Dans la chaleur de la nuit
Le mal est toujours puni
Les "Unités Kojiki", sortes d'armures intégrales de combat dotées d'une intelligence propre bien qu'instinctive, ont été découvertes alors qu'elles avaient été perdues par l'entreprise pharmaceutique qui les a créé, la Yomotsu Corporation. Cette dernière dépécha de nombreux agents dans l'espoir de les retrouver mais leurs nouveaux porteurs, se surnommant les "Tokusatsu", étaient devenus des justiciers masqués protégeant la ville de la menace Kaijin, des créatures monstrueuses aussi bien nées des malversations génétiques hasardeuses de la Yomotsu qu'à une singularité de la ville : l'énergie Fuzen.
lire le contexte

Partagez | 
 

 Jae-yeol △ the Decora boy.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar


 
Invité
Invité


MessageSujet: Jae-yeol △ the Decora boy.   Mar 23 Juin - 21:08


Jang Jae-yeol

Bonjour, je m'appelle Jae-yeol, mais on me surnomme aussi Yoru. J'ai actuellement 22 ans, car je suis né le 15/05/1999 à Séoul et je suis japonais d'origine sud-coréenne. Il m'arrive parfois de faire quelque chose de ma vie et si je ne suis pas en train de customiser à outrance ma bécane, je suis freeter et bōsōzoku, soit délinquant à moto mais je rêve de devenir Yakuza. Si vous voulez tout savoir je suis limite à la rue parce qu'atrocement dépensier et vu que je n'ai aucun secret pour vous, vous pouvez aussi savoir que je suis homosexuel et en pleine bromance avec un hétéro. On me dit souvent que je ressemble à Hagane Miku quand je me travestis et à Saitama de One Punch Man quand je suis casual mais c'est assez rare. Je suis dans le groupe des Civils.

comment peut-on me reconnaître ?

Caractère De tempérament explosif, Jae-yeol est une forte tête, colérique et très émotif dont les actions sont soudaines et les réactions impulsives. En réalité, c'est quelqu'un de difficile et de bien plus compliqué que la parodie de yankee qu'il s'entête à singer pour impressionner les autres. Profondément émotif, très sensible à ce que peuvent penser les autres, à l'opinion qu'on peut avoir de lui, c'est son côté explosif, souvent violent qui constitue l'élément le plus frappant de son caractère. Il est agressif, vulgaire et peu empathique, prenant ce qu'il veut quand il le désire sans chercher à réfléchir aux conséquences de ses actes et étant incapable de mettre des mots sur ses sentiments. On peut en effet dire que c'est quelqu'un de mauvais, sans parler de mauvais fond. Un complexe évident fait qu'il se sent obligé de s'en prendre aux autres pour se sentir important, vivant ou pour se protéger et s'en prend principalement aux personnes plus faibles que lui, et qu'il essaye d'éviter d'avoir des relations trop marquées avec les autres car il est en réalité prompt à devenir dépendant de ceux qu'il estime ou admire.

Complexée depuis petit par son apparence svelte et androgyne, le jeune homme a une idée bien arrêtée de la virilité et en parle souvent à tout va, glorifiant "le mâle" actif et dominant. Sa très forte masculinité entraîne d'ailleurs un manque évident de psychologie à l'égard des femmes, ce qui le fait souvent passer pour un misogyne. On ne peut pas dire qu'il le soit réellement puisque sa colère se tourne vers tout le monde, quelque soit leur sexe ou leur genre. De la violence gratuite pour tout le monde, un pied de nez au capitalisme selon lui. Il déteste également être ignoré ou négligé et se comporte souvent comme un sale gosse gâté. Son intelligence n'est ni profonde ni vraiment rapide mais qu'on ne s'y trompe pas: il ne pourrait se résumer que par une liste de défauts.

Car des qualités, le coréen en a également. Si ses principes de vie sont erronés, il voudrait croire à une morale personnelle exemplaire et déteste tout ce qui peut paraître comme des compromis, des combines. Son sens de l'amitié, difficile à obtenir, peut aller jusqu'au sacrifice quand il se sent en confiance et ses camarades de gang le connaissent comme un homme qui serait prêt à tout pour sauver un ami d'une situation périlleuse. Il est plutôt introverti dans le fond mais possède une grande honnêteté intellectuelle et est tout à fait capable de se donner à fond quand il croit en une chose ou un être. Cette forte volonté lui permet de ne pas se sentir lâche et d'avoir confiance en lui et il se juge et juge les autres à l'importance de leur activité, c'est pourquoi justement il a développé un complexe d'infériorité. Il a choisi de vivre pleinement, selon ses propres standards et en prenant comme ennemi le monde entier. Exclusif dans ses relations, il est possessif et se sent rapidement délaissé par les autres, ce qui peut le rendre particulièrement instable.

