Dans la chaleur de la nuit
Le mal est toujours puni
Les "Unités Kojiki", sortes d'armures intégrales de combat dotées d'une intelligence propre bien qu'instinctive, ont été découvertes alors qu'elles avaient été perdues par l'entreprise pharmaceutique qui les a créé, la Yomotsu Corporation. Cette dernière dépécha de nombreux agents dans l'espoir de les retrouver mais leurs nouveaux porteurs, se surnommant les "Tokusatsu", étaient devenus des justiciers masqués protégeant la ville de la menace Kaijin, des créatures monstrueuses aussi bien nées des malversations génétiques hasardeuses de la Yomotsu qu'à une singularité de la ville : l'énergie Fuzen.
lire le contexte

Partagez | 
 

 Sato Hideyoshi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar


 
Invité
Invité


MessageSujet: Sato Hideyoshi    Sam 18 Juil - 3:14


SATO Hideyoshi

Bonjour, je m'appelle Hideyoshi Sato, mais on me surnomme aussi Nightcrawler en tant que porteur de l'unité Tsukiyomi 03. J'ai actuellement 26 ans, car je suis né(e) le 17 Octobre 1995 à Okuse et je suis japonais. Il m'arrive parfois de faire quelque chose de ma vie et si je ne suis pas en train de pratiquer la cérémonie du thé ou de collectionner d'anciennes lames de sabre, je suis l'héritier actif d'un clan yakuza. Si vous voulez tout savoir je suis dans le danger du confort financier et vu que je n'ai aucun secret pour vous, vous pouvez aussi savoir que je suis pansexuel et célibataire. On me dit souvent que je ressemble à Saitou Hajime. Je suis dans le groupe des Tokusatsu.

comment peut-on me reconnaître ?

Caractère
Calme, agréable et souriant sont les trois adjectifs par lesquels la plupart des gens approchant Hideyoshi et conversant avec lui le définiraient. Il ne se montre jamais particulièrement agressif ou vindicatif, faisant preuve au contraire d'une ouverture d'esprit et d'un principe d'équité plus qu'admirable. Toujours mesuré en tout point il appartient à ces personnes ayant par nature un penchant pour pondérer la valeur d'une action sans rester à tergiverser. Beau parleur pour la beauté du geste il a appris à manier la langue avec subtilité et élégance, faisant de celle ci sa première arme, pouvant ainsi être aussi bien le plus doux et agréable des hommes que le plus subtil et cruel individu que les gens peuvent rencontrer. Tout du moins est-ce l'impression qu'il peut donner. A première vue des plus calmes et équilibrés est Hideyoshi aux yeux de ceux ignorant tout de ses véritables activités.

Car en digne héritier du clan yakuza Sato, clan qu'il compte bien reprendre lorsque son père décidera de se retirer, le jeune homme s'avère être un individu froid et implacable, capable d'une violence sans nom si il estime celle la nécessaire ou utile. Réputé pour sa capacité à éliminer d'une manière ou d'une autre tout obstacle en travers du chemin de son clan (et généralement en travers de son chemin), il n'en est pas moins reconnu pour être quelqu'un de magnanime et de généreux à l'inverse pour ceux qui ne s'opposent pas à lui. Sujet à la passion sous toute ses formes, il reste pourtant toujours maître de lui même de par une éducation stricte et rigoureuse ayant fait de lui un individu calme, distant voir glacial quand il est question d'être sérieux. Calligraphie, iaido, kempo, cérémonie du thé ou encore kyudo l'ont fait grandir dans une logique de recherche de la perfection qui, plutôt que de se soumettre au émotions vise à les maîtriser et les sublimer. La passion n'est rien sans maestria et, la maestria ne peut exister sans passion. Ainsi pratique t-il tous ces arts assidûment depuis sa petite enfance sacrifiant plusieurs heures de ses journées à cela. La pratique sans assiduité n'étant rien.

Etant un yakuza, Hideyoshi n'apprécie cependant pas la violence, et son recours n'est jamais fait avec plaisir. Ni avec déplaisir. La violence est un moyen comme un autre pour parvenir à ses fins, le moyen utilisé lorsque tous les autres ne sont