Dans la chaleur de la nuit
Le mal est toujours puni
Les "Unités Kojiki", sortes d'armures intégrales de combat dotées d'une intelligence propre bien qu'instinctive, ont été découvertes alors qu'elles avaient été perdues par l'entreprise pharmaceutique qui les a créé, la Yomotsu Corporation. Cette dernière dépécha de nombreux agents dans l'espoir de les retrouver mais leurs nouveaux porteurs, se surnommant les "Tokusatsu", étaient devenus des justiciers masqués protégeant la ville de la menace Kaijin, des créatures monstrueuses aussi bien nées des malversations génétiques hasardeuses de la Yomotsu qu'à une singularité de la ville : l'énergie Fuzen.
lire le contexte

Partagez | 
 

 Reira ☼ Nulle liberté quand on porte des chaînes invisibles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar


 
Invité
Invité


MessageSujet: Reira ☼ Nulle liberté quand on porte des chaînes invisibles   Dim 5 Juil - 23:31

ASAKURA Reira

   
Bonjour, je m'appelle Asakura Reira, mais on me surnomme aussi Expérience XO126. J'ai actuellement 26 ans, car je suis née le 30 Août 1995 à Okuse et je suis japonaise. Il m'arrive parfois de faire quelque chose de ma vie et si je ne suis pas en train de chasser des kaijins sauvages, je suis Maid à la Yomotsu Tower et actuelle kaijin de la race Kurobôzu. Si vous voulez tout savoir je suis ni riche, ni pauvre et vu que je n'ai aucun secret pour vous, vous pouvez aussi savoir que je ne suis pas attirée par qui ou quoique ce soit et célibataire. On me dit souvent que je ressemble à Izayoi Sakuya de Touhou. Je suis dans le groupe des Yomotsu Corp.
   

   
comment peut-on me reconnaître ?

   CaractèreDisons que je suis quelqu'un de plutôt prévisible quand je suis humaine. J'ai toujours un air de profond ennui sur le visage mais ce n'est que surface. J'ai toujours été inexpressive, d'aussi loin que je me souvienne, mais ça n'est pas parce qu'on ne voit pas ce que je ressens que je ne ressens rien. Je suis capable d'émotion comme la joie, la peine, le désarroi, la colère... Après, je ne les montre pas forcément, mais pour qui est capable de le lire, je suis un livre ouvert mais couvert de poussière pas forcément transparente.

Je suis serviable (vous en doutiez ?), j'aime que les gens que je sers soient à l'aise. J'ai été élevée dans un esprit pratique et avec un sens aigu de la propreté. De tous temps, il me semble n'avoir vécu qu'au siège de la Yomotsu, et le fait d'y servir est mon but dans la vie. Je ne suis pas corvéable, et mes patrons savent reconnaître que sans moi, ils auraient du mal à s'y retrouver tout de même. Je suis indispensable à la bonne marche du siège, mais à mon niveau, et cela me suffit.

Je ne suis pas une ambitieuse, loin de là. Je fais ce pour quoi on m'a programmée. Je ne pose jamais de question, je ne suis pas curieuse, je fais ce qu'on me dit sans remettre en question le bienfondé de l'ordre. Je suis rapide et efficace, mais ça n'empêche que je sais quand même tenir une conversation. Même si la Yomotsu est ma maison, et même parfois plus que ça, je suis libre d'aller et venir comme bon me semble, et ma préférence reste quand même la bibliothèque municipale qui regorge d’œuvres littéraires en tout genre. J'ai une grande faiblesse pour les romans à l'eau de rose, mais ne le dites à personne.

Et sous mes dehors de jeune femme bien élevée, je suis aussi une kaijin, une créature non-humaine créée dans le but de servir mes maîtres. Je suis de la race des Kurobôzu, des êtres de l'ombre. Quand je suis sous ma forme de kaijin, je me fais plus discrète encore, j'ai une fantastique mémoire qui enregistre absolument tout, et c'est pour ça que mes patrons sont contents de moi, je fais de très bons rapports détaillés de mes missions quand j'en ai.

Je me mets très peu en colère, je n'ai pas de raison de l'être. Par contre, je déteste me sentir traquée, et je préfère foncer dans le tas plutôt que ressentir cette pression constante. En définitive, je ne suis pas très forte mentalement, je ne peux pas endurer longtemps une pensée contraire à mon mode, je suis dans l'obligation de faire en sorte que cette pensée s'échappe, peu importe le moyen, sinon je ne sais pas ce qui arrivera, et je n'ai pas très envie de le découvrir...

   Physique En tant que femme, je mesure 1m49, ce qui n'est pas très grand, il faut bien l'avouer. Je suis dépourvue de charisme et sèche comme une tige. À la rigueur, mes yeux et mes cheveux font toute la différence chez moi : les cheveux blond tellement clair qu'ils en paraissent blancs, des yeux bleu acier, mon visage lisse et dépourvu du moindre rictus (hormis de temps en temps un petit sourire), je ne suis pas particulièrement impressionnante.

