Dans la chaleur de la nuit
Le mal est toujours puni
Les "Unités Kojiki", sortes d'armures intégrales de combat dotées d'une intelligence propre bien qu'instinctive, ont été découvertes alors qu'elles avaient été perdues par l'entreprise pharmaceutique qui les a créé, la Yomotsu Corporation. Cette dernière dépécha de nombreux agents dans l'espoir de les retrouver mais leurs nouveaux porteurs, se surnommant les "Tokusatsu", étaient devenus des justiciers masqués protégeant la ville de la menace Kaijin, des créatures monstrueuses aussi bien nées des malversations génétiques hasardeuses de la Yomotsu qu'à une singularité de la ville : l'énergie Fuzen.
lire le contexte

Partagez | 
 

 Poison

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar


 
Invité
Invité


MessageSujet: Poison   Mar 28 Juil - 20:21


Il rangea le portable dans sa poche.
Le soleil d'été lui brûlait les yeux et il portait des lunettes noires. Malgré cela, la luminosité était insupportable. Il détestait le jour.

Il détestait attendre comme ça, devant ce lycée moisi. Il détestait plus encore la personne qu'il attendait. Insupportable créature.

Que faisait-il là, à se faire dévisager par les élèves ? Quelques filles gloussèrent en passant devant lui et il eu envie de vomir. Ou de répandre leurs tripes sur le bitume luisant de chaleur. Il portait une simple chemise noire et un pantalon de la même valeur et ses cheveux étaient tirés en un catogan haut, lui donnant un air sévère, avec ses lunettes de mafieux.

Il croisa les bras, adossé à un mur, dans l'ombre la plus opaque possible - c'est à dire dérisoire. Il n'allait pas en plus traverser jusqu'à cette foutue merdeuse. Elle n'avait qu'à ouvrir les yeux.
Elle était juste devant lui en plus, mais de l'autre côté de la route. Et les humains ne voyaient pas qu'elle n'était pas humaine ? C'était ridicule : elle avait l'air de tout sauf d'une fille normale, avec ses yeux rouges et ses cheveux cendrés. Pas étonnant qu'ils soient une espèce supérieure dont tous ces idiots constituaient le garde-manger. Bon sang. Il avait envie de les bouffer. Faire un putain de massacre. Mais la puce le rendait chien quand il pensait loup.

Que faisait-il là ? Il avait cru qu'elle voulait lui parler de quelque chose d'important. Tout simplement.

Parfois, c'était son tour d'être naïf.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


 
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Poison   Mar 28 Juil - 21:13

SCHOOL DAYS.


Awnnn, good boy !


Elle avait marché seule le long des couloirs de l'établissement, à l'heure où certains quittent leurs sales de classes pour rejoindre leurs clubs, dans ce milieu d'après-midi chaud et sec. Personne ne l'accompagnait, personne ne lui adressait la parole car si elle parvenait à se faire passer pour une humaine, elle restait étrange aux yeux des autres. Oonamuji Rei était officiellement malentendante - différente - et ses lacunes dans toutes la matières achevaient de donner l'impression aux lycéens qu'elle était autiste. Mais l'intéressée s'en fichait : elle était là pour identifier la menace kaijin cachée au sein du lycée Tottori et c'était bien tout; elle n'avait pas besoin de jouer à l'humaine ou juste assez pour qu'on lui fiche la paix : cette histoire de "handicap" tombait très bien.

L'air était chaud et lourd et la kaijin rasa un peu les murs pour marcher dans la fraîcheur relative de l'ombre des grands bâtiments, gagnant la grille en pianotant sur son portable nouvellement reçu par ses supérieurs. Elle se posta devant la grille ouverte et sembla attendre un peu pour rien, sans remarquer que la personne qu'elle cherchait était sous son nez. Intrigué par quelques gloussements d'écolières, elle remarqua finalement Yukishiro tout de noir vêtu et se dirigea vers lui.

"Onii-chan"
, le désigna-t-elle lentement.

