Dans la chaleur de la nuit
Le mal est toujours puni
Les "Unités Kojiki", sortes d'armures intégrales de combat dotées d'une intelligence propre bien qu'instinctive, ont été découvertes alors qu'elles avaient été perdues par l'entreprise pharmaceutique qui les a créé, la Yomotsu Corporation. Cette dernière dépécha de nombreux agents dans l'espoir de les retrouver mais leurs nouveaux porteurs, se surnommant les "Tokusatsu", étaient devenus des justiciers masqués protégeant la ville de la menace Kaijin, des créatures monstrueuses aussi bien nées des malversations génétiques hasardeuses de la Yomotsu qu'à une singularité de la ville : l'énergie Fuzen.
lire le contexte

Partagez | 
 

 Kanda, l'homme qu'on prenait pour une femme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar


 
Invité
Invité


MessageSujet: Kanda, l'homme qu'on prenait pour une femme   Mar 16 Juin - 20:41


Yashirama Kanda

Bonjour, je m'appelle Kanda Yashirama, mais on me surnomme aussi Yashi. J'ai actuellement 30 ans, car je suis né le 21 mars 1991 à Okuse dans la région de Kantō au Japon, et je suis Japonais. Il m'arrive parfois de faire quelque chose de ma vie et si je ne suis pas entrain de lire et d'écrire, je suis professeur d'histoire au lycée Tottori. Si vous voulez tout savoir je suis très à l'aise financièrement et vu que je n'ai aucun secret pour vous, vous pouvez aussi savoir que je suis hétérosexuel et fiancé à Aizou, ma cousine. On me dit souvent que je ressemble à Watase Sanetoshi de Mawaru-Penguindrum Je suis dans le groupe des Civils.

comment on peut me reconnaître ?

Caractère Kanda est de nature calme, placide, toujours égale. Du moins en apparence. Il hausse rarement le ton, ne jure pas, et garde toujours un petit sourire en coin. Pourtant, cette apparence calme cache une grande sensibilité et émotivité qu'il dissimule par de la froideur et de la distance avec les autres. Enfant unique, il a toujours eu ce qu'il voulait, si bien qu'il est un peu capricieux sur les bords et n'aime pas qu'on lui refuse quoi que ce soit. D'ailleurs on lui refuse rarement quoi que ce soit et cela n'est pas pour réduire son égo. Car oui, Kanda a un égo surdimensionné. Il est beau et il le sait, il en joue même parfois, et cela lui a toujours servi dans la vie. Il n'est pas mauvais pour autant, ne voyant que son propre intérêt dans tout ce qu'il fait, s'occupant rarement de ce que les autres désirent ou non. La vie est suffisamment compliquée pour s'encombrer des états-d'âme des autres.

Son apparence lui a souvent joué des tours, il en a parfois jouer pour tourner les évènements à son avantage, mais au fond il en souffre un peu. Parfaitement hétérosexuel, aimant tout chez les femmes, il se sent vexé lorsqu'on le classe automatiquement comme homosexuel. Il déteste ce genre de classement et la norme en générale. C'est sans doute cette volonté de se battre pour ce qu'il est qui lui a valu l'estime et le soutien de son père. Malheureusement cela lui a posé également problème, puisque depuis une dizaine d'années il est fiancé à sa cousine, Aizou, qu'il déteste !

Kanda est bourré de tics et de tocs en tout genre ! Il ne peut pas rester les mains vides, toujours avec un stylo, un fruit qu'il lance en l'air, une gomme à jeter sur les élèves, un élastique entre les doigts, bref ses mains doivent toujours être occupées. Peut-être est-ce le signe d'une hyperactivité ? Toujours est-il que sans cela, il se sent nerveux. Il se passe souvent la main dans les cheveux pour repousser quelques mèches, même quand celles-ci sont parfaitement en place. Quand il est assis, il a toujours un pied qui tape nerveusement le sol, comme signe d'impatience, de nervosité, pourtant cela le calme. Et la liste est encore longue.

Kanda écrit. Il lit aussi beaucoup depuis son enfance et écrit des histoires mettant en scène des créatures imaginaires, dans des mondes imaginaires où des princes secourent des princesses en danger... ou est-ce le contraire, ça ne m'étonnerait pas. Car en fait, Kanda met la femme sur un piédestal, mais chut, il ne veut pas que les gens le sachent.

