Dans la chaleur de la nuit
Le mal est toujours puni
Les "Unités Kojiki", sortes d'armures intégrales de combat dotées d'une intelligence propre bien qu'instinctive, ont été découvertes alors qu'elles avaient été perdues par l'entreprise pharmaceutique qui les a créé, la Yomotsu Corporation. Cette dernière dépécha de nombreux agents dans l'espoir de les retrouver mais leurs nouveaux porteurs, se surnommant les "Tokusatsu", étaient devenus des justiciers masqués protégeant la ville de la menace Kaijin, des créatures monstrueuses aussi bien nées des malversations génétiques hasardeuses de la Yomotsu qu'à une singularité de la ville : l'énergie Fuzen.
lire le contexte

Partagez | 
 

 Good kid medecine.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar


 
Invité
Invité


MessageSujet: Good kid medecine.   Dim 26 Juil - 16:50

SUKI KIRAI


Good kid medecine.


Il avait fortement envie de gerber; rien de spécial, juste une envie de rendre le mélange de soft drinks et de ramen bon marché qu'il venait d'engloutir vite fait sous le coup du stress des derniers jours et parce qu'il était en retard. Tout le monde savait que mama n'acceptait aucun retard et ne faisait aucun traitement de faveur. Entre le sentô et l'okama bar, Jae-yeol n'avait que peu de temps à consacré aux Rasetsu mais il en avait parlé au chef du gang qui était un type bourru mais compréhensif; il faisait son possible pour manger et dormir au sec mais travaillait plus en ce moment pour honorer l’affection qu'il avait pour un sempaï, un yakuza. Il avait en effet vu une montre dans une boutique de luxe sur Kokoen et désirait l'offrir à Yuzu pour son anniversaire, en retard. C'était pour cette raison - mais pas seulement, il avait aussi des dettes là bas - que le coréen avait accepté de travailler au Go-Kama.

Il avait débauché un jeune qu'il avait croisé dans un bar, y étant serveur; le délinquant ne se souvenait jamais de son nom et l’appelait souvent simplement "chan-chan" ou "kun-kun", se moquant des honorifiques nippons. Mama avait vanté les talents en crossdressing du nouveau et le coréen avait simplement tiré la tronche : grand bien leur en fasse, à ces types-là. Lui n'y travaillerait qu'un mois, ce qui devait être suffisant pour acheter la montre pour son aniki. Il avait un client régulier qui venait pour lui, un joueur professionnel de Baseball connu dans le coin, avec des goûts étranges. Sawaki, Satsuki, Sasuke... peu importait son nom. Il buvait peu, riait beaucoup et n'était pas chiant; en outre il était généreux et la mauvais éducation chronique du coréen semblait avoir un effet bœuf sur lui.

Il entra à toute allure dans la salle principale en espérant esquiver le patron qui l'épingla avec la rapidité d'un collectionneur de papillons, le tirant par l'oreille pour le jeter dans les vestiaires sans chercher à avoir une explication de sa part. Niet, rien : ce soir ce serait le costume que le vieux avait choisi, et il devrait travailler conjointement avec une autre "fille", à savoir l'étudiant qu'il avait débauché et dont il était plus ou moins le sempaï. Se frottant l'oreille en maugréant, le délinquant trouva justement l'intéressé qui allait commencer son service, encore habillé en civil. Lui de même devait se changer, ses vêtements de travail sous le bras. Le coréen portait des vêtements tape-à-l’œil, comme toujours, mais masculins. Un jeans noir avec des chaussures noires en cuir et une chemise à motif floral imitant les tatouages de yakuza, fermé jusqu'au menton. Il avait lui-même une montre hors de prix au poignet et sentait la cocotte de luxe à plein nez, semblant sortir d'un autre emploi, l'air épuisé.

"Oï, chan-chan!", l'interpella-t-il de sa grosse voix, les mains dans les poche et l'air patibulaire, comme toujours, "team tag ce soir, c'est la vieille sorcière qui demande."

Le jeune homme se fouilla dans l'oreille et posa son paquetage sur le banc à côté de Haruki, l'ouvrant en faisant une drôle de tête. Une jupette courte à motif écossais, un chemisier et des bottes à talons... une tenue d'écolière sexy, en quelque sorte.

"Puuuuutaiiiin.... il m'a refilé une tenue de tepu...", l'air dépité, le coréen se tourna vers Haruki, "tu portes quoi, ce soir? Un pousse-au-viol toi aussi?"

Il roula des yeux, lissant sa chemise d'un air agacé.

"Putain, on va voir mon cul toute la soirée... la vielle pute, j'vais la tuer...."


Dernière édition par Jang Jae-yeol le Dim 26 Juil - 18:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


 
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Good kid medecine.   Dim 26 Juil - 17:29


Cela ne faisait qu'une semaine qu'il travaillait au Go-kama. Pourtant, malgré certains épisodes terriblement gênant - en tête de liste sa rencontre de Nobu - il revenait tout de même. Il ne savait pas vraiment pourquoi est-ce qu'il continuait. Parfois, la panique le courbait en deux dans les toilettes de l'école en de violentes crises d'angoisse. Il avait de nouveau une fluctuation de l'appétit, mangeant moins encore qu'à son habitude et seulement un peu de ramen lyophilisés. Pourtant, étrangement, lorsqu'il se changeait dans les vestiaires, bien qu'il arrive avec une boule au ventre, il sentait quelque chose se calmer en lui. Il attendait souvent que les autres aient fini pour se changer à son tour, par angoisse que l'on voit son corps, dont le magatama.
Hana-Chan parvenait à calmer ses angoisses mais pas à les faire disparaître. De plus, la ville était calme, il n'avait pas eu besoin de se transformer en Pinku. Il se persuadait que c'était ce qui causait ce manque et ces crises de stress inexplicables.

Lorsqu'il était déguisé en Hana, il se sentait à la fois gêné et pourtant plus libre. Il pouvait aimer la couture et les vêtements, le maquillage et les vêtements. Il pouvait être... Non, l'idée même que cette face qu'il montrait aux clients du bar puisse être son vrai lui-même le terrifiait, l'empêchant de se l'avouer.

Pénétrant dans les vestiaires, un sac de sport sous le bras, ayant déjà revêtu sa perruque, ses prothèses, corsets et haut de costume comme à son habitude - il ne se changeait pas complètement sur place, peaufinant juste avec le bas et son maquillage et quelques accessoires. L'idée qu'on le voit en sous-vêtements le tétanisait - peut-être parce que tous ces hommes aimaient les autres hommes et que c'était difficile pour le lycéen de ne pas les voir comme une meute de prédateurs, malgré leur gentillesse.

"Bonsoir, Jae-Yeol-san" Fit Haruki à la salutation du délinquant, ayant du mal à prononcer son prénom complet mais faisant un effort. Mama l'avait chopé à l'entrée pour lui dire qu'il allait travailler avec lui ce soir, ce qui l'intimidait encore plus. Voir ce dernier habillé "normalement" lui fit bizarre mais il évita de le dévisager, commençant à arranger ses cheveux et refaire un point sur son maquillage. Mama lui avait demandé de prendre un costume d'écolière - heureusement il avait des choses dans cet esprit pour certains de ses cosplay. Il avait juste acheté une petite casquette sur laquelle il avait fixé une petite lune de sailor dorée et des étoiles. Retirant son pantalon de survêtement de sport - qui ne choquait même pas tant que ça avec la chemisette d'écolière, il enfila ses bas, écoutant d'une oreille distraite le coréen pester contre leur patron et regarda la tenue, un peu gêné. "C'est vrai que c'est court." Dit-il avec une petite moue désolée. Le langage ordurier de Jae le mettait toujours mal à l'aise.