La funayurei ne fit rien de particulier, même pas le saluer. Au lieu de cela, elle fouilla dans son sac pour en tirer une bouteille de ramune et la lui montra, l'air neutre.

"Comment on ouvre ça, onii-chan?"


Quelques élèves les regardèrent un moment, improbable duo désigné comme frère et sœur malgré le Ho-Masubi, ce qui fit pouffer un groupe de filles qui passèrent à côté d'eux, se moquant de la manière très strict et monotone de parler de celles qu'on appelait "la débile" au sein du lycée...

"Hey regarde, c'est la débile de la 2-c!", une autre voix s'éleva, non loin, "ce qu'elle est conne... il parait qu'elle ne sait même pas lire correctement...

Elle ne répondit pas, hermétique à tous ces dires qui étaient très loin de son esprit.

"Comment on ouvre ça, onii-chan?", répéta-t-elle de cette voix monocorde et sans émotions, mettant la ramune sous le nez du kaijin en insistant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


 
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Poison   Mar 28 Juil - 21:53


Le loup blanc la vit finalement venir vers lui, roulant des yeux en soupirant. C'était pas trop tôt. Elle avait intérêt d'avoir une bonne raison de l'avoir réveillé en plein jour, au plus chaud de la journée. Ce n'était pas tant la chaleur qui le dérangeait, mais bien cet horrible soleil éclatant.
L'interpellation de Yurei lui tira une grimace. Il détestait qu'elle l'appelle comme ça. Quelle horreur. Une sœur ? C'était ridicule.

Fronçant le nez, Yukishiro roula des yeux derrière ses lunettes lorsqu'elle brandit encore une fois une ramune. "Tssk. Tu peux pas demander un l'un de ces abrutis ?" Fit-il avec agacement. Cependant, il attrapa la bouteille, la lui arrachant presque des mains, avant de l'ouvrir dans un même mouvement adroit. "Bon au cas où tu me gonfle encore avec ça : il faut enlever le bouchon, puis l'utiliser pour pousser la bille. Ca va, c'est à ton niveau ?" Lui rendant sa limonade d'un geste brusque, il chassa quelques mèches de ses cheveux de devant son front d'un geste agacé.
Il préférerait ne pas s'attarder. Il allait tourner les talons pour rejoindre le métro quand il capta les propos d'une fille non loin.

Qu'on se moque de Yurei lui était égal - au contraire ! - mais qu'un humain se moque d'une espèce supérieure était autre chose. Ils n'étaient que de la bouffe. Rien que de la merde de chien une fois qu'il les avaient bouffés.
Remontant ses lunettes sur sa tête, il se tourna vers les coupables, prenant son air le plus patibulaire, conscient de quoi sa tenue trop stricte le faisait passer. En quelques pas, il fut face à elles, les dominant de toute sa hauteur.
"T'as dis quoi de ma sœur, la pisseuse ?" Il renifla avec mépris. "Quand on se fait piner dans les chiottes par des sempaï, on ferme sa grande gueule si on ne veut pas qu'il nous arrive des bricoles."
A la pâleur de la greluche, il sut qu'il ne s'était pas trompé. Elle puait le sperme à plein nez, et la petite chatte négligée. Ecoeurant. "Tu dis pardon à la demoiselle, tout de suite." Fit-il en la fixant de ses yeux noirs et comme deux charbons ardents.

"Je... Je... Pardon..." Fit la fille, les genoux flageolant devant ses copines qui semblaient comme pétrifiées. "Je suis sûr que tu peux faire mieux que ça." gronda le loup blanc en la fixant toujours, pointant d'un index autoritaire sa "petite sœur". Hochant lentement la tête comme une condamnée à l'échafaud, elle tituba jusque devant Yurei, s'inclinant profondément."Pardon Oonamuji-san. Je suis désolée."
Dans un grand sourire carnassier, le Ho-Masubi lança un "bah voilà !" des plus ironiques avant de faire signe aux merdeuses de déguerpir, ce qu'elles firent sans demander leur reste. Traumatiser des lycéennes semblait l'avoir mis de bonne humeur.
"Bon, on y va ou quoi ?" Fit-il en remettant ses lunettes sur son nez. Foutu soleil.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


 
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Poison   Mer 29 Juil - 17:30

SCHOOL DAYS.