Cependant, je possède quand même un peu de force. Je peux soulever des fauteuils et des meubles pour peu qu'ils ne soient pas non plus exagérément lourds, et je peux tenir un petit moment au bras de fer contre un homme pour peu qu'il ne soit pas non plus une montagne de muscles. Et de toute façon, je n'aime pas me servir de ma force, uniquement pour nettoyer la poussière.

Après, quand je suis sous ma forme de kaijin, c'est autre chose. J'ai plutôt l'apparence d'un homme très grand, environ dans les 2m10, et tout mon être se teinte de sombre. Il n'y a que mes yeux qui deviennent rouges. Et encore, je ne suis pas le plus grand de cette espèce, là aussi je suis banale.
   Quelque chose te différencie ? J'ai un petit trou sur la nuque... Je ne sais pas d'où il sort et n'ai jamais voulu le savoir en fait...

   
Tu veux connaître mon histoire ?

    D'aussi loin que mes souvenirs remontent, j'ai toujours fait partie de la Yomotsu Corporation. Je suis née et j'ai grandi à Okuse, mais je ne me rappelle pas précisément. Je ne me souviens pas de mes parents, je ne me rappelle même pas si j'avais des frères et sœurs, ou même d'autres membres de la famille. Tout ce que je sais, ou du moins ce que je pense en savoir, c'est que j'ai eu une enfance très ordinaire et banale. Mais c'est assez confus dans ma tête.

Tout ce que je me rappelle précisément commence maintenant. Je me souviens d'une pièce sombre, remplie de gadgets sophistiqués, des machines qui ont dû coûter horriblement cher, des grands tubes remplis d'eau ou d'un liquide que je ne reconnais pas. En fait, c'est un laboratoire. Je n'ai que quelques flashs de cette période qui m'a faite osciller entre veille et réveil. Je voyais des visages flous, des blouses blanches, des rictus sérieux avec des lunettes d'intello, mais il m'est impossible de distinguer une apparence entière. Je ne peux même pas dire si ceux qui étaient là étaient des hommes ou des femmes, je ne les ai pas assez bien scruté pour ça. Je me rappelle avoir baissé les yeux aussi et voir mon apparence de kaijin. J'étais perplexe.

Pourtant, j'étais bien. Dans une bulle en train de flotter, loin des soucis matériels, loin de toute considération humaine, loin de toute pensée... J'étais heureuse dans ce tube de verre empli de liquide que je n'arrive toujours pas à identifier. Je ne pensais à rien, juste à la sensation de bien-être qui m'habitait. Je ne voulais pas bouger, pour rien au monde. Je me sentais légère, si légère, que m'envoler dans le ciel n'aurait pas eu plus d'effet. J'étais seule au monde, mais tellement bien...

Jusqu'à ce qu'on me fasse sortir de force...

Le liquide s'en allait, la pesanteur me prenait de force, la vitre s'était ouverte... Je tombais au sol, et mes illusions avec... Rien que cet instant m'était intolérable par la cruauté de la perte de mon seul univers. Je toussais avec une voix qui n'était pas la mienne, je m'essuyais les yeux avec des griffes à la place de mes doigts... Pendant un instant, j'étais prise de panique, et ayant vu ma taille et ma vitesse augmenter considérablement par rapport à mon ancienne condition d'humaine, la terreur de ce changement me fit prendre le premier couloir après avoir écarté d'un revers de patte mes assaillants, et je me suis perdue dans les couloirs blancs...

Je me rappelle ensuite m'être réveillée sur un lit, les poignets et les chevilles attachés, les murs gris, un grand miroir s'étendant sur tout un pan. J'étais à nouveau une femme, avec l'impression tenace d'avoir rêvé... La sensation de bien-être s'était trop vite évaporée, comme un mince filet de fumée balayé par le vent. Je me sentais nauséeuse, fiévreuse et affaiblie. J'entendais par moment des chuchotis comme "ne va pas survivre", "trop tôt" ou encore "aurait dû lui injecter le sérum"... Mais ce n'était que des mots sans aucun sens pour moi. J'avais perdu toute trace de temps, de position dans l'espace, d'identité. Tout ce que je savais, c'est que j'avais mal.

Je me rappelle aussi qu'un homme en blouse blanche, toujours le même, venait me voir souvent. C'était le seul qui m'adressait la parole du fond de mon délire. Il me tenait la main, me rassurait, était devenu le centre de mon existence tant que je n'avais pas repris pied. Et je n'arrive même pas à compter combien de temps s'est écoulé depuis... Je ne saurais même pas vous dire depuis quand. Mon existence immatérielle est soudainement devenue très matérielle sans même que je n'arrive à percevoir une transition. C'était comme un éclair brutal qui vous déchire la vue pour vous faire voir la vérité.

Au fil des jours, puis des mois, puis de quelques années, je parvins à reprendre conscience. Je n'étais plus une bête apparemment, j'avais retrouvé le bon sens. Ils me gardèrent encore quelques semaines pour s'assurer que je n'avais plus ni peur ni envie de liberté. J'étais comme cassée de l'intérieur mais pas tout à fait, disons qu'il manquait le ressort pour permettre à une personnalité de s'affirmer.