"Moi ? Non, j'ai pris une jupe à mi-cuisse... Tu penses que c'est trop court ?" Fit Haruki en faisant une petite moue tout en enfilant la jupe plissée noire, décidément bien sage. Puis, soignant le maquillage de ses lèvres pour rester naturel, il s'autorisa un coup d'oeil critique dans le miroir avant de mettre ses mains derrière son dos, tournoyant un peu pour vérifier que tout était bien en place. "C'est comment ?"
Indubitablement sage et mignon.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


 
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Good kid medecine.   Dim 26 Juil - 18:44

SUKI KIRAI


Good kid medecine.


"C'est Kim, ici. Évite d'utiliser mon vrai nom ici, si tu veux pas d'problème."

Jae-yeol était un type qui parlait peu et qui parlait tout le temps à la fois, dépendant du moment et de la personne. Il aimait intimider ceux qui semblaient plus faible que lui, ce gosse principalement. Il lui jeta un coup d’œil torve sans rien ajouter, détestant qu'on utilise les honorifiques avec lui et le faisant bien sentir. Même s'il vivait au Japon depuis ses cinq ans, le jeune homme se sentait plus coréen que japonais et avait passé la majeure partie de sa vie dans le K-town d'Okuse. Défouler sa mauvaise humeur sur les autres et déverser son fiel était un sacerdoce pour lui aussi détailla-t-il le petit nouveau de haut en bas, l’œil critique juste pour tenter de le mettre mal à l'aise avec un sourire amusé, rogue. Voyant que l'autre type évitait de le dévisager, le coréen sembla ravi de son petit effet et retourna à la consternation concernant la tenue que lui imposait le patron ce soir; ce devait être une sorte de punition pour être arrivé en retard...

"Genre...", il imita la voix de Haruki: "c'est vrai que c'est court... mais oui ducon qu'c'est court, si j'étais une meuf ça sentirai déjà la fouffe à plein nez!"

Le délinquant pesta en grognant, par simple plaisir de se montrer méchant et grossier car il n'était pas si énervé au final. Il ouvrit son casier d'un coup de pied négligeant, faisant craquer sa nuque en fouillant à l'intérieur pour chercher comment agrémenter cette tenue qui n'était pas forcément trop vulgaire pour lui, mais surtout trop démodée, trop colorée. Ces bottes à talons, on en portait plus des comme ça depuis les années 90. Fallait pas le prendre pour un con non plus, même si c'était lui qui était en tort ce soir; il ne se conformait à rien ni personne et si mama était insatisfait de son boulot, elle n'avait qu'à le mettre dehors, point.

"Te fous pas d'ma gueule...", répondit-il à Haruki en sortant un instant la tête de son casier, "même une idol trouverait ça trop long."

Le jeune homme lui posa une question sur sa tenue et le coréen, sortant une paire de bottes à sangles et talons compensés, quelques frusques et plusieurs paires de bas de son choix étudia la silhouette du nouveau, penchant la tête en arrière en lui tournant autour.

"C'est sage", conclut-il, "mais ça colle au personnage."

Pour Jae-yeol, c'était en effet une question de personnage quand on travaillait au Go-Kama, un personnage qui doit séduire les clients, les amuser tout en imposant une distance. Mama lui demandait de jouer le tsundere le plus souvent, puisqu'il n'était pas du genre à s’embarrasser de la politesse : il pouvait ainsi à loisir se montrer chiant avec les clients, sans aller trop loin sinon il perdrait son job. C'était marrant, dans le fond. Il réajusta la casquette de son collègue d'un geste un peu familier, l'inclinant sur le côté, tirant sur le col sailor pour le mettre bien droit.

"Voilà c'est plus... kawaii."


Il ne se moquait même pas, critique dans la façon se s'habiller. Le nouveau avait une certaine prédisposition indéniable, un vrai trap: on pourrait le confondre facilement avec une file de son âge, à son contraire. Lui était indéniablement un homme, la voix grave, le visage anguleux, ne cherchant à faire aucune illusion malgré sa perruque et ses faux cils. C'était paradoxal.*

"Attend-moi tu veux, sinon j'me fâche."

Il se déchaussa, ôtant sa chemise et son pantalon pour ne rien garder de la tenue que mama lui avait confié; qu'elle aille se faire foutre, cette vieille sorcière: personne ne lui disait comment s'habiller. Restant dans l'esprit demandé, il enfila une jupe courte plissée noire avec une ceinture à chaînes, et un chemisier de la même valeur noué et ouverte. Le coréen ne mettait jamais d’accessoire féminisant, sa chemise s'ouvrant sur un grand rien, un torse plat et masculin; il préférait ça. Il enfila une paire de bas rayés noirs et roses et ses bottes sanglées pour terminer, lissant sa jupe avec soin. Il aimait prendre le temps de s'habiller, en gardant l'esprit de son style qui lui était propre. Il ne s'agissait pas que de travestissement et le soin qu'il apportait à sa tenue le prouvait : Jae-yeol n'était pas un travesti, mais un excentrique qui aimait les vêtements à la folie.

"C'est comment?", plaisanta-t-il en imitant la précédente question de son collègue. Il se tourna, soulevant un peu sa jupe dans un geste rapide. "C'est toujours aussi court, mais quand même moins has been."

Le coréen fouilla dans son casier pour en tirer eye-liner, poudre de riz et lentilles grossissantes pour retoucher un peu son maquillage présent, changeant de couleur d'yeux : il opta pour un bleu excentrique presque électrique, avec la pupille cerclé de rouge. Ses yeux semblaient énormes et son maquillage à la poudre de riz le rendait encore plus livide qu'il ne l'était déjà. Mais c'était son style.

"T'as d'quoi te maquiller ou tu restes comme ça, l'newbie?, demanda-t-il simplement en vérifiant ses faux cils, "j'suis ton sempaï ici, j'te monterai deux trois trucs si tu me casses pas trop les couilles. Je connais notre client, il est gentil. Alors fais pas d'conneries, c'est un bon client."
Revenir en haut Aller en bas
avatar


 
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Good kid medecine.   Dim 26 Juil - 19:13


Parfois le coréen le terrifiait, parce qu'il était semblable aux délinquants du lycée. Pourtant, Haruki affrontait des monstres redoutables une fois devenu Pinku. C'était un peu risible d'avoir peur d'un délinquant. Cependant, c'était tout de même ainsi. Timide au naturel, effacé, il redoutait les éclats de voix de son sempaï, se faisant rabrouer sur son nom, répondant aussitôt avec un timbre craintif : "Désolée, Kim-San !" Il se concentra aussitôt de nouveau sur son maquillage pour ne pas croiser le regard du délinquant, nerveux à l'idée de cette collaboration, au fond plus effrayé qu'autre chose même s'il essayait de faire bonne figure. La vulgarité de Jae le faisait pincer les lèvres dans une moue stressée. Il n'aimait pas ce genre de langage, trop fleuri pour lui qui était vierge et nourri de fanfictions hentaï comme seule compagnie à des plaisirs adolescents vanille.

Se faire tourner autours par Jae - Kim - était stressant et il se tint droit, un peu raide, avant de soupirer à son avis. Ca irait alors. Il avait eu peur qu'on lui demande de porter quelque chose de plus indécent - se trav...Cosplayer d'accord, mais il n'était pas une prostituée.
Se laissant ajuster un peu, il hocha la tête, docile. Etrange comme il quêtait l'approbation de ce délinquant tout en décriant son attitude dans son for intérieur...

La nouvelle tenue du coréen était tout aussi courte à son goût mais il la trouva plus adaptée à son aîné. "C'est plus gothique-punk, avec une pointe de lolita qui reste dans le ton." Fit-il, pensif. "C'est destroy mais pas trop, ca te va mieux que l'autre qui faisait trop 1990. Plus adaptée à ton style." En ce qui concernait les fringues et la mode, Haruki baignait dedans depuis gamin, et retrouvait dans ces instants une assurance surprenante.