Awnnn, good boy !


Yurei haussa les épaules lorsque Yukishiro lui demanda d'aller faire sa requête ailleurs. Elle préférait lui demander à lui, lui agitant sa bouteille sous le nez pour voir comment il réagirait; les humains ne l'intéressaient pas et son attention n'était fixé que sur le Ho-Masubi, ignorant les commentaires qu'elle perçu vaguement dans son dos. Enlever le bouchon et s'en servir pour faire tomber la bille dans la bouteille... La Funayurei regarda intensément son aîné faire pour retenir l’enchaînement d'action. Ce n'était pas très dur.

"Je suppose que je pourrai le refaire."


Aucun merci, aucune gratitude comme la première fois où ils s'étaient rencontré, au love hotel, il y avait quelques nuits de cela. Elle préféra boire une gorgée de limonade tandis que le kaijin fondit sur un groupe de jeunes filles à côté d'eux. Elle ne comprit pas tout le langage qu'utilisait Yukishiro mais à voir la pâleur de la lycéen, il avait du mettre le doigt sur quelque chose. Mais quoi? La curiosité la prit alors que l'intéressée, fortement intimidée, vint s'excuser devant elle de manière formelle. Yurei balaya l'initiative d'un air nochalant.

"C'est bon", fit-elle en reprenant une gorgée de soda, faisant rouler la bille contre le verre épais.

Et pourtant, derrière le plastique et le verre, son sourire s'était tordu imperceptiblement et son visage avait prit une expression particulière; la kaijin tendit la main à la jeune fille comme pour la lui serrer et oublier cette histoire. Et tandis que Yukishiro quittait les lieux, sa gardienne restait sur place, quelque chose se produisant en elle tandis qu'elle comprenait le sens des paroles de son collègue en fouillant rapidement dans la mémoire de la lycéenne, statique devant elle.

"On va devenir amies, à partir de maintenant."

La fille la regarda, comme hébétée et Yurei ferma les yeux en lui souriant presque gentiment; son visage avait quelque chose de différent de d'habitude; quelque chose de vivant.

"Devenir.. amies...", elle se ressaisit, "oui, bien sûr!"

La funayurei eut un simple sourire, prenant les mains de la jeune fille pour coller sa joue à la sienne et lui dire dans le creux de l'oreille, "j'aime bien ton odeur... elle ressemble à la mienne...", avant de lui fausser compagnie et de retourner trottiner aux côtés de son "grand frère" désigné, fouillant dans sons ac pour lui sortir une canette de thé grillé froid, terminant sa ramune. Un énorme sourire barrait son visage et maintenant qu'elle quittait les clous de l'école, ses grands yeux avaient viré au jaune vif, inhumain.

"Cette fille a une odeur de kaijin... mais ça n'en est pas un. Tu as senti, non?"

Elle croisa un garçon de sa classe et jeta sa bouteille sur lui, entre ses jambes pour le faire trébucher et tomber; une petite mesquinerie comme ça.

"Les humains adorent penser qu'ils sont des prédateurs... ils sont à vomir..."
, un rire lui vint à la gorge, simple et cruel. Elle avait l'air tellement différente, "ça me donne envie de leur rappeler leur place dans la chaîne alimentaire."
Revenir en haut Aller en bas
avatar


 
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Poison   Ven 31 Juil - 21:08


Marchant sans attendre la Funayurei, il avait cependant gardé un œil dessus. Tssk, pourquoi est-ce qu'il devait toujours faire du babysitting ? Il faisait beau et chaud, c'était déprimant. Et les étudiants passaient, insouciants et heureux, occupés à leurs petites personnes. Il en aurait bien mangé quelques uns pour la peine. Mais bon... Mains dans les poches, il fut bientôt rejoint par la gamine. L'avantage de ses lunettes étaient qu'elles lui permettaient des coups d’œil discret. C'était quoi cette nouvelle bizarrerie ? Les jeunes devaient tellement toujours se faire remarquer... Ceci dit la remarque de la kaijin le fit rire, d'un rire bref semblable à un aboiement.