D'une nature impulsive et inconstante, le jeune homme n'a jamais cherché à aller plus loin que la simple satisfaction physique dans ses relations et c'est donc sans surprise qu'il fréquente très assidûment les telekura et les soaplands; il dépense presque tout son argent ainsi, quand il ne se ruine pas au pachinko. Mais là où le coréen dépense le plus d'argent, c'est bel et bien pour les vêtements, véritablement obsédé par le principe de l'habillement et surtout des excentriques modes japonaises qu'il a découvert à son arrivée dans le pays. Tous les looks streetwear japonais le fascinent, surtout les féminins : Gyaru, Yamanba, Lolita, Decora Girls... il cherche souvent à les imiter d'ailleurs, à sa manière. Il est lui-même un Black Decora Boy et cherche simplement à être le plus excentrique possible pour voir jusqu’à où il peut aller, fasciné par les paradoxes nippons. S'il se travestit, c'est uniquement parce qu'il aime les vêtements de femmes : Jang-yeol ne souffre d'aucun dysmophisme, d'aucun trouble identitaire; c'est juste un jeune homme superficiel qui aime par dessus tout les vêtements.

Sa sociabilité est versatile; Jae-yeol refuse avant tout de se sentir envahi et c'est pourquoi il peut paraître très froid. Il est aussi très susceptible, presque écorché et ne supporte pas la trahison et le mensonge: ne vous avisez jamais de tenter de lui mentir parce que s'il le sait, vous n'en ressortirez pas indemne car comme on peut aisément le deviner, le jeune homme a un tempérament violent et prompt à perdre les pédales. Il aime ceux qu'il pense comme lui: les exclus et les maltraités, les travestis, les homosexuels, les délinquants. Tous ceux qui ne rentrent pas dans les petites cases que sa véritable ennemie, la société, forge pour eux et dont ils ne veulent pas. Cependant c'est quelqu'un de très contradictoire, passant son temps à s'en prendre à plus faibles que soit en ne supportant pas que les gens différents soient maltraités. Il s'oppose à la société mais joue le jeu du cercle vicieux de la violence, se retrouvant parfois à hésiter entre le fait de défendre quelqu'un dont la faiblesse ou la marginalité l'aurait ému ou de le frapper à mort pour le plaisir ou quelques yens. Il aurait pu être quelqu'un de bien meilleur qu'il ne l'est, si son parcours de vie avait été différent...

Sans surprise, Jae-yeol a des addictions. Il fume, boit et bien qu'il ne se drogue nullement il souffre d'une forte dépendance aux sucres rapides, consommant en quantité pharaonique sofuto dorinku (sodas et energy drinks), comme s'il n'était déjà pas assez sur les nerfs. Il mélange son sake avec des boissons énergisantes, son whiskey avec du Hot Ginger Ale, ne jure que par la Ramune et le Dr. Pepper. Coca Cola, Suntory, Kirin, Ito En ou Asahi, peu lui importe. Il dévalise le plus souvent les distributeurs automatiques dans les rues, quitte à les vandaliser quand il n'a pas assez de monnaie sur lui. Le coréen ne boit jamais une goutte d'eau ni même de thé ou de café, qui le dégoûtent, et ne consomme que de l'alcool ou des soft drinks. Cette consommation irresponsable à pour effet de rendre Jae-yeol excessivement nerveux et agité et de lui donner régulièrement soif au point d'en devenir irritable.

Physique On peut éventuellement confondre Jae-yeol avec une femme, pourtant il est bel et bien un homme. Androgyne et filiforme, voir carrément maigre, le jeune homme est maladivement pâle et peu musculeux; son corps est presque fragile et peu se doutent de la force qui peut pourtant en sourdre. Il est plutôt grand pour un asiatique, mesurant un bon mètre soixante-dix-huit pour un poids cependant dérisoire, les bras et jambes très longs et grêles, anatomiquement un peu disproportionné. Longue perruque grise (il se rase la tête en dessous), attitude agressive et vulgaire, cigarette aux lèvres et travestissement, le jeune homme a toujours tout fait pour se donner mauvais genre et une image entre l'homme et la femme avec de très longs ongles très durs qu'il ne cesse de se casser en frappant tout ce qui passe; aussi ses ongles sont ils faux, comme on s'en doute. Sur le reste de ses goûts, c'est assez simple: Jae-yeol déteste la couleur; vraiment toutes les couleurs, aussi se vêt-il uniquement de noir pour cultiver un air qu'il espère "dangereux et raffiné" comme il dit lui-même. Ses préférences vont au cuir, au look gothic lolita ou gothic punk, aux colifichets en titane et aux lourdes bagues en acier. Il a cependant tendance à porter un simple pantalon très ample comme en portent les yankee avec des bottes paramilitaires et un gilet noir avec une cravate quand il désire être "confortable". S'il doit être plus formel, il aura tendance à porter le kimono - féminin, bien entendu, et noir, nécessairement.