Occupé aux retouches sur son maquillage, patiemment, il tourna un instant les yeux vers Jae - Kim, on a dit.
"J'ai de quoi me maquiller." Il pointa la grosse mallette qui dépassait de son sac de sport. "Je reste sur un nude, sinon ça rendra vulgaire. Les écolières ne se maquillent pas. Et comme je reste sur un esprit traditionnel-kawaii plus sobre, ça jure moins. De plus ça fera contraste avec toi."
Il n'était pas stupide, ce petit bout d'homme encore au lycée, qui savait se poser des faux-cils à la perfection et était capable de se transformer en personnages de mangas grâce à la magie du maquillage et des vêtements. Il n'y connaissait rien en séduction ou dans la manière de plaire aux hommes clients de ce lieu haut en couleur, mais il y avait certains sujets qu'il pratiquait depuis trop longtemps pour ne pas s'y connaître.

Achevant ses préparatif, il rangea sommairement ses affaires dans son casier et se tint prêt à suivre Kim. Hochant la tête à la mention du client, il prit un air sérieux. "Bien sûr, je ferais attention, sempaï." Qu'il était sérieux, ce petit travesti...
Revenir en haut Aller en bas
avatar


 
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Good kid medecine.   Dim 26 Juil - 22:02

ONOMATOPEIA


Good kid medecine.


Jae-yeol roula des yeux d'exaspération à la réaction du petit nouveau et ajouta dans un grondement "pas d'honorifiques avec moi", en le fusillant du regard. Il détestait ça, cette rigidité toute japonaise à se foutre tes titres de partout et pour tout et n'importe quoi. on l'enseignait dès le kindergarden, même à K-town. Partout, on donnait du -san, du -sama, on courbait l'échine face aux autres, aux sempaïs: ces anciens qui savent mieux que vous. C'était à gerber. Lui voulait vivre librement, sans chaines aux pieds, sans boulets. Sans honorifiques, pour être l'égal de tous les autres. Ni plus ni moins. La raideur de Haruki l'agaçait mais il reconnaissait une chose : le petit savait se maquiller. Ainsi accoutré, il ressemblait si intensément à une fille que c'en était presque troublant. Le coréen avait l'impression que le nouveau recherchait son approbation, ce qui l'amusa sans qu'il n'en montre rien. Bon petit...

"Tu vois!", lança familièrement le délinquant en tirant sur ses bas rayés,  "personne me dis comment m'habiller!"

Il trouva uen certaine assurance au garçon tandis qu'ils parlaient vêtements, mode et maquillage, ce qui ne le gêna pas vraiment en soi mais lui fit une drôle d'impression. Lui-même, l'excentrique, adorait parler chiffon entre deux rixes de gangs; c'était un comportement étrange mais il était ainsi fait qu'il mélangeait en son sein deux cultures opposées. Il rit alors, presque amer.

"Mama est encore coincée à l'époque de DJ Sasaki et Malice Mizer... faut croire qu'elle s'est jamais remise de la mort de Hide."

Hide, le chanteur de Visual Kei emblématique de l'époque; plus jeune, Jae-yeol n'écoutait que lui, et X-Japan, toutes ces vieilleries. Il s'y connaissait en musique et ne doutait pas que le newbie saisirait les références; son petit doigt le lui disait."Okay", fit-il très laconiquement lorsque l'autre garçon lui dit qu'il avait de quoi se maquiller. Il semblait vraiment s'y connaitre, tant que cela commençait à déranger le coréen qui se risqua à lui demander avec une franchise désarmante : "t'es un vrai travesti, en fait?"

Son ton ne semblait pas juge, pas le moins du monde. Lui même se travestissait partiellement et portait ce qu'il aimait sans se soucier des autres. Il respectait fort peu de chose, si ce n'était la différence.

"Ouais mais évite quand même la CC crème... l'teint fait too much et sérieux, tout l'monde le fait c'est nul à chier..."

Il avait dit ça comme ça, comme on lance une banalité, tout en insistant au crayon gras sur le ras des cils supérieurs et le dégradant simplement au doigt, un peu à l'arrache. Il nettoya ses contours au pinceau et termina avec une généreuse couche de mascara après avoir recourbé ses cils. Le coréen se retourna finalement vers son collègue, le fixant de ses smokey eyes d'un noir de charbon pour détailler le maquillage impeccable et léger du jeune homme. Il lui saisit pourtant le menton et sortit son propre matériel, l'air revêche.

"Laisse-toi faire que j'te montre un truc sympa et pas maisntream qui pue du cul...", il sourit comme un petit diable, "le nude c'est swag ouais... mais j'vais te montrer un truc d'idol, c'est une copine justement devenue idol qui m'a montré."

Il maintint Haruki d'autorité au bout de sa main, le menton bloqué tandis qu'il fourrageait son pinceau dans des perle purificatrice de teint.

"C'bien joli le taupe et le crème de pisseuse, le teint fait justement trop nude et du coup tu ressembles en fin de soirée à un vieux cheesecake au yuzu. J'ai bien vu qu'tu sais parfaitement y faire mais...", il passa la poudre sur le visage de Haruki, "une touche d’enlumineur légèrement irisé aux endroits stratégiques : arcade sourcilière, pointe des pommettes, arête du nez et arc-de-cupidon. Évite l'rosé, vu ton teint tu seras plus mignonne avec un peu d'blush abricoté. Trois fois rien."

Il lui pinça la joue en le libérant de son étreinte, souriant comme un petit diable, "et ça laisse une peau douce comme du mochi. Les clients vont avoir envie de t'bouffer, fais-moi confiance", il lui glissa quelque chose dans la main, "tiens, c'est du Sweetheart's perfect Flush Blush, tu peux l'garder."

C'était simple de lui parler quand on connaissait ses sujets préférés: le délinquant semblait étonnement accessible pour parler fringues et maquillage. Il ne parla pas du client, pas de l'heure. Seul le maquillage de Haruki compta en cet instant où sa passion s'exprimait librement et où un sourire naissait sur son visage qui semblait pourtant incapable de ce genre d'expression amicale.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


 
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Good kid medecine.   Lun 27 Juil - 18:48


Occupé à peaufiner maquillage et tenue, Haruki pouvait se détendre dans cette routine familière, tentant d'oublier l'agressivité de Kim. Il aurait préféré faire équipe avec quelqu'un d'autre mais qui était-il pour demander quoi que ce soit au patron si celui-ci décidait telle ou telle chose ? Mama-chan avait déjà été tellement gentille quand il lui avait parlé du fait qu'il était Tokusatsu et qu'il devait parfois partir précipitamment...
Alors, pour se détendre, il appliquait sa poudre de riz, prenant son temps, comme le coréen n'était pas prêt d'avoir fini non plus. La discussion sur les musiques qu'écoutaient Mama le fit sourire et il hocha la tête, amusé malgré lui par ce type parfois tellement paradoxal.
Soudain, une phrase le tira de son petit cocon, de sa petite bulle qui vola en éclats et il se tourna si brusquement qu'il se fit une grosse tâche de mascara brun sur la pommette, sa voix montant dramatiquement dans les aiguë : "Mais non, pas du tout !" S'écria le lycéen, qui avait changé de couleur. "Je... Je... Je fais du cosplay depuis longtemps, c'est tout."
Oui enfin, vu la teneur de ses tenues et maquillages, ainsi que ses prothèses., ce n'était pas des cosplay de Guts ou Naruto. Plutôt de jeunes filles en fleurs. Il ne fallait pas être bien malin pour le voir.

Tout tremblant, le gamin entreprit d'essuyer la tâche de mascara, la grattant avec une petite brosse en grimaçant. Lui ? Travesti ? Et puis quoi encore ? Et puis c'était quoi un "vrai" travesti, d'abord ?
Soudain, alors qu'il reprenait tout juste son souffle, le coréen lui fondit dessus comme une harpie sur sa proie et il eut un mouvement de recul involontaire avant de se faire saisir le menton. Holala, non mais il faisait quoi ? Il allait l'embrass... Ha non.
Les genoux flageolant, Haruki vit finalement un gros pinceau plein de poudre irisée se rapprocher de son visage et il se rassura finalement, soufflant de sa frayeur stupide.