"Pour une fois, je suis d'accord avec toi, gamine." Il s'autorisa un sourire sans joie, découvrant ses dents. Pourquoi fallait-il qu'il est cette fichue puce, maintenant ? Il pourrait se rassasier. Calmer un instant cette faim surnaturelle de meurtre et de carnage.
Mais il ravala ses envies, tant pis, se demandant ce qu'elle pouvait bien avoir encore. Mais son attitude lui plaisait plus. Elle était moins lymphatique et horripilante. Elle semblait prendre plaisir à envoyer la bouteilles dans les jambes de l'étudiant. Un geste mesquin mais qu'il approuva sans un mot, continuant son chemin, mains dans les poches.

"Bon, et en vrai, tu m'as fait venir pour quoi ?" Finit-il par dire après un long silence, grimaçant sous ce soleil qui lui vrillait le crâne. "Et me dit pas que tu t'en sors pas avec un pauvre kaijin."

Il suivait naturellement l'ombre sur les trottoir, luttant contre son inconfort exacerbé à se balader dehors de jour.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


 
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Poison   Sam 1 Aoû - 14:59

SCHOOL DAYS.


Awnnn, good boy !


Yurei quitta le lycée en compagnie de celui qui était en quelque sorte un de ses innombrables grands frères. Ayant été conçue pour lui servir de garde-fou, la jeune file avait tout intérêt à passer du temps avec lui dans l'espoir de le comprendre, lui et ses peurs intimes. Un sourire figé sur le visage, elle serpentait avec Yukishiro là l'ombre des grandes bâtiments urbains, évitant la lumière directe. Qu'il soit d'accord avec elle ne l'étonna pas mais ne l'intéressa pas non plus : elle se moquait de son jugement comme il se moquait du sien mais en cette heure où on lui avait autorisé quelques minutes avec l'esprit libre, elle entendait bien en profiter comme il se devait; le jeune homme en face d'eux était tombé sur le trottoir en se prenant les pieds dans la bouteille que la Funayurei avait lancé, et elle rit avec négligence.

"Et pourtant notre mission est de les protéger, comme ils ne savent pas le faire seuls."

Le ton de Yurei avait quelque chose de sirupeux, de terriblement maternaliste. Elle sourit au Ho-Masubi en lui rappelant leur mission bien qu'elle savait éperdument qu'il ne l'avait pas oublié, bien au contraire: on oublie jamais les chaines qui nous entravent.  La funayurei le toisa un instant de haut, avant de lui dire :

"Toi tu es né humain, tu es un kaijin de bas-étage", elle haussa les épaules, ses yeux fermés lui donnant un air de renard, "mais je t'aime bien et si tu suis ce que je te dis, tu n'auras pas de problèmes."

C'était plus un avertissement qu'une réelle menace. Le tond e sa voix d'ordinaire monocorde était mesquin et pleins de sous-entendus, fielleux. De la méchanceté à l'état pur, simplement, sans scrupules. Lorsque l'autre kaijin lui demanda pourquoi elle l'avait fait venir, Yurei sourit à nouveau avec cet insupportable visage de fouine.

"Pour rien, comme ça. Pour voir si le chien viens quand le maître l'appelle. On m'a dis que tu étais un vilain chien et je voulais vérifier."

Elle lui appliqua une humiliante caresse sur la tête, avec une certaine distance mais la claire envie de le taquiner et de le rabaisser un poil, puisqu'il était venu quand elle l'avait appelé. Il était un cas difficile selon les laborantins; mais elle avait été crée pour lui. Alors elle s'en sortirait, parce qu'on l'avait éduqué ces longs mois à n'être rien de plus qu'un tortionnaire. Celui de Yukishiro.