Ils m'engagèrent comme maid. J'avais compris pourquoi : ils voulaient me garder près d'eux pour ne pas s'inquiéter si je venais à avoir des idées de fuite. Ils me contrôlaient mais je tolérais ça, puisque je ne voyais pas pourquoi ne pas le faire. Je n'avais plus aucune volonté autre que leur plaire, un peu comme s'ils étaient mes parents. J'exécutais les tâches qui m'étaient assignées sans faire de chichi. Puis vinrent mes premières missions de kaijin.

La toute première leur causa énormément de soucis. C'était la première fois que je prenais ma forme de kaijin en étant consciente du changement. Mais ce n'était tout de même pas facile à appréhender : voir mes bras et mes jambes pousser, toute ma peau devenir sombre, cheveux n'être plus qu'un amas de pointes rêches, c'est pas que je sois devenue coquette, mais cette apparence terrifiante m'était encore très inconnue, et la coordination avec ces nouvelles qualités physiques n'était pas facile.

Du coup, la mission fut avortée. Parce que j'attirais trop l'attention et que ce n'était pas le but premier. Je devais passer inaperçue mais j'étais encore trop maladroite pour ça. Il m'a fallu beaucoup de temps pour être le kaijin que je suis aujourd'hui : un chasseur de l'ombre. Je chasse les kaijins sauvages et aujourd'hui, la Yomotsu vient de me confier une autre mission sur le long terme : trouver toutes les armures Tokusatsu. Je ne sais pas ce que c'est, sauf comment on les prend, je dois trouver le magatama de ces justiciers incrusté à même la peau, et je dois le leur arracher de force s'il le faut.

Et je le ferai, de toute façon.

   
Qui se cache derrière l'écran ?

   Prénom/pseudo : Mimilou
   Age : 32 ans
   Où as tu trouvé le forum ? sur internet.
   Comment le trouves-tu ? Hmmm...
   Un dernier mot ? Paprika.

   
crédit (c) Chaussette


Dernière édition par Asakura Reira le Mar 14 Juil - 12:12, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


 
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Reira ☼ Nulle liberté quand on porte des chaînes invisibles   Lun 6 Juil - 10:27

Rebienvenue, copine Kaijin !
Revenir en haut Aller en bas
avatar


 
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Reira ☼ Nulle liberté quand on porte des chaînes invisibles   Dim 12 Juil - 11:31

Merci copain ❤

Je termine ma fiche aujourd'hui ou demain, promis !
Revenir en haut Aller en bas
avatar


 
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Reira ☼ Nulle liberté quand on porte des chaînes invisibles   Dim 12 Juil - 15:50

Pas de problème !
Revenir en haut Aller en bas
avatar


 
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Reira ☼ Nulle liberté quand on porte des chaînes invisibles   Mar 14 Juil - 12:13

J'ai fini :bieng:
Revenir en haut Aller en bas
avatar


 
Murakumo Kaenguma
Yomotsu Corporation

Messages : 925
Age du perso : 42 ans.
Voir le profil de l'utilisateur
Yomotsu Corporation
MessageSujet: Re: Reira ☼ Nulle liberté quand on porte des chaînes invisibles   Mar 14 Juil - 12:44


So much swaaagg, tu es validée !

Ô joie et bonheur, te voilà officiellement parmi nous ! On peut dire que maintenant tu fais parti de la bande, alors tu peux te la péter ! ♥

Cependant n'oublie pas de faire recenser ton avatar et si tu es un Tokusatsu, de mettre ton armure et pseudo dans la liste pour que tout soit bien ordonné. Niveau journal de bord, pense à faire ta fiche de relation qui comprend tes liens et ta liste de rps. Et si tu cherche un ou plusieurs partenaires de jeu, viens donc checker les demandes de rp ou en poster une ! N'oublie pas non plus de mettre le lien de ta fiche de prez' dans ton profil pour qu'on puisse la voir facilement !

Sinon, entre deux rps et recherches diverses je te propose de nous rejoindre à la cafétéria pour un max de flood et de délires !


A cat who has lost a leg is snickering this way : the young lady over there, let's play ! Yai, shall we play a prank ? Yai, shall we go play ? Let's dance, young lady !
The fear of what's inside of me ▵
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tokusatsu.forum-pro.fr/t365-kaenguma-the-beautiful-shadow-of-the-demons-frenzied-dance#4342 http://tokusatsu.forum-pro.fr/t367-kaenguma-fear-of-whats-inside-of-me-tell-me-can-a-heart-be-turned-to-stone#4377



 
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Reira ☼ Nulle liberté quand on porte des chaînes invisibles   

Revenir en haut Aller en bas
 
Reira ☼ Nulle liberté quand on porte des chaînes invisibles
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» « Celui qui ouvre une porte d'école, ferme une prison. » Victor Hugo FT Mélody
» [Flashback] Quand la mort frappe à votre porte... [Clos]
» Quand un fantôme de ton passé revient frapper à ta porte (William&Elena)
» juliette - Quand est ce qu’une porte n’est pas une porte ?
» Quand le passé vient frapper à ta porte! - feat: greg

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tokusatsu!! :: Le Foyer :: Les Archives :: Archives de fiches-