"Ha, je... C'est... Merci." Balbutia-t-il en se laissant poudrer sagement, pas habitué à ce qu'on le touche et surtout qu'on le maquille. C'était un geste un peu intime pour lui. Cependant, il ne se plaint pas, se mirant un instant dans le miroir quand Jae le libéra; trouvant le rendu très joli.
Le pot dans la main, se sentant un peu bête, il se mit à rougir et répondit aussitôt : "Merci !" En vrai l'intention le touchait sincèrement, et il se sentait ému de ce cadeau singulier. "Merci, vraiment. J'avais vu la pub sur le net mais je ne l'avais pas encore acheté." Il passa sous silence que c'était parce qu'il était vraiment trop juste ces derniers temps.

Rangeant le Blush dans ses affaires, il se sentait un peu embarrassé qu'on parle encore de le croquer. Comme ce qu'avait dit Nobu. Son regard tomba sur l'heure et il sursauta légèrement.
"On va être en retard, si on n'y va pas et Mama va nous renvoyer !" Toujours cette angoisse... Il boucla des petites ballerines vernies et trépigna bientôt en attendant son sempaï prêt de la porte.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


 
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Good kid medecine.   Mar 28 Juil - 15:02

ME!ME!ME!


Good kid medecine.


Jae-yeol constata la surprise du petit nouveau lorsqu'il lui demanda tout de go s'il était un "vrai" travesti, de ceux qui s'habillent en femme également en dehors du travail. Après tout ce n'était qu'un lycéen, alors son attitude semblait presque compréhensible. Le coréen l'avait débauché à la sortie d'un bar de Shirahama et savait bien que le petit n'avait jamais mit les pieds dans un bar à okama de sa vie, et encore moins dans le quartier de Kasumigaseki. Il aurait du le savoir; soupirant, le délinquant balaya la conversation d'un air nonchalant.

"Stresse pas", il le fixa un peu durement, sans s'excuser, "et y'a pas d'mal à se travestir, moi j'kiffe ça."

Non, il n'y avait aucun mal à poter les vêtements qu'on aimait, en disant merde aux regards des autres, à la théorie des genres. Lui était libre de porter ce qu'il aimait sans chercher à jouer à l'homme ou à la femme. Il aimait se maquiller depuis longtemps, prendre le temps de soigner sa peau, même pleine de cicatrices; qu'il porte parfois une jupe en faisait toujours un homme. Jae-yeol n'avait pas de problème d'identité sexuelle; il aimait juste porter de beaux vêtements qui lui plaisait et cela se voyait. Du cosplay? Il arqua un de ses sourcils fins comme des serpents.

"Ouais okay... c'est bon, te met pas à chialer comme une lopette."

Le coréen se fouilla dans une oreille de l'auriculaire, faisant la moue; ce gamin n'était pas tout à fait clair mais ce n'était pas son affaire, après tout. Il le saisit finalement par le menton pour retoucher son maquillage et fut amusé du mouvement de recul de Haruki, le sentant trembler. Jae-yeol eut un large rire venant de la gorge pendant qu'il le maquillait avec soin,s ans le laisser partir.

"Mwahha, t'as cru que j'allais t'embrasser, puceau?"

Il se moquait, le vil yankee, le plus ouvertement du monde car Haruki sentait la fragrance du lycéen vierge à mourir. Lorsqu'il libéra ce dernier de son étreinte pour le laisser regarder le résultat, lui-même fut plutôt satisfait. Il lui laissa son blush sans faire plus de façon, lui tournant le dos et levant le bras en entendant les remerciements du jeune homme; peu importait, il n'aimait pas qu'on le remercie. Le coréen en faisait pas souvent de cadeau parce qu'il n'avait que peu de monde à qui donner mais si on pouvait lui trouver une ombre de qualité, c'était bien cette générosité désintéressée. Il haussa les épaules en fixant la petite boite en forme de cœur dans la main du lycéen.

"Je l'ai pris sur un coup de tête mais la couleur ne me va pas, je suis trop pâle", dit-il pour se trouver une excuse, "tu devrais essayer le Candy Glow aussi, ça jetterai pas mal avec ta tronche."

Haruki - Hana, lui avait glissé Mama il y avait quelques jours - constata l'heure et sembla s'en inquiéter. A côté de lui, Jae-yeol, ne souriant pas, avait presque l'air nonchalant et démotivé. Le nouveau trépignait déjà devant la porte en ayant peur qu'un retard le fasse virer; quelle naïveté. Le coréen eut un sourire sardonique en le dépassant, entrant dans la grande salle en se dirigeant vers le hall d'entrée pour attendre les clients. Il était encore fort tôt et la personne qui venait pour eux prenait en général son temps car il sortait de son entrainement. L'homme arriva finalement. C'était un jeune type avec un bouc, l'air nonchalant et souriant.

"Sawaki-san", fit Jae-yeol en lui faisant un signe de la main.

Le coréen en forçait pas sa voix grave, n'avait aucune différence d'attitude entre avant et maintenant : il ne jouait pas un rôle visiblement mais se comportait presque naturellement, en un peu plus poli et ouvert. L'homme les remarqua tout les deux et d'un large sourire, il les salua et vint les rejoindre.

"Kim-chan! Et voilà la nouvelle dont tout le monde parle, Hanacchin!", il sourit gentiment à Haruki, visiblement archétype du bon gars qui ne cherchait de noises à personne, "je suis Kishiro Sawaki mais..."

"... mais Sawaki suffira", le coupa Jae-yeol avec un sourire, regardant Haruki, "il dit ça à toutes les hôtesses!"

Sawaki retira sa casquette et se gratta un peu les cheveux en riant aux anges comme si la situation avait réellement quelque chose de drôle pour lui. Il trottina comme un gamin aux côtés des deux travestis jusqu'à se trouver une place sur un des canapés et balayer l'ensemble de la pièce d'un regard émerveillé.

"Vous faites toujours ce cocktail bizarre, avec de la bière et du champagne?

"Le Black Velvet?", demanda Jae-yeol.

"Oui, le Black Velvet!"

"Bah.. ouais, pourquoi, t'en veux un?"

L'homme sembla marquer une pause avant de répondre, hilare:

"Il est dégueulasse, non?"

Le coréen se mit à rire avec lui, comme un abruti et leurs hilarité un peu prolétaires se répondaient si bien qu'on pouvait facilement comprendre qu'ils se connaissaient visiblement assez bien.

"Je vais prendre une bière. Tu m'en ramènes une, Kim-chan?", le coréen hocha positivement du chef et se leva tandis que Sawaki tourna la tête vers Haruki, "Hanacchin, tu veux boire quoi? Un soda, un jus de fruit? Oh prend-en une seconde pour toi Kim, tant qu'on y est. Et des cacahuètes. C'est trop bon les cacahuètes"

Jae-yeol eut un large sourire avant de regarder Haruki:

"Fais pas attention, il est un peu con", dit-il en riant avant de partir chercher les boissons, "un vrai gosse."

"Méchannnnteee!", fit le client, la larme faussement à l’œil en tirant la langue au délinquant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


 
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Good kid medecine.   Dim 2 Aoû - 12:44


Quel genre de client pouvait demander à passer sa soirée avec Kim ? Il devait soit aimer souffrir, soit être comme lui. L'idée n'avait rien de séduisant, pour Haruki, de passer sa soirée coincé entre deux délinquants vulgaires et bruyants. Il n'avait aucune envie de supporter ça, mais pas le choix de se débiner, à moins de prétexter une intervention en temps que Pinku. L'idée, un instant, lui trotta dans la tête alors qu'il suivait son sempaï pour rejoindre l'accueil. Mais il avait désespérément besoin de gagner de l'argent - Mama n'allait certainement pas lui payer les heures où il devait partir. Et il fallait payer son loyer... Alors il prit son mal en patience, stressé, attendant le fameux client.