Physique Au premier regard quand on croise Kanda on pense avoir affaire à une femme, tant qu'il n'a pas ouvert la bouche. En effet, son visage, son attitude et ses gestes tout en finesse, le rendent androgyne. Son visage est fin, il a de grands yeux avec de grands cils, ses lèvres fines. Bref, le doute est permis. Cependant Kanda est bien un homme, avec tout ce qu'il faut là où il faut et les femmes qu'il a rencontré dans sa vie ne s'en portent pas plus mal. Il a de longs cheveux blonds comme les blés et des yeux verts comme l'émeraude. Il porte souvent du blanc, ou du moins des couleurs claires, par-dessus des t-shirts noirs ou gris foncé.

Il mesure 1.85m et pèse en moyenne une soixantaine de kilos. Il est donc mince, voire très mince puisqu'il ne pratique pas de sport. Il mange pourtant suffisamment mais son corps n'a pas de tendance à prendre du poids outre mesure. Il s'autorise parfois quelques extra, sans se poser de question, mais ne se gave jamais cependant.

Il n'a pas de bijou particulier, ni bague ni bracelet, juste une fine chaine en or autour du cou avec son prénom. Il a un petit manekineko tatouée sur l'omoplate droite, symbole de chance et de prospérité.

Quelque chose te différencie ? Le signe le plus évident qu'il le différencie des autres est son apparence androgyne, voire très féminine.

Tu veux connaître mon histoire ?

Kanda est né dans une famille aisée de gens de la finance. Son père est PDG d'une banque renommée d'Okuse, tandis que sa mère en était sa secrétaire. Enfant unique, le garçon obtint toujours ce qu'il voulait et il n'avait même pas besoin de faire de caprices, on lui donnait tout, et vraiment tout. Sa mère, trop heureuse d'avoir un fils, arrêta de travailler pour s'occuper de son ange, puisque de toute façon, son mari devait s'occuper de la banque et n'avait pas le temps d'être à la maison. Kanda grandit donc avec une notion erronée de la famille et de l'amour, si bien que cela lui posa toujours problème dans ses relations. Mais en grandissant il parvint tout de même à ouvrir les yeux sur certaines réalités.

Depuis sa plus tendre enfance, les gens qu'il croise le prennent pour une fille. Il est vrai qu'avec ses longs cheveux blonds et ses yeux de biche, le doute est permis. Eduqué par sa mère, il appris les arts et les manières les plus raffinés, comme la cérémonie du thé par exemple, même s'il comprit plus tard que ce n'était pas son rôle mais celui des femmes. Qu'importe, cela lui plaisait malgré tout. Il suit les évènements de la Yomotsu corp. à la télévision et entend toujours sa mère maudire les kaijins et les extraterrestres. Mais à l'époque, il ne comprend pas réellement ce que tout cela signifie. Il passe donc une enfance somme toute normale, se battant pour se faire reconnaître comme garçon, ou jouant de l’ambiguïté quand cela l'arrange.

Il va à l'école, puis au lycée et Kanda est un élève doué. Toujours parmi les meilleurs en tête de classe, son père nourrit de grands espoirs pour lui, mais Kanda, lui, n'a pas d'ambition particulière. Il veut écrire et un jour être publié. Depuis qu'il sait tenir un stylo et taper sur un clavier, il s'est découvert cette passion qui ne le quitte plus. Il a déjà à son actif une dizaine d'histoires inachevée qu'il s'est promis de terminer un jour. Pour l'heure, il décide d'enfreindre les ordres paternels et fait des études pour devenir professeur. Il se spécialise dans l'histoire, car aux vu des évènements, il souhaite que l'humanité et le Japon en particulier se souvienne de son histoire, de par quoi elle en est passé pour en arriver là.