"Il n'y a que les imbéciles qui présument du nombre d'ennemis sans rien savoir de l'histoire", dit Yurei en regardant fixement son toutou, insinuant par là qu'il était dans le lot des stupides et des présomptueux, "ce doit être un kaijin psychique qui laisse son odeur sur les élèves... son odeur ressemble à la mienne... Mais j'ai aussi appris que les deux chiens du concierge avaient disparu il y trois semaines. Un élève affirme aussi qu'un chien l'a attaqué et qu'il était énorme."

Elle donna une tape sur l'épaule de Yukishiro.

"Pendant que toi tu ne sers à rien, moi je gagne la confiance de nos geôliers", prenant son sac à une main, la kaijin donna un grand coup de ce dernier derrière la tête de Yukishiro, en riant.

Elle le trouvait tellement stupide et pathétique, ce kaijin qui était encore à moitié humain, malgré ce qu'il disait. Il se disait supérieur, mais ne l'était pas : il n'était rien de plus qu'un chien qui jouait au loup et Yurei avait envie de jouer à l'énerver pour voir jusqu'à quel point il était toujours humain.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


 
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Poison   Dim 2 Aoû - 10:53


Il se demandait réellement ce que cette fille avait comme genre de problèmes. Son attitude n'avait plus rien à voir. Un peu comme le jour et la nuit. Son sceau avait cédé ? Elle avait fondu sa puce ? Il soupira de lassitude. Il n'avait pas envie de se battre avec la merdeuse qui lui collait aux basques, Wakaba l'avait prévenu. C'était peut-être pour cette raison seule qu'il se retenait de rentrer dans son jeu. Yurei ignorait sûrement qu'il savait qu'elle avait été faite pour lui. Et le loup n'était pas stupide, bien qu'il soit impulsif. Il savait qu'elle pourrait le briser : parce qu'il avait, sous sa méchanceté gratuite, une forme étrange d'appréciation pour Sado-buta. C'était bizarre. Mais c'était la réalité. Il était peut-être le seul de la Yomotsu a la considérer autrement que comme une idiote, une grosse bonne à rien et pleurnicheuse. Il savait ce que son armure la rendait capable de faire. Il savait aussi qu'elle était d'une certaine façon un peu comme il l'avait toujours été : inadaptée.

Alors quand cette insupportable kaijin lui rappela leur mission, il grogna tout bas : "Je ne suis pas la nourrice de ces humains. S'ils savent pas se torcher seuls, je t'en prie, salis-toi les mains avec leur merde, moi je m'en cogne."

Un kaijin de bas étage hein ? Il se mordit la langue. Ne pas rentrer dans son jeu on a dit. Il estimait pour sa part lui être supérieur : il comprenait les règles de ce monde et ses enjeux. Pas elle. On l'avait fabriquée et éduquée à répondre à leurs geôliers au doigt et à l’œil. Lui avait passé sept ans à résister à tous leurs conditionnements, à toutes leurs drogues et leurs gadgets. Même à l'heure actuelle, l'incident avec Jae prouvait une chose : la puce de conditionnement mental ne tiendrait guère longtemps.
Il n'eut en réponse qu'un sourire incroyablement paternaliste et supérieur. Le même que le sien, empli de tout le fiel et de toute la rage qui l'habitait. Un simple sourire terrifiant qui ne ferait pas peur à la Funayurei. Elle aurait dû. Oui. Elle devrait se méfier, cesser de penser qu'elle était l'arme ultime. Six mois de façonnage pour répondre aux complexités de trente-quatre années d'existence ? C'était presque risible, lorsqu'on y pensait. Mais c'était ce qui faisait la faiblesse de Yurei. Celle d'être persuadée de tout savoir et de tout pouvoir.