Il détestait que Jae se moque de lui : il n'était pas un puceau ! Enfin si ! Mais... Bref. Il détestait ça. Il n'avait aucune envie que l'autre l'embrasse. Vraiment pas. Que personne en fait. Sauf Melo-sama mais ce n'était pas pareil, ce n'était que son imagination. Melo-sama ne ferait jamais une chose pareille de toute façon.

L'arrivée du client, finalement, le rassura confusément. Il avait l'air... Normal. Et gentil. Il rougit en s'inclinant quand ce dernier le reconnu. Tout le monde parlait de lui à ce point ? "Enchantée, de vous rencontrer, Sawaki-san." Dit-il en souriant, les joues rougies, laissant les deux autres hommes se charrier, se sentant un peu mal à l'aise, car il n'avait pas l'habitude de ce genre de complicité avec les gens. Ils avaient l'air de bien se connaître mais Sawaki-san avait l'air cool. Pas comme l'autre délinquant.

Il suivit docilement le mouvement et s'installa de l'autre côté du client, offrant un contraste imprenable avec Kim, l'un exubérant et l'autre introverti, les laissant parler pour deux, avec une complicité qui faisait plaisir à voir. Leur client semblait gentil et il en étant rassuré. Il se sentait cependant un peu de trop. Néanmoins, lorsqu'on lui demanda ce qu'il voulait boire, il répondit simplement "Un thé grillé froid, merci." Il ne buvait pas de soda, même si ça semblait rasoir. Les jus de fruits passaient tout juste et étaient encore trop sucrés, mais bon, il ne voulait pas passer pour un idiot en ne prenant qu'un verre d'eau. Des cacahuètes ? C'était trop gras et salé pour lui. Il n'en mangerait pas non plus. Il avait trop peur de ses vieilles addictions.

"Kim-chan est implacable !" Dit-il en plaisantant en réponse aux enfantillages des deux hommes alors que le coréen rejoignait le bar pour ramener leur commande. Il se sentait encore un peu mal à l'aise dans son rôle d'hôtesse, mais il faisait de son mieux. "Une vraie tortionnaire. Je vous plains Sawaki-san !" Il plaisantait clairement, pour amuser son client, en souriant gentiment, sage avec sa jupettes et son air de lycéenne polie. Ce qu'il était en définitive. "Promis, je vous défendrais si elle vous frappe !" Ce n'était qu'un jeu, il fit mine de se gonfler les muscles - avec ses bras de crevette - alors que le coréen revenait vers eux.

Revenir en haut Aller en bas
avatar


 
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Good kid medecine.   Mar 4 Aoû - 13:30

ME!ME!ME!


Good kid medecine.


Sawaki sourit gentiment à Hana, de ces sourires simples qui ne disent rien de plus que le contentement, charriant un peu Kim avant que ce dernier ne leur trouve une place sur un des canapés de la salle principale. Assise entre les deux travestis, il prit un air de coq en pâte; les deux étaient très différents, l'uns age et l'autre exubérant, l'un poli et l'autre grossier. Lui appréciait ces contrastes, et les cacahuètes et tandis que le coréen allait leur chercher des boissons, leur client le héla :

"Et tu me feras ton truc avec les cacahuètes, celui qui est trop drôle!"

Jae-yeol sembla grogner avant de se rendre au bar pour chercher leurs consomations. Sawaki hocha la tête et sourit à Hana.

"C'est bien le thé grillé, j'adore ça après l'entrainement. Le genmaicha est délicieux! Tu en as déjà bu, Hanacchin?"

Il était amical et visiblement ne cherchait qu'à s'amuser pour passer le temps. Tournant la tête vers le bar, il se retourna à nouveau vers la nouvelle hôtesse.

"Ça me change de Kim, qui me ruine en soda. Ce mec boit tellement d'energy drink qu'il doit pisser bleu ou vert! Je lui ai déjà dis d'arrêter, en plus ça le rend nerveux... hé tu sais quoi? L'autre jour son Sangaria était coincé dans le distributeur, j'ai cru qu’il allait devenir fou... pire qu'un drogué en manque."

Il rit, presque hilare mais dans le fond ce n'était pas des plus drôle : voir le coréen démonter une distributeur public à coup de battes, le sentir nerveux au point de ne plus se contrôler... Sawaki n'ajouta rien, hochant la tête lorsque Hana plaisanta en disant que Kim était implacable. Ça oui! Et fatiguant. Il lui sourit gentiment, la trouvant mignonne comme tout et trouva ses plaisanteries amusantes. L'homme rit de bon cœur.

"Je suis sauvé, j'ai une bodyguard!", Sawaki s'assit plus confortablement sur le canapé et continua, "tu es trop mignonne, tu dois avoir pleins de demandes, non?", il sourit, simplement, "j'aime tellement cet endroit, on s'y amuse vraiment beaucoup! Les filles sont très gentilles.... sauf Kim."

Sawaki était sincère et une pointe de tendresse s'entendit dans sa voix tandis qu'il parlait du club, ayant l'air de sincèrement l'apprécier et de respecter ceux qui y travaillaient. Même sa manière taquine de parler de Jae-yeol laissait sous-entendre qu'il était plus fréquentable qu'il ne semblait l'être en définitive. Ce dernier revint avec un plateau contenant une bière, une canette de thé grillé et une bouteille étrange à côté d'une bouteille de Green Dakara.

"Encore ce truc dégeu?", dit Sawaki en faisant un peu la tête, "Oronamin C et Green Dakara... y'a que toi qui mélange le sport drink et l'energy drink..."

"Lâche-moi... ça te fera pas plus cher qu'une bière, espèce de radin..."

Jae-yeol ne répondit rien de plus et se posa sur le canapé en ouvrant toutes les boissons et en les distribuant à Hana et leurs clients. Ce n'était pas qu'une questions d'argent, loin de là, il fallait être aveugle comme le coréen pour ne pas le boire.

"Certains energy drinks comme le lipovitan sont quasiment de la drogue", dit Sawaki avec un air docte à l'adresse de Hana, "tu devrais boire du thé, la théine a un effet excitant mais c'est plus sain. Et tu serais bien moins dépendant."

"Blablabla... va donc t'faire enculer, docteur Kawashima!"

Jae-yeol jeta un regard noir à leur client tandis qu'il mélangeait ses boissons entre elles dans un grand verre pour les gober plus que les boire. Il détestait que son ami se mêle de sa vie, et surtout qu'il l'expose ainsi à des inconnus. Sa dépendance ne regardait que lui dans le fond. Pour changer de sujet, le coréen posa une cacahuète sur sur coude et frappa sur son avant bras pour la faire voler en l'air et la gober en plein vol; cela eut pour effet de faire rire Sawaki qui sembla tout oublier de la future querelle entre eux et il frappa des mains comme un enfant.

"Parait que Kim peut rattraper tout ce qu'on lui lance, c'est mama qui me l'a dit", fit Sawaki, "tiens, essaye Hanacchin, tu vas voir c'est tordant!", dit-il en lui tendant le bol de cacahuètes.

"Q-que... enfoiré!"

Jae-yeol piqua un large fard à la manière d'une tsundere et sembla agacé mais se mit en position au cas où; il avait une réputation de récupérateur de cacahuète invaincu à tenir.

"Amène-toi fillette. Lance donc c'te cacahuète s'tu l'oses", fit-il à Hana avec un air à la fois névrosé et concentré. Impossible de savoir s'il plaisantait ou prenait le challenge sérieusement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


 
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Good kid medecine.   Ven 21 Aoû - 12:02


Le rôle de la fille sage convenait parfaitement pour Haruki. Il n'avait pas besoin de se forcer pour ce genre de rôle, se montrant naturellement polie et douce, avec son visage lunaire étiré par un sourire un peu timide.
Sawaki semblait réellement sympa, le genre de client agréable qu'il aimait bien. Il riait, s'amusait comme un enfant et cela mettait Haruki à l'aise. Il n'avait pour le moment pas eu de mauvaise expérience avec ses clients, sans doute car son minois de jeunette et sa timidité ne donnait pas envie d'être dur ou mal aimable.
"Je bois beaucoup de thé, Sawaki-san. J'aime un peu toutes les sortes mais j'adore le Oolong grillé." Il souriait avec insouciance mais un peu gêné d'entendre parler de Kim et de son addiction aux sodas : il ne connaissait que trop cela. "En fait le sucre est comparable à une drogue. Il faut s'en sevrer et c'est très difficile. Ca cause de nombreux troubles du comportement." Dit-il finalement avant de prendre une moue gênée : il avait peu que son ton ait été trop docte. Mais sur le sujet, qui mieux que lui pouvait savoir les ravages que peut avoir un manque de sucre ?