Jae-yeol déteste la société japonaise qui rejette en bloc ceux qui ne conviennent pas à la norme, aussi a-t-il décidé de devenir à la fois un yankee et un travesti. Son intérêt pour le crossdressing est assez récent et il n'a jamais eu envie d'être une femme ou autre justification: il porte des vêtements de femme et se coiffe avec des couettes uniquement pour choquer les autres ou les repousser. Il a toujours eu la sensation d'être différent - ou de vouloir l'être - et d'être confusément rejeté par la société, aussi se travestir n'est qu'un hobbie qui lui permet aussi de s'en prendre aux gens qu'il croise. Le jeune homme pense également que porter des atours féminins le rendra futurement plus viril, suivant une vieille croyance japonaise fantaisiste.  Autrement, il n'a absolument rien de féminin dans son attitude, ne cherchez pas: il vous grognera qu'il "n'est pas une tarlouse" et que "vous ne comprendriez pas le glorieux chemin de la virilité".

Il n'est pas beau, ne l'a jamais été et le ne sera jamais; ses attitudes ne singent en rien ceux d'une femme, bien au contraire et il est bien trop maigre et dégingandé pour faire un travesti attirant, se maquillant comme une voiture volée et s'habillant finalement assez rarement complètement en femme: le coréen parodie, exagère et n'a rien de féminin dans ses attitudes, très loin de là. Son visage est extrêmement mobile et de ce fait c'est un véritable livre ouvert sur ses émotions qu'il n'a jamais cherché à camoufler. Il fait souvent d'improbables grimaces qui défigurent son visage qui pourrait être presque avenant si ses yeux bleus - il porte des lentilles - n'étaient pas aussi globuleux et si sa bouche ne se déformait pas tout le temps de manière exagérée. Comme un chien enragé, il parle fort et se montre généralement très agité, très nerveux, très impatient.

Quelque chose te différencie ? Tout? A vrai dire l'allure de Jae-yeol le distingue facilement dans une foule et c'est bien ce qu'il souhaite. Il est ce qu'on appelle couramment un "Decora Boy", un adepte de l'excessive mode Decora qui consiste à accumuler le plus d’accessoires possibles, en portant un grand nombre de barrettes, de colliers, de bracelets, et en superposant des paires de chaussettes. Il est un "Black Decora", mixant ce style avec des nuances trashs et punks.


Tu veux connaître mon histoire ?




What's hurting me? Why does it hurt? Oh, it hurts, the pain's so bad. Ah, I want to tell you how much it hurts, I want you to be the only one to know. Yes, I was the one who did it. Yes, I've wounded myself. It goes away naturally when I leave it be but this pain just keeps coming back. When I close my eyes, all I know are the things I can't see. It's unreasonable to the extreme. Someone must know my anguish...

Les rues colorées de Shirahama ont eu raison de Jae-yeol il y a quelques années, maintenant. Débarqué de Coréen du sud avec ses parents désirant devenir résidents permanents au Japon, sa famille s'installa à Okuse quand il n'avait que cinq ans, dans le quartier coréen de Jung-Gu où il fit ses classes et mena une vie d'enfant comme les autres, sans le moindre heurt. Restant parmi la communauté coréenne de la ville, il ne connut réellement le Japon qu'à l’adolescence, quand il osa sortir du quartier pour découvrir un peu le monde alentour. Ses parents étaient des ingénieurs informaticiens de grand talent et il ne manqua jamais de rien... pourtant sa curiosité le mena vers les grands quartiers d'Okuse : Shirahama et Shiodome. Là, tout jeune encore, il croisa dans les rues les looks les plus improbables, les plus excentriques qu'il avait jamais vu : élégantes Kuro lolita côtoyaient Decora Girls et autres Angura Decoras. Des gens en Kigurumi (pyjamas en forme d'animaux) se promenaient sans se soucier des regards, tenant la main de leurs amies toutes bardées d’accessoires et de dentelles; il fut littéralement fasciné, attiré plus que de raison par cette mode streetwear si étrange : il fallait qu'il en fasse parti.