Fort de cette certitude, il l'écouta la traiter de chien en haussant les épaules. "Parle. Mon cul te contemple." Dit-il simplement en marchant un peu devant elle, suivant les points d'ombre, avec indifférence. Il la détestait. Du plus profond de son être. Mais il devait lui donner l'impression qu'elle pourrait gagner. Il le devait absolument. Un jour, il la mangerait et elle le regarderait avec ces grands yeux cette fois emplis d'effroi de comprendre que l'on va mourir. Rien que d'imaginer ce moment lui donnait la force de ne pas répondre à cette provocation de gamine. Un jour, ses crocs se fermeraient sur cette toute petite gorge. Il la mangerait. Elle redeviendrait ce qu'elle était : rien de plus que de la merde de chien.

"Et en quoi cette histoire de kaijin psychique me concerne ? C'est ta mission. Ou alors bébé ne veut pas s'attaquer à trop gros pour elle et a besoin d'Oniiiiii-chan pour l'aider à arrêter le vilain-vilain kaijin psychique qui blesse les pauuuuuvres petites adolescentes de ce pathétique lycée ?" Il se moquait clairement, avec cruauté, sans une once de compassion. Ni pour Yurei, ni pour les humains. Il n'avait de compassion pour personne, le loup blanc. Le monde lui avait prit Hiro. Le monde pouvait bien aller se faire foutre. Parce qu'on lui avait retiré le seul qu'il avait aimé de toute son âme. Une chose qu'elle ne pourrait pas comprendre. La force, la seule valable. Celle d'un cœur profondément amoureux. C'était Hiro qui l'habitait, hantant son sommeil alors qu'il le revoyait mourir encore et encore, comme une boucle infinie. Comment pourrait-il aimer ou transiger avec ce monde ? Il n'avait qu'à lui rendre celui qu'il avait aimé de tout son être, sous ses dehors de brute. Et comme les morts ne reviennent pas... Il ne pardonnerait jamais au monde.

Il se reçut un coup de sac sur l'arrière de la tête et manqua d'en perdre ses lunettes qu'il rattrapa de justesse, se tournant pour la fusiller du regard, agrippant son poignet d'un geste brutal, sans se soucier de lui faire mal dans sa poigne.
"Je te conseille de rester à ta place, merdeuse. Sinon Onii-chan va se fâcher." Il relâcha son bras, détestant son contact humide et froid là où lui était brûlant. Sa voix était basse, et il lui arracha le sac des mains pour le porter. C'était plus sûr. "Tu ne voudrais quand même pas que les petits humains que tu dois protéger en souffrent, hein ? Je pourrais en manger quelques-un... Et comme tu en es responsable et responsable de moi... Ce serait ta faute pour la Yomotsu. Et la soit-disant confiance que tu pense qu'ils te donnent, tu pourraient t'asseoir dessus."
La menace était claire : qu'elle continue ainsi et il lui ferait payer mais pas en l'attaquant elle. En lui faisant des problèmes qu'une pisseuse de six-mois ne pouvait même pas imaginer.

Il reprit sa route, sans l'attendre, comme toujours. Parce qu'il la haïssait de chaque fibre de son âme.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


 
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Poison   Dim 2 Aoû - 11:42

POSTER GIRL'S PRANK.


Awnnn, good boy !


Comme elle l'avait imaginé, Yukishiro se mettait immédiatement sur la défensive dès la première pique subie, se contenant pourtant. Était-ce à cause du lieu ou de l'envie de ne pas montrer toute sa personnalité d'un coup pour la prendre par surprise? Ne sachant pas, la funayurei resta simplement sur ses gardes, souriant à son air paternaliste du même sourire, plus large encore. Il la jugeait comme une détestable gamine qui pensait tout savoir du haut de ses quelques mois, elle le savait: Yurei fouillait dans l'esprit de sa proie plus souvent que ce dernier ne s'en rendait compte. Elle y trouva un certain Hiro, et Wakaba, la pleurnicharde du secteur neuf. Drôle de combinaison. La jeune file préféra qu'il croit qu'elle fut présomptueuse, comme pour noyer le poisson.

Fort de sa menace, le Ho-Masubi prit un peu d'avance, marchant comme à son habitude devant elle pour ouvrir la marche. Elle rit à sa pique et lui donna comme seule réponse ce qu'elle imaginait comme la source du plus grand dégoût chez un misogyne comme lui : une bonne main aux fesses, les doigts aventureux palpant les globes de chair.

