau n'est pas très saine mais ça passe encore : mixte quoi, entre le gras et le sec. J'ai les sourcils fins et de gros yeux avec beaucoup de cils et je n'aime pas le regard que ça me donne... pour le reste, un petit nez et une grande bouche avec de grosses lèvres qui me donne une tête de poisson. J'ai des seins énormes, je n'ai jamais su quoi en faire et je suis bien plus petite que la normale, mesurant un petit mètre quarante-et-un qui fait que parfois les gens se méprennent sur mon âge; on me prend principalement pour une lycéenne, mais j'ai presque la taille d'une collégienne plutôt; et pourtant, j'ai vingt-six ans, hein. Donc non, définitivement, je n'aime rien chez moi. Rien de rien.

Je n'ai jamais su m'habiller ou tout du moins mettre en valeur ce corps. Porter ce qui me plait... je ne sais pas vraiment ce qui me plait et je porte surtout des vêtements pratiques et couvrants, des tuniques, des robes longues avec des sweats à capuche, de longs pulls et des pantalons confortables. J'aime les robes et les petits trucs féminins, les barrettes, les accessoires kawaii mais je n'ose pas en porter de peur qu'on se moque de moi... j'adore les straps, les peluches, les charms et d'ailleurs j'en ai un paquet à mon portable. Les petites choses mignonnes me font craquer mais je n'assume pas vraiment. La plupart du temps, je me borne à porter des chemises (souvent mal ajustées à la poitrine) avec des gilets; rien de spécial, rien qui donne du style car je suis absolument passe-partout en fait. Je suis propre et sobre, mais sans fantaisie car je ne me le permet pas. Je suis obsédée par les motifs à damiers cependant, et je porte souvent des chemises avec, même si ça ne va pas avec le reste. Ma couleur préféré est le rose pastel et j'aime les vêtements avec des motifs de mascotte; des ours, des chats... J'aimerai surement m'habiller autrement mais d'un autre côté, je n'ose pas changer. C'est vraiment stupide mais je me sens aussi gênée que confortable avec ce que je porte.. De toute façon, rien ne me va alors bon... du moment que c’est assez large pour cacher ma silhouette.

Mes cheveux ne sont pas terribles et je n'arrive pas à les coiffer. Ils sont très épais et ne se laissent pas discipliner alors que je n'ai pas la motivation pour passer trois heures devant la glace. J'improvise donc le plus souvent des couettes ou des queues de cheval sans style avec les mèches toujours un peu en désordre. J'ai une frange qui retombe un peu mal sur mon front, cachant souvent mes yeux et un peu mon visage; ça ne me gêne pas tant que ça dans le fond et ça à l'avantage de me permettre de me cacher du regard des autres quand je n'en peux plus.

Quelque chose te différencie ? Je suis vairon, mais ce n'est pas de naissance. J'ai en effet un œil bleu et l'autre rouge. Je ne sais pas exactement d'où ça pourrait venir mais le changement de couleur a commencé à se manifester dès les premiers tests de compatibilité avec l'unité M.O.T.H.E.R, Kanayama-hime. Ça vient de là, c'est sûr, mais comment et pourquoi, je n'en ai aucune idée. J'ai également un magamata comme tous les porteurs d'unités Kojiki; le mien se trouve sur le milieu de mon dos, contre la colonne vertébrale.


Tu veux connaître mon histoire ?




The lonely girl is forever dreaming of something she can't reach and  churning, churning the insides of her flustered mind. "There's no problem", she mutters; has she lost her words? Another failure, another failure... If it ends in search of the mistakes, once again, she'll spin. "There's no problem", she mutters.  How can she possibly turn out fine when the hilly roads entice her and cause her to make mistakes?

Je fais parti de cette génération qui n'a pas connu l'Okuse florissant dont Tsuruhashi était le centre-ville; pour moi, ce sont juste des ruines empoisonnés. Ma mère y est morte, alors que je venais à peine de naître. Oui, je suis la fille des porteurs d'Izanagi et d'Izanami. L'incident de 1995 m'a arraché ma mère et a rendu mon père amer, me laissant être éduquée par ma grand-mère paternelle. Quand j'en parle, ça me semble si banal... oui bien sûr, je sais bien : les aliens, les armures Kojiki, tout ça... m'enfin je n'ai pas eu de mère, plein de gens sont comme moi. Papa était dur, souvent absent mais nous nous aimions plus que tout. J'ai compris en grandissant ce qu'il faisait, et pourquoi il le faisait. Mon père a été le premier héros de mon enfance, un justicier en armure blanche qui combattait le mal. Je l'aimai plus que n'importe qui d'autre, puisque je n'avais que lui. Mamie me traitait bien, et je crois que de souvenir elle ne m'a jamais rien refusé; c'est peut-être ça le problème. Elle disait souvent que lorsqu'on était triste, une douceur suffisait à éclairer l'humeur. Je finissais mes plats pour lui plaire, pour qu'elle m'aime encore plus. Peut-être le manque de ma mère me faisait agir ainsi : je voulais qu'on m'aime. Ça n'a jamais changé, même pas maintenant.