C'est ainsi que Jang-yeol devint un Decora Boy, passant son argent de poche dans les vêtements coûteux, dans la surenchère d'accessoire, trouvant une image de lui qui lui plu, qui le séduisit; il était un Black Decora Boy, excentrique punk tout bardé de barrettes, cache-œil, cuir, dentelles et bracelets. Il se fit des amis Decora à Shirahama, sortant ensembles dans le quartier, allant ensembles au karaoké... eux ne se souciait pas qu'il était un natif coréen, eux ne faisaient pas de différence. Le jeune adolescent fut persuadé que le Decora prônait la tolérance et l'acceptation et à l'âge des premiers émois, aucun de ses amis ne sembla étonné qu'il se découvre préférant les garçons. Peut-être avec le recul voyaient-ils cela comme une simple décoration de plus... Jae-yeol était naïf, dépensier et n'avait aucune notion de l'argent. Ses amis vivaient chez leurs parents alors que lui-même, suite à une vive dispute entraînée par son coming-out, avait du quitter le lycée et vivre seul dans une pension à Jung-Gu. Son argent fut rapidement englouti dans ses dépenses vestimentaires et voyant qu'il peinait à entretenir son style, ses amis Decora l'abandonnèrent et il du quitter les rues colorées de Shirahama pour celles d'Iwatodai.

Se faire de l'argent sans avoir de diplôme n'était pas aisé mais Jae-yeol devint freeter, travaillant à temps partiel ou étant sous-employé là où il y avait de l'emploi. Malgré tout, il restait toujours sans le sou en fin de mois et ne mangeait largement pas à sa faim. Quelques affaires louches plus tard, un type tatoué lui proposa de migrer à Kasumigaseki et il le suivit, sans autre option. Là, l'homme lui dressa la liste des love hotel et autres lieux utiles du quartier et lui proposa de se prostituer pour lui contre rémunération. Il y avait beaucoup d'argent à la clef selon l'homme, un Matoi, et le coréen ne fit pas la fine bouche. Il passa de chambre de love hotels en soapland pour atterrir dans les sentô de la ville, sachant qu'il n'avait guère vraiment le choix. Le jeune homme préféra fermer les yeux sur ce qui se passait et se surprit à être bien moins touché par ce qu'on lui demandait de faire que ce qu'il avait pensé de prime abord. C'était même plutôt facile au final... de l'argent facile. C'était bien tout ce dont il avait besoin, lui qui refusait de plier l'échine et de tenter de retourner chez ses parents.

Jae-yeol se prostituait occasionnellement, recherchant un vrai travail pour gagner plus. Il travailla dans les ménages, dans les gargotes à ramens, dans les fast-food ou distribua le journal. Il fut vendeur de sandwich, éboueur, équipier au Mac Donald; parfois encore, il travaillait deux jours seulement au noir pour des gens du quartier, volant de petits boulots en petits boulots en vendant occasionnellement son corps quand la fin de mois était trop difficile... ou refaire sa garde-robe. Oui, un motif aussi futile que l'habillement suffisait au coréen pour se prostituer. Seulement visiblement cela faisait parti de son acceptation de son corps. Cela vous semble étrange? Pas pour lui, qui voit le respect autrement. Il n'est la pute de personne et vit sa vie libre comme l'air, comme quand il a décidé de rejoindre une petite bande de délinquants du quartier, les Rasetsu, qui customisaient à outrance leurs motos et s'amusaient à des courses folles en plein centre-ville. C'était des Bōsōzoku, des rebelles en voie de disparition qui s'adonnaient à la conduite dangereuse en faisant un maximum de bruit. Le genre était célèbre dans les années 70 et 80, mais il en restait quelques uns, dont les Rasetsu. Avec eux, Jae-yeol sillonna les routes japonaises sur leurs motos pétaradantes, le drapeau du Japon impérial à bout de bras, se surnommant "Yoru" car ses nouveaux amis avaient du mal à prononcer son prénom. Dans leur esprit ils sont des samurai habités par le Yamato-Damashii, un code de valeur médiéval, des protecteurs de la tradition japonaise, qui a été abandonnée par la société de masse.