Rougissant de la racine des cheveux à la pointe des pieds quand Sawaki le qualifia de mignonne, Hana fixa ses doigts, clairement gêné. "Je ne sais pas, j'ai souvent des demandes mais je ne pense pas plus que toutes les autres filles." Fit-il en se tordant un peu les doigts. Il ignorait que Mama était surtout très contente d'avoir une petite nouvelle à exhiber joyeusement... Se faire dire qu'elle était mignonne arrivait finalement régulièrement mais Haruki avait du mal à se faire à l'idée que d'autres hommes puisse le trouver mignonne tout en sachant qu'il était un garçon aussi.

Alors que Jae revenait, Haruki prit pour prétexte de boire à petites gorgées son thé pour ignorer l'amorce de dispute entre les deux autres, dédaignant les cacahuètes pour se concentrer sur sa boisson non sucrée, au contraire de Jae. Il ne fit pour sa part aucun commentaire : il n'avait pas envie de se faire tuer par le délinquant et ca ne le regardais pas. Il aurait été mal placé pour dire quoi que ce soit. A vrai dire il suivait pour sa part un régime si strict que c'en serait déprimant pour n'importe qui : cela flirtait avec l'exacte névrose inverse.
Soudain, la dispute amorcée fut oubliée pour une histoire de cacahuètes et Haruki releva le nez de son verre pour se voir pris à parti.
"Haaaaa... Heuuuu..." Fit-il, un peu gêné alors que Jae le défiait du regard : il n'était pas sûr que ce soit pour qu'il le fasse ou qu'il ne le fasse surtout pas.
Rougissant un peu, devant les crâneries de ce fichu coréen, il céda finalement. Il espérait en secret que Jae se loupe et passe pour un con, par une petite mesquinerie de lycéen immature.
Prenant une cacahuète avec un sérieux presque comique, il la fit un peu sauter dans sa main comme une balle et la lança finalement en un geste imitant comiquement celui d'un joueur de baseball...
Bien sûr il n'avait pas lancé bien fort et avait fait attention à ne pas l'envoyer trop à côté, pour que Jae puisse l'attraper finalement assez facilement. D'ailleurs, quand ce dernier goba la cacahuète, Haruki applaudit de bon cœur. "Tu es trop forte pour moi, Kim-chan !" Fit-il avec insouciance. Peut-être la soirée allait-elle être bonne, finalement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


 
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Good kid medecine.   Jeu 27 Aoû - 11:20

Good kid medecine.
Jae-yeol
feat.
Haruki


 

 



 

 

« Il semble que le déguisement suppose une difficulté d'être reconnu, et que travestissement suppose seulement l'intention de ne pas l'être, ou même seulement l'intention de s'habiller autrement qu'on n'a coutume. »

Sawaki n'avait jamais été un de ces clients qui posaient problèmes, bien au contraire; respectant les filles, l'homme aimait simplement leur compagnie et essayait tant bien que mal et avec plus ou moins de succès de les faire rire. C'était un homme simple, sans arrière-pensée, sans turpitudes particulières et il sourit de bon cœur à Hana lorsqu'elle lui expliqua boire beaucoup de thé avant de résumer les effets de l'addiction aux sucres. L'homme eut un instant l'air inquiet mais il se recomposa rapidement une attitude pour ne rien montrer de son instant de doute. Après tout était-il ami avec Jae-yeol, et il était normal qu'il semble préoccupé par ce dernier.

"Il n'est pas prêt d'arrêter", fit Sawaki avec un air gêné, "ça le rend très agressif, ouep."

L'homme ne sembla pas déranger par l'impression docte que Hana pensait distiller, et qu’il ne percuta même pas, pour tout dire. Il rit de bon cœur devant ma gêne du travesti, appréciant ses rougeurs, ses attitudes qui semblaient plus naturelles que calculées.

"C'est bien d'être modeste", assura Sawaki en hochant de la tête un peu théâtralement, les yeux fermés, "c'est une qualité féminine ici. Kim est coréen, il ne peut pas comprendre je pense... enfin je suppose que certains hommes préfèrent les femmes vulgaires, sinon il n'aurait jamais de clients!"

Il rit encore un peu en regardant le coréen revenir avec les boissons, regardant Hana boire par petites gorgées là où l'autre travesti se remplissait limite comme une outre, sans soif. Il avala le contenu repoussant de son verre en quelques lampés, étouffant un soupir de soulagement entre ses dents avant d'amorcer une dispute avec Sawaki, qui fut réglée à coup de provocation qui avait un goût d'arachide. Le coréen eut un rire moqueur en désignant du doigt la pauvre Hana qui rougissait comme une pivoine, la défiant du regard et de l'attitude, ce qui amusait grandement leur client du soir. Jae-yeol prit un air rogue lorsque son binôme lui lança la dite cacahuète, la rattrapant au vol dans un bruit de dents entrechoquées, de mâchoire qui se ferme brusquement, sous les applaudissements de Hana et les rires de Sawaki.

"Bien sûr qu'je suis trop forte, imouto-chan!", rit le jeune homme, un vague sourire amusé au visage.

Quelque chose semblait cependant différent chez les délinquant quand il était à l'aise, un naturel plus enclin à la discussion, par delà le mur de la nervosité et de la colère; ses gestes avaient quelques choses d’indéniablement plus efféminés maintenant qu'il était en mode "boulot" et lorsqu'il croisa les jambes, il prit involontairement un air plus délicat et précieux, moins brut de décoffrage, moins sur la défensive vis-à-vis de sa virilité. Jae-yeol était différent de Haruki : le japonais était un maître du cosplay et du travestissement, lui était seulement androgyne, bien plus qu'il ne voulait l'assumer. Il y avait juste en lui un profond stress et mal être concernant sa masculinité, le poussant visiblement à agir de manière barbare et vulgaire.

"Tiens", fit-il en tendant une serviette à Hana, "pour tes doigts."

Lui non plus n'aimait pas avoir du sel plein les paluches, à vrai dire. Mais le jeune homme avait remarqué la répugnance de son partenaire de travail quant aux cacahuètes et se montra étonnement prévenant envers lui. Sawaki quant à lui termina sa bière sans se hâter, profitant de la double compagnie des plus agréables avant de se lever lentement.

"C'est pas tout ça, mais faut que je rentre, les filles!", dit-il en s'étirant un peu.

Jae-yeol se gratta le genou en le fixant par dessous.

"Tu salues ta femme et ta fille pour moi?"
, ironisa le coréen.

"Haha.. très drôle, Kim-chan!", il se retourna vers Hana, un peu gêné, "je suis désolé mais faut que je rentre. J'ai été super content de te croiser Hanacchin, je reviendrai pour toi la semaine prochaine! Tu seras encore là?"

Il lui sourit à pleines dents, sincère et direct. De son côté, le coréen détourna la tête en soupirant, comme agacé et Sawaki le pinça au niveau de l'avant bras avant de le gratifier d'un "tsundere-chan!", sonore, accolé à un grand rire.

"Un bisou à ton chéri des sentô au passage, Kim!"

"C'est mon patron, pas mon mec face de pet!", grogna le coréen en se levant d'un bond, la colère lui montant au nez.