"Et quel joli petit cul dont je ferai bien mon affaire..."

Juste de la provocation, mais sans sourire, avec un ton plus sérieux qu'elle ne lui avait jamais montré. Le contact froid et les sous-entendus grossiers devraient pouvoir le faire sortir de ses gonds, si ce n'était de l’agacer encore plus; elle aussi avait de quoi le repousser, plus aisément qu'il ne le pensait. Riant à sa tirade agressive, la kaijin lui dit simplement la vérité:

"Ça te concerne parce que j'ai fait falsifié les papiers et tu es chef de mission", elle se tapota la tempes de l’index, "avec ça, c'est facile de convaincre les gens."

Elle n'ajouta rien de plus, lui filant un coup de cartable sur l'arrière du crâne avant qu'il ne l'arrête en lui saisissant le poignet et lui arrachant le sac des mains. La kaijin était froide et terriblement moite, avec une drôle d'odeur médicamenteuse; sa peau semblait fine et fragile, ses os frêles.

"Qui décide de nos places? Quelle force?", demanda Yurei en souriant yeux fermés, avec son air de fouine.

Savait-il, entre la nature et la Yomotsu, qui disait qui était supérieur à qui? Quelle force définissait le fort et le faible, le dominant et le dominé? Était-ce la force physique de Yukishiro qui dominerait leurs échanges, ou la force psychique de Yurei? Elle-même ne savait pas mais le jeu commençait à devenir amusant. Elle était heureuse d'avoir été crée pour tourmenter cette créature. Son froid annula la fournaise de l'homme, se neutralisant tout deux comme si la chose était naturelle: elle était fait à cet effet. Il la lâcha finalement sans qu'elle ne se soit effrayé, le laissant porter son sac.

"J'espère bien qu'il vont souffrir", elle lui crocheta le bras, serrant sa poitrine contre lui, "c'est toi le responsable de mission, ne l'oublie pas. Tu es responsable de moi comme c'est ma première sortie et en échange, je veille au bon fonctionnement de ton implant."

Elle lui sourit, pleine de contentement presque félin.

"J'avais juste oublié de te le dire, et du coup tu as six jours de retard et déjà trois lycéens ont été infectés par le Shinigami."
Revenir en haut Aller en bas
avatar


 
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Poison   Lun 3 Aoû - 18:49


Yukishiro sentit la main glisser sur ses fesses, se hérissant aussitôt, froissé dans sa virilité, se faire mettre la main aux fesses par même pas une femme, juste une petite fille ? Ses yeux virant au rouge, il se tourna pour la foudroyer du regard, grognant littéralement sur elle, en un réflexe de lupin. De la fumée monta un instant de sa peau. Il manqua de se transformer sous la fureur de l'affront... Mais la puce l'en empêcha - il n'était pas assez en colère pour rompre le scellé de l'implant.
"Garde tes mains, la gosse." Non mais c'était quoi ce mauvais plan ? Le dos rond, il s'éloigna en retrouvant une couleur d'yeux plus normale à mesure qu'il se forçait à inspirer pour se calmer. La fumée s'atténua aussi et il lui jeta des coups d’œils furtifs, clairement sur ses gardes. Il détestait réellement les femmes, dont le corps était un objet de répulsion. Il les méprisait sincèrement et sans objet. Juste parce qu'elles étaient de ce sexe honni depuis son enfance.

Elle philosophait sur l'intrusion du kaijin, pérorait et se pavanait. Un sourire malsain étira les lèvres du loup blanc. Qu'elle jubile, qu'elle s'amuse, l'idiote. Il la détestait tant... Elle n'était rien de plus qu'une gamine qui voulait trop jouer avec le loup. Un chaperon rouge sang qu'il dévorerait à la fin de l'histoire.