Cependant un soir qu'il était fortement alcoolisé, Jae-yeol entra dans un salon de massage avec l'intention d'y faire du remue-ménage; il ne s'attendait pas à ce que l'établissement soit sous la coupe des Yakuza et que le patron lui-même rapplique avec la ferme intention de lui refaire le portrait. Le jeune homme se dégonfla, ne voulant pas de problème avec la mafia et supplia l'homme de le laisser partir, qu'il ne reviendrait plus jamais. Dans un élan de bonté, le Yakuza le laissa partir, s'il ne l'y reprenait plus jamais. Cette homme, c'était Ôta Yuzu, celui que Jae-yeol allait bientôt mettre sur un piédestal et considérer comme une sorte de grand-frère à suivre et admirer. Il le suivit où il put, se rendit utile et serviable plus que de raison avec le Yakuza, lui donnant informations, petits coups de mains ou autre et une amitié naquit entre eux sous la forme d'une relation fraternelle qui glissa dans l’ambiguïté pour le coréen. Yuzu était un modèle de droiture et de courage très "vieux Japon", avec ces valeurs de quasi-samurai qui séduisaient le jeune homme; la très forte masculinité de son aniki le rendait classieux, original, différent des autres; c'était son grand-frère adoré, un homme en blazer avec une improbable banane démodée qui quand il marche parmi les autres semble toujours décalé.

Aujourd'hui, Jae-yeol vit temporairement aux sentô de Kasumegaseki, nettoyant les bains après le passage des clients et rangeant les casiers à chaussures. Récemment, le patron l'a assigné à faire le surveillant assis au-dessus du bandai (sorte comptoir en hauteur), qui surveille à la fois les bains des hommes et ceux des femmes pour éviter le voyeurisme dans les bains. N'aimant pas les femmes, la clientèle notoire le savant, les femmes fréquentant le sentô ne voient pas d'inconvénient à ce que le coréen soit surveillant. Il a cependant déjà tabassé un client pour avoir tenté de filmer les femmes avec son téléphone portable... mais le patron des bains étant plus ou moins son amant, les choses se passent bien. Les hommes intimidés par le délinquant ne reviennent en général pas de sitôt...


Qui se cache derrière l'écran ?

Prénom/pseudo : Basterd, #PapaBear.
Age : 32 ans.
Où as tu trouvé le forum ? Dans ma tronche.
Comment le trouves-tu ? Dans ma barre de favoris.
Un dernier mot ? Caca.


crédit (c) Chaussette


Dernière édition par Jang Jae-yeol le Sam 9 Jan - 22:55, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


 
Murakumo Kaenguma
Yomotsu Corporation

Messages : 925
Age du perso : 42 ans.
Voir le profil de l'utilisateur
Yomotsu Corporation
MessageSujet: Re: Jae-yeol △ the Decora boy.   Lun 6 Juil - 11:35


autovalidation☆desu-desu !

Ô joie et bonheur, me voilà officiellement parmi nous ! On peut dire que maintenant je fais parti de la bande, alors je peux te la péter ! ♥

Cependant je n'oublie pas de faire recenser mon avatar et si je suis un Tokusatsu, de mettre mon armure et pseudo dans la liste pour que tout soit bien ordonné. Niveau journal de bord, je pense à faire ma fiche de relation qui comprend mes liens et ma liste de rps. Et si je cherche un ou plusieurs partenaires de jeu, je vais checker les demandes de rp ou en poster une ! Je n'oublie pas non plus de mettre le lien de ma fiche de prez' dans mon profil pour qu'on puisse la voir facilement !

Sinon, entre deux rps et recherches diverses je me propose de nous rejoindre à la cafétéria pour un max de flood et de délires !


A cat who has lost a leg is snickering this way : the young lady over there, let's play ! Yai, shall we play a prank ? Yai, shall we go play ? Let's dance, young lady !
The fear of what's inside of me ▵
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tokusatsu.forum-pro.fr/t365-kaenguma-the-beautiful-shadow-of-the-demons-frenzied-dance#4342 http://tokusatsu.forum-pro.fr/t367-kaenguma-fear-of-whats-inside-of-me-tell-me-can-a-heart-be-turned-to-stone#4377
 
Jae-yeol △ the Decora boy.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Park Chan Yeol (EXO)
» BAL DE FIN D'ANNÉE 2013 ► terminé
» [pv Sung Yeol ] Dans ma bulle
» Choi Sung Yeol - Rock Your Body ♫
» Qui a éteint la lumière ? ✖ Chan Yeol

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tokusatsu!! :: Le Foyer :: Les Archives :: Archives de fiches-