Il a treize ans lorsque son oncle et sa tante ont un bébé, une petite fille du nom d'Aizou. Pendant quelques années, Kanda se sent l'âme d'un grand frère et passe beaucoup de temps avec le bébé, puis l'enfant. Mais rapidement le caractère d'Aizou se révèle et il s'avère que les deux enfants ne s'entendent pas, comme s'ils étaient en conflit sur tout, tout le temps. Comme s'ils cherchaient à être le meilleur avant l'autre. Kanda finit par s'éloigner un peu, mais garde toujours un oeil sur sa cousine malgré tout et ce regard n'échappe pas à son père, qui voit là le moyen de faire pression sur son fils pour qu'il lui obéisse enfin. Il a vingt ans quand son père lui annonce qu'il est fiancé. Kanda se montre alors sous un jour nouveau en haussant la voix, et en balançant des objets au sol. Mais sa colère ne fait que poindre car ce n'est rien à côté de ce qu'il ressent quand il apprend l'identité de sa fiancée : Aizou, sa cousine elle-même. Il négocie, il argumente, il trouve détestable qu'on le force à se fiancer, il trouve cela pire pour sa cousine qui n'a que 3 ans à l'époque et trouve cela même malsain. Mais sa famille refuse de l'écouter. Pour le moment ce n'est qu'un contrat moral entre les deux familles et Aizou n'est pas au courant. Kanda leur jure qu'il continuera à voir d'autres femmes jusqu'à la majorité d'Aizou et que si la jeune femme ne veut pas de lui, alors il ne la forcera pas, et que même, il ne se forcera pas à l'aimer. Son père ne voit rien à redire et le jeune homme reprend le court de sa vie, comme si de rien n'était. Et puis un jour, l'année passée en 2020, son paternel lui annonce qu'Aizou a été mise au courant et que le mariage sera célébré à la fin de sa deuxième année de lycée.

Kanda reste froid et distant, égale à lui-même depuis quelques années. Il décide même de ne plus adresser la parole à ses parents, déçu par leur comportement, en particulier de sa mère et sa tante qui n'ont pas levé le petit doigt pour protéger Aizou. Alors il fait comme si cela ne 'latteignait pas, comme s'il s'était résigné. Il fait tout pour qu'Aizou le déteste et faire croire qu'il la déteste en retour.

Mais est-ce vraiment le cas ?

Qui se cache derrière l'écran ?

Prénom/pseudo : Rebelz
Age : 29 ans
Où as tu trouvé le forum ? en suivant les miettes
Comment le trouves-tu ? j'adore l'ambiance et le contexte, j'accroche moins au design
Un dernier mot ? prout '_'

crédit (c) Chaussette
Revenir en haut Aller en bas
avatar


 
Murakumo Kaenguma
Yomotsu Corporation

Messages : 925
Age du perso : 42 ans.
Voir le profil de l'utilisateur
Yomotsu Corporation
MessageSujet: Re: Kanda, l'homme qu'on prenait pour une femme   Jeu 18 Juin - 9:42


Smile à la life, tu es validé !

Ô joie et bonheur, te voilà officiellement parmi nous ! On peut dire que maintenant tu fais parti de la bande, alors tu peux te la péter ! ♥

Cependant n'oublie pas de faire recenser ton avatar et si tu es un Tokusatsu, de mettre ton armure et pseudo dans la liste pour que tout soit bien ordonné. Niveau journal de bord, pense à faire ta fiche de relation qui comprend tes liens et ta liste de rps. Et si tu cherche un ou plusieurs partenaires de jeu, viens donc checker les demandes de rp ou en poster une ! N'oublie pas non plus de mettre le lien de ta fiche de prez' dans ton profil pour qu'on puisse la voir facilement !

Sinon, entre deux rps et recherches diverses je te propose de nous rejoindre à la cafétéria pour un max de flood et de délires !


A cat who has lost a leg is snickering this way : the young lady over there, let's play ! Yai, shall we play a prank ? Yai, shall we go play ? Let's dance, young lady !
The fear of what's inside of me ▵
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tokusatsu.forum-pro.fr/t365-kaenguma-the-beautiful-shadow-of-the-demons-frenzied-dance#4342 http://tokusatsu.forum-pro.fr/t367-kaenguma-fear-of-whats-inside-of-me-tell-me-can-a-heart-be-turned-to-stone#4377
 
Kanda, l'homme qu'on prenait pour une femme
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quêtes : L'homme est un loup pour l'homme et un porc pour la femme. {Godfrey et Edward}
» Milah ⊰ Quelle erreur pour une femme d'attendre que l'homme construise le monde qu'elle veut, au lieu de le créer elle-même. [Anaïs Nin]
» Eye of the Tiger... [ PV Aerandir ]
» Tête-à-tête forcé...
» histoires drôles sur les chiens

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tokusatsu!! :: Le Foyer :: Les Archives :: Archives de fiches-