"C'est bête, j'ai dû oublier de te prévenir..." Fit-il en tentant de récupérer son bras alors qu'elle se collait à lui, avec ses seins répugnants. Mais elle tenait fort, la bougresse et il la traîna comme un boulet, avec un air de profonde affliction, portant toujours son sac. Il avait prit le même ton qu'elle. "Il se trouve que TU as 6 jours de retard... J'ai eu vent de tes petites manigances. TU es la seule chef de cette histoire. Et si des lycéens meurent, ils seront considérés comme sous ta juridiction." Il lui offrit son plus beau sourire de carnivore, l'air perfide.
Se tapotant la tempe, il lui fit un clin d'oeil cruel : "Moi aussi je peux me servir de ça et sans tricher."

Il était dans les lieux depuis sept ans, reclus pendant très longtemps mais il savait que si on ne l'avait pas tué, c'était qu'il y avait une raison. Alors, ça lui avait coûté une quantité faramineuse de porc mariné et les meilleurs ramen de la ville mais cela en valait la peine. Oh que oui. Wakaba avait été utile, en fin de compte. Utile dans cette guerre silencieuse qui commençait. Une guerre froide et implacable où il ne pourrait y avoir qu'une seule fin possible.

Parvenant à retirer son bras, il marchait, guilleret soudain, le mauvais chien. Un bien, bien mauvais chien.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


 
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Poison   Mar 4 Aoû - 12:08

POSTER GIRL'S PRANK.


Awnnn, good boy !


L'animal n'était pas dénué de ressources et elle l'avait bien comprit, le laissant se plaindre de ses rapprochements volontaires. Il grogna et de la fumée s'échappa un instant de sa peau; il fallait toujours qu'il montre les chocs, ce vilain chien, et cherche à mettre les autres dans l'embarras. Yurei, à son contraire, ne le détestait pas : il n'existait en elle rien qui s'approche de ce genre de sentiments et elle ne réagit pas vraiment à l'intimidation de Yukishiro, pas plus qu'elle ne sembla étonné de son petit tour de passe-passe; après tout si elle avait pu le faire, il le pouvait aussi. C'était plus amusant comme ça. Elle préféra l’incommoder de sa présence physique, juste pour l'ennuyer.

"Oh, d'accord", se contenta-elle de répondre au sourire de carnivore fier du retournement de situation.

Yurei n'était là que pour observer le Ho-Masubi, mais finalement les choses commençait à prendre un tournant intéressant et elle lâcha d'elle-même le bras de son cher "grand frère" sans hâte, un peu mollement. Quand l'autre kaijin se tapota la tempe, elle lui sourit, avant que ses yeux ne redeviennent rouge : la limite avait été établie à quelques minutes pour le bris de ses scellés, pas plus. Sa voix redevenue monocorde et plate, terne. Le premier test était passé.

"Surement y'en aura-t-il qui mourront, peu importe", répondit-elle en haussant vaguement des épaules, "tricher c'est toujours jouer. Tu n'es pas idiot", admit la funayurei.

Tricher c'est jouer. Il n'y avait aucune règle entre eux et même lui devait bien en avoir conscience car ils allaient tus deux entrer dans une sorte de guerre froide psychologique pour se déplaire et se dominer. La kaijin continua à marcher au côté du Ho-Masubi comme elle le faisait normalement : en retrait et en parfait silence, toujours à trois pas derrière lui sans plus rien dire. Elle réfléchissait à un plan pour se découvrir où pouvait se cacher le shinigami du lycée et se fit quelques spéculations silencieuses, ignorant Yukishiro sur tout le chemin du retour à la Yomotsu Tower.

(clos pour moi, merci!)
Revenir en haut Aller en bas



 
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Poison   

Revenir en haut Aller en bas
 
Poison
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lames suintantes + poison ?
» Poison + Rune protect + Repos = Poison
» Lydia de Sambre ~Un poison sous la forme d'une rose~
» Le poisson-poison : Le Fugu !
» [Recherche] Scorvol/Scorplane, talent : soin poison

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tokusatsu!! :: Le Foyer :: Les Archives :: Archives RP-