"Mais tu couches avec, donc bon!", il accusa un petit coup de poing dans le dos de la part du délinquant qui chercha à le pousser vers la sortie, "à moins que tu sortes avec le yakuza de la dernière fois, celui que t’appelles Onii-chaaaaan?"

"Ta gueule ou j'te casse les jambes, sale con! Me parle pas de Yuzu-kun ou j'te bouffe les pouces", dit Jae-yeol en secouant leur client qui riait comme un fou, avant de le pousser vers Hana, "ramène-le à la sortie, sinon j'le bute, sérieux...", lui ordinna-t-il en poussant Sawaki vers Hana et en quittant les lieux pour retourner aux vestiaires, comme une furie. Il avait l'air blessé mais Sawaki continuait de sourire, haussant les épaules, "ça lui passera. Tu me raccompagnes à l'entrée, Hanachin?", demanda-t-il gentiment au travesti en lui tendant quelques billets comme pourboire, "tu donneras la moitié à ta pote, sinon elle va finir par faire une crise de jalousie."

© Gasmask



Revenir en haut Aller en bas
avatar


 
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Good kid medecine.   Jeu 3 Sep - 11:15


Il semblait que la soirée se détendait peu à peu, Haruki finissant par se sentir un peu rassuré : Jae ne l'avait pas tué pour le moment et lui-même tenait son rôle de la fille douce et timide. A vrai dire, sa posture et ses manières étaient celles d'une femme, sans ambiguïté, au contraire de certains travesti. Kim-chan semblait se détendre, fier de sa prestation à base de cacahuètes et il rosit un peu de se faire appeler "petite sœur". C'était toujours étrange de voir ce gros dur de coréen se montrer plus prévenant alors qu'il lui donnait une serviette. Une simple attention qu'il remercia avec un grand sourire. Il détestait toucher des aliments gras et salés : une angoisse née de son addiction d'autrefois, où il avait très souvent les mains grasses à cause ce qu'il engloutissait comme snacks et sucreries.

Finalement, le moment était agréable, et Haruki finit son thé sagement, se levant quand Sawaki énonça qu'il rentrait. La pique de Jae sur la femme et l'enfant de leur client le laissa un instant pensif : il lui semblait étrange de vouloir boire un verre avec des travesti quand on a quelqu'un dans sa vie. C'était une chose qu'il était sûrement trop jeune ou trop innocent pour comprendre.
"Bien sûr, je suis là tous les jours sauf le mercredi, le vendredi et le samedi, Sawaki-san !" Fit-il d'un ton enjoué. Il était du genre ponctuel quand il s'agissait du travail, sauf si un kaijin se mettait en tête de vouloir raser la ville, mais ce n'était pas si fréquent, heureusement.

Tandis que les deux hommes se taquinaient - puis se disputaient de nouveau à moitié - Haruki ouvrit de grands yeux en apprenant que Jae-Yeol couchait avec un patron de bain mais... Etait en couple avec un Yakusa ?! Un instant, il se sentit un peu dépassé par ces informations, se disant que son aîné avait une vie définitivement dissolue et dangereuse. Mais s'il sortait avec un Yakusa, il ne devait pas vouloir que ça se sache. Après tout, ces gens là n'étaient pas réputés pour leur ouverture d'esprit sur certains sujets... C'était peut-être un amour impossible vu la réaction à fleur de peau de Jae...
Se sentant un peu triste pour ce dernier il le regarda prendre la fuite dans les vestiaires, demeurant seul aux côtés de leur client.
"Bien sûr, je vous raccompagne, suivez-moi." Fit docilement Haruki en reprenant ses esprits, précédant leur client. "Ne vous inquiétez pas pour Kim-chan, j'irais la voir après pour la réconforter." C'était un peu du flan parce que Haruki avait peur de Jae mais... Il devait avoir tellement de peine qu'on lui parle de son amoureux, si ils ne pouvaient pas être ensemble et qu'il devait être en couple avec un autre homme en plus - Haruki avait une vision complètement fantasmagorique de la réelle situation du coréen.
"Merci infiniment pour votre venue, Sawaki-san !" Fit-il avec un sourire en glissant les billets dans la poche de son sweat. "Je saluerais Kim-chan pour vous." Saluant à la manière des jeunes filles, il agita le bras en direction de leur client quand ce dernier s'éloigna dans la rue, avant de rejoindre la salle, puis les vestiaires. Il avait le ventre un peu noué et espérait que Jae ne serait pas trop triste.

"Kim ? Tu es là ?" appela-t-il doucement à l'entrée, avant de voir le coréen un peu plus loin. S'avançant un peu timidement, il lui tendit un peu plus que la moitié du pourboire - pour lui, Jae en avait plus besoin que lui - tentant un sourire qui se voulait gentil. "Tiens, c'est de la part de notre client. Il était désolé de t'avoir..." Il hésita un instant sur les mots. Mis en colère ? Fait de la peine ? "Agacé." Tenta-t-il finalement.
Il hésita un peu avant de demander plus doucement, marchant clairement sur des oeufs : "Ca va aller ?" Il avait peur de s'attirer les foudres de son aîné si jamais il mentionnait son histoire. Cela devait être tellement douloureux...
Revenir en haut Aller en bas
avatar


 
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Good kid medecine.   Jeu 24 Sep - 16:03

Good kid medecine.
Jae-yeol
feat.
Haruki


 

 



 

 

« Il semble que le déguisement suppose une difficulté d'être reconnu, et que travestissement suppose seulement l'intention de ne pas l'être, ou même seulement l'intention de s'habiller autrement qu'on n'a coutume. »

Sawaki était le spécialiste de mettage de pieds dans le plat, visiblement. Étonné par la réaction à vif du coréen, il se gratta l’arrière de la nuque en prenant un air tout penaud avant de hausser les épaules pour se concentrer sur Hana. A vrai dire, il se sentait un peu bête mais il savait également qu'il n'y avait pas grand chose à faire dans ce cas de figure, suivant la nouvelle tête qui le raccompagnait à la sortie et lui donnant un petit pourboire. L'homme agita gentiment la main vers Hana tandis qu'il partait, le sourire aux lèvres; c'était un client régulier, un type qui riait un peu fort mais qui se comportait de manière exemplaire. Personne n'avait jamais eu à se plaindre de lui et il semblait être tel qu'il se montrait : simple et sympathique. Il ne buvait pas beaucoup, mais il était gentil. Et toujours sobre et propre.

Dans les vestiaires, Jae-yeol cherchait à reprendre une respiration qu'il ne cessait de perdre, tout comme son calme. Le visage pivoine, il s'était changé pour quitter ces vêtements féminines et enfiler son pantalon avec un peu trop de hâte, manquant de tomber. Il se rattrapa aux casiers en face de lui en grommelant, maudissant en pensées son ami Sawaki pour son indiscrétion légendaire. Le jeune homme ruminait dans son coin, détestant qu'on étale de cette manière - et encore plus en fantasmes débiles - sa vie privée qui était déjà bien assez compliquée comme ça. Il était tant énervé et concentré sur ses pensées qu'il n'entendit pas Haruki entrer dans les vestiaires avant que ce dernier ne prenne pas parole. Refermant les derniers boutons de son pantalon, torse nu sur la maigreur de son buste abîmé de cicatrices, il ne répondit pas au japonais, le laissant s'approcher sans rien dire. Il était trop en colère.

Le coréen baissa le regard sur les quelques billets que lui tendit Haruki; le pourboire de Sawaki, surement. Cependant il se détourna de la main tendu, ne lui offrant que son dos qui n'était pas en meilleur état que son torse. Jae-yeol n'avait pas envie d'argumenter trois heures mais n'avait pas envie de partager l'argent avec Haruki : le petit avait bien travaillé là où lui ne méritait pas un yens pour son emportement. Il avait des principes.

"Garde tout", il enfila ses chaussures, "t'as bien bossé."