Papa combattait le mal avec Shô, son meilleur mi qui avait connu ma mère. Je l'aimais beaucoup, lui qui était toujours si gentil avec moi et qui m'a appris - a essayé de m'apprendre - à ne pas écouter les méchancetés des enfants de mon école. Parce qu'ils disaient que j'étais "un gros boudin", ou m’appelaient "Sado-buta", le cochon Sado. Peu importe quel sobriquet ils utilisaient, le problème restait le même : j'étais grosse, petite, mal fichue. Trop grosse pour eux, les joues rondes et les poches pleines de snacks que mamie me donnait. Et quand je venais pleurer dans ses jupes, c'était un goûter qui me réconfortait; mamie disait toujours que manger est un signe de bonne santé... maintenant que je suis une adulte cynique, je sais que les vieux nous mentent pour essayer de nous soulager, ou qu'ils n'ont pas la science infuse. Mais on les croit, quand on est enfant. On est encore innocent, mais ça ne dure pas. J'étais Sado-buta, pour ces enfants et surement leurs parents. Aujourd'hui je suis chubbiko pour les adultes, ce n'est guère mieux. Ils disent que c'est pour plaisanter, que c'est un surnom mignon... mais je sais qu'ils mentent; ça n'a rien de mignon, d'être comme je suis.

Mon père combattait les Kaijin, le crime, la Yomotsu. Il avait beaucoup d'ennemis et souvent je craignait pour sa vie et ne dormait pas de la nuit. Je vivais avec ma grand mère, qui ma foutu plein d'idées fausses sur la vie dans la tête; je sais bien dans le fond u'elle ne voulait que me protéger, qu'elle m'aimait mais... j'ai pris encore du poids, et à l'adolescence ça ne pardonne pas, alors j'ai été isolée du groupe, et victime d'ijime. On a jeté mes vêtements dans les toilettes, on m'a enfermée dans le gymnase; papa, mon héros, ne m'a jamais sauvé. Il avait plus grave sur les bras, je le savais... mais celui qui était mon héros ne m jamais sauvée. Papa n'était jamais là pour moi, en définitive, et c'était dur de le comprendre.

Shô est mort quand j'avais quinze ans, se suicidant pour que la Yomotsu ne mette pas la main sur les armures Kojiki qu'il avait volé avec papa. En fait, je l'aimais, vraiment beaucoup. Je l'aimais vraiment, comme les ados aiment pour la premières fois et je n'ai pas pu pardonner à mon père de ne pas l'avoir sauvé. Un fossé s'est creusé entre nous à partir de ce moment, un ravin qui n'a cessé de s'élargir. Des agents de la Yomotsu m'ont kidnappée, plus tard. Ils m'oint expliqué que mon père avait volé les unités-mères, qu'il avait entraîné ma mère et Shô... je n'ai su quoi penser. Il m'ont montré ce qui restait de ma mère.... c'est peut-être le choc de cette rencontre qui m'a décidé, ou alors j'ai simplement été manipulée : j'ai abandonné ma famille et rejoins le camp adverse à mon père, ceux des agents de la Yomitsu Corporation, parce que je voulais croire que les armures Kojiki ne doivent pas être utilisées par n'importe qui, et que mon père est un voleur et un terroriste.

Peut-être que j'avais tort, je n'en sais rien. L'armure kanayama-hime, clone de celle de ma mère, était faite pour moi : je suis la seule capable de s'harmoniser avec elle sans mourir alors j'ai imaginé que c'était un signe. J'ai eu mon magatama à seize ans, mon badge d'agent à vingt; ça n'a rien changé pour moi. Mes collègues me traient toujours de grosse, j'en étais persuadée et rien ne ferait revenir ni Shô, ni maman. Cependant je devais arrêter mon père et protéger les gens des Kaijin; pour ce faire, j'étais devenue Nikuhime, la porteuse de l'unité 26, j'avais trahi mon père et ma grand-mère et vendu mon âme à la Yomotsu. Nous nous sommes souvent affronté, papa et moi et ce n'est pas près d'être fini... surement que ça finira mal pour nous deux. Il ne faut pas être devin pour le savoir. Je n'aime pas me battre contre les justiciers, mais je n'ai pas le choix.