L'autre travesti se voulait certainement gentil mais le coréen ne répondit pas à sa bonté, détestant être pris en pitié comme il pensait que l'autre faisait. Il se baissa pour ramasser sa chemise et l'enfiler et refermer sa grosse montre sur son poignet fin, faisant craquer ses doigts en passant ses multiples bagues bon marché.

"C'pas toi qui m'a agacé"
, dit-il en tentant de se montrer laconique à dessein.

Qu'on se soucie de lui était si inhabituel pour Jae-yeol qu'il se retourna d'un mouvement, l'air surpris à outrance quand Haruki lui demanda si ça irait pour lui; bien sûr, il faut que ça aille, avait-il envie de lui répondre mais il ne dit rien, ne sachant pas trop quoi répondre à cette gentillesse qu'il sentait bien désintéressée.

"Te fais pas d'idée, j'sors avec personne, hein", le coréen toisa l'autre garçon un peu de haut, comme pour chercher à l'intimider, "ou c'est que ça t'gènes que j'soie pédé, peut-être?"

C'était dit si durement; pédé. Comme un insulte dans sa propre bouche, l'air incroyablement rogue. Dérision et frustration. Il ne se sentait réellement chez lui qu'à Kasumigaseki, là où tout le monde était comme lui, là où on allait certainement pas le juger sur ses choix, sexuels comme vestimentaires.

"Oublie ça", fit le coréen en soupirant. Il imaginait bien que Haruki ne serait pas choquée qu'il soit homosexuel, "j'suis juste un con en colère."

Se retournant pour enfiler sa veste, l'expression du jeune homme semblait plus calme mais plus triste à la fois, et il se força à sourire en faisant contre mauvaise fortune bon cœur. Ce n'était pas la faute de l'autre garçon et il le savait bien; il n'y avait personne à blâmer dans cette histoire, personne d'autre que lui qui aimait un hétéro et dormait avec tous ceux qui savait allonger quelques yens.

"T'as d'jà été amoureux de quelqu'un? Genre quelqu'un que t'admires grave, qui est trop classe mais pas atteignable du tout? Le genre de personne qui t'protège et tout?"


Il soupira encore, sen sentant bête de poser ce genre de questions à un total inconnu. Se frottant le crâne sous l'agacement, Jae-yeol se rappela qu'il avait un service court ce soir et ne savait pas quoi faire de sa soirée ensuite: c'était le jour à Matoi-san n'était pas chez lui et où la porte de l'appartement était close. Ces jours-là, le coréen devait trouver un autre endroit où dormir pendant la nuit. Parfois c'était facile, il pouvait dormir au Love Hotel où il parvenait à ramener un client, parfois c'était plus difficile et il dormait où il pouvait. Un soir qu'il dormait sous un pont, il avait rencontré sa meilleure amie qui l'avait recueillit durant plusieurs jours. La vie était bizarrement faite, parfois.

"Ma moto est dehors. Tu veux faire un tour à l'arrière?"

La fierté de Bosozoku prit la place de la colère et de la tristesse pour creuser sur le visage de Jae-Yeol un rictus assuré, bombant le torse. Il était si fier de sa petite merveille, au poin de l’exhiber comme une femme charmante à son bras. Le coréen avait demandé bille en tête, pour changer de sujet comme il en avait l'habitude.

© Gasmask



Revenir en haut Aller en bas
avatar


 
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Good kid medecine.   Mer 30 Sep - 10:57

Haruki ne savait jamais sur quel pied danser avec Jae-Yeol. Déjà parce qu'il n'était de toute façon pas bien doué avec les gens, ensuite parce qu'il avait peur de ce drôle de type qui se mettait si facilement en colère. Cependant, à certain moment, la peur était contrebalancée par la compassion, comme à ce moment où il s'imaginait de tas de scénarii dignes de mauvais drama.
Voir Jae torse-nu n'arrangea pas son malaise et il se sentit rougir en regardant partout sauf vers le torse entraperçu, aux cicatrices de mauvais garçon. Lui aussi avait de cicatrices mais les siennes n'étaient pas très glorieuses, ni badass. Quand Jae lui dit de garder tout l'argent, Haruki écarquilla les yeux, regardant Jae - enfin son dos - et regretta aussitôt d'avoir ramené son regard vers le coréen : sa chute de reins... Ses cicatrices... Il dégluti, troublé, se giflant mentalement d'avoir, l'espace d'une toute petite fraction de seconde, regardé un peu plus bas que les reins de son sempaï. Ca ne tournait pas rond, chez lui.

"Mais Sawaki-San a dit que..." Il se tut sur un regard assassin du coréen et ne discuta pas, rangeant les billets dans sa poche. "Je... merci, Kim-ch... Kim."
Il s'emmêlait les pinceaux et fut d'autant plus soulagé que son aîné enfile sa chemise. Tandis que Jae se justifiait, Haruki se sentit rougir furieusement alors que le jeune homme démentait sortir avec quelqu'un. Oui, bien sûr, il devait sûrement vouloir protéger son amant et lui, ce serait peut-être dangereux pour eux, s'ils étaient découverts. Pédé... Le mot sonnait comme une insulte et il accusa le coup. Pédé... Il ne l'était pas, lui... Il lisait du hentaï ! Il lisait les fanfiction de Nobu mais dans ces textes, Pinku était une femme, donc ce n'était pas pareil. Et Nobu était un ami, ce n'était pas être pédé que d'avoir des vêtements de femme... Alors Jae était... Il rougit. Ca devait être difficile.
"... Non... Non ça me dérange pas..." C'était le cas. Il était un peu mal à l'aise. Il travaillait certes au club mais que deux hommes puissent avoir envie de... Dans la réalité, hein - pas dans un yaoi, ça comptait pas, c'était pas pédé d'en lire... Si ? Bon ça le dépassait complètement. Mais au fond, chacun son truc...
Il devait avoir pris une belle teinte cramoisie et commencer à hyperventiler puisqu'il sentit Hana-chan lui envoyer de douces ondes de réconfort mentales et il se calma bientôt, rassuré par la présence de son armure. Tout irait bien, Hana était là.

La question de Je-Yeol le laissa un moment songeur et il déglutit, détournant les yeux.
"...Oui..." Répondit-il doucement, pensant fort à Melolon, dont l'absence fut un instant ravivé par la voix presque triste du coréen. Il comprit qu'il devait parler du Yakusa et s'en sentit peiné pour lui. "Mais il est parti, je ne le reverrais plus jamais." Finit-il, plus doucement, comme un regret dans sa voix. C'était être pédé, d'avoir envie de revoir ce gars dont il ne savait rien mais qu'il imaginait tant ? Il ne savait pas. Ce n'était pas pédé, il n'y avait jamais rien eu entre eux. Rien que des fanarts et des fanfictions... Juste un fantasme, pas même une réalité.

La proposition subite du coréen le laissa un instant perplexe, comme deux ronds de flan. Il ne sut que répondre dans l'instant et bredouilla maladroitement quelque chose d'inintelligible. Finalement, empourpré, il dansa d'un pied sur l'autre. Il avait peur de vexer Jae s'il refusait. Et puis bon, les motos c'était cool, mais quand on vole en armure ca devient tout de suite un peu surfait. Mais...
"Heu... D'acord." Finit par répondre le jeune homme, se passant une main dans la perruque blanche. Il ne se changeait pas toujours pour rentrer, de toute façon. Et puis ça lui éviterait de marcher. Il prit son sac, le passant en bandoulière et suivit Jae jusqu'à l'arrière du bar. "Elle est cool ta moto." Fit-il, sincèrement impressionné en voyant l'engin, lui qui n'avait qu'un vélo tout simple.
Revenir en haut Aller en bas



 
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Good kid medecine.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Good kid medecine.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Club de medecine
» 1.06 All Good Things Must Come to an End
» Good Morning England - Demande de partenariat
» 07. It's a new day, a new start, and I'm feeling good!
» Good morning, Ireland ! (23/01/12 à 10h12)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tokusatsu!! :: Le Foyer :: Les Archives :: Archives RP-