Chez moi, dans l'appartement où je vis seule depuis mes quinze ans, je n'ai pas grand chose à faire. Je n'ai personne à y inviter, peut-être parce que je suis trop timide, peut-être parce que personne ne voudra jamais de moi. J'ai vingt-six ans maintenant... et personne n'a jamais posé le regard sur moi autrement que comme agent corporatiste, Tokusatsu, voir sujet d’expérience.  J'essaye toujours de faire de mon mieux pour qu'on m'aime mais au final, je suis seule et je me console toujours de la même manière : comme mamie disait de le faire. Je me sens mieux l'estomac plein... enfin je l'ai cru mais l'angoisse du combat final avec Izanagi reste présent en moi, quoi que je fasse. papa et moi sommes ennemis et ne pourrons jamais nous pardonner nos fautes, je le sais. Je sais qu'il le sais.

Je voudrai seulement aider, seulement avoir des amis et quelqu'un qui vive avec moi dans mon appartenant. Je voudrai être comme tout le monde.


Qui se cache derrière l'écran ?

Prénom/pseudo : Melkin, #PapaBear.
Age : 32 ans.
Où as tu trouvé le forum ? Dans ma cervelle.
Comment le trouves-tu ? Parfait! #troll
Un dernier mot ? Non ?


crédit (c) Chaussette


A cat who has lost a leg is snickering this way : the young lady over there, let's play ! Yai, shall we play a prank ? Yai, shall we go play ? Let's dance, young lady !
The fear of what's inside of me ▵


Dernière édition par Sado Wakaba le Jeu 15 Oct - 15:34, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tokusatsu.forum-pro.fr/t365-kaenguma-the-beautiful-shadow-of-the-demons-frenzied-dance#4342 http://tokusatsu.forum-pro.fr/t367-kaenguma-fear-of-whats-inside-of-me-tell-me-can-a-heart-be-turned-to-stone#4377
avatar


 
Murakumo Kaenguma
Yomotsu Corporation

Messages : 925
Age du perso : 42 ans.
Voir le profil de l'utilisateur
Yomotsu Corporation
MessageSujet: Re: w a k a b a ❧ J'ai 10 Pocky et tu en prends 4, combien il en reste? 10, plus un cadavre et un casier judiciaire.   Dim 5 Juil - 12:02


autovalidation☆desu-desu !

Ô joie et bonheur, me voilà officiellement parmi nous ! On peut dire que maintenant je fais parti de la bande, alors je peux te la péter ! ♥

Cependant je n'oublie pas de faire recenser mon avatar et si je suis un Tokusatsu, de mettre mon armure et pseudo dans la liste pour que tout soit bien ordonné. Niveau journal de bord, je pense à faire ma fiche de relation qui comprend mes liens et ma liste de rps. Et si je cherche un ou plusieurs partenaires de jeu, je vais checker les demandes de rp ou en poster une ! Je n'oublie pas non plus de mettre le lien de ma fiche de prez' dans mon profil pour qu'on puisse la voir facilement !

Sinon, entre deux rps et recherches diverses je me propose de nous rejoindre à la cafétéria pour un max de flood et de délires !


A cat who has lost a leg is snickering this way : the young lady over there, let's play ! Yai, shall we play a prank ? Yai, shall we go play ? Let's dance, young lady !
The fear of what's inside of me ▵
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tokusatsu.forum-pro.fr/t365-kaenguma-the-beautiful-shadow-of-the-demons-frenzied-dance#4342 http://tokusatsu.forum-pro.fr/t367-kaenguma-fear-of-whats-inside-of-me-tell-me-can-a-heart-be-turned-to-stone#4377
 
w a k a b a ❧ J'ai 10 Pocky et tu en prends 4, combien il en reste? 10, plus un cadavre et un casier judiciaire.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Crys et devises
» Marche de Dol Amroth vers la capitale
» Equipement d'un 304, part 2 [Matt & Jordan]
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty
» Blog de Marc Bazin: Combien d'argent pour «sauver» Haïti ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tokusatsu!! :: Le Foyer :: Les Archives :: Archives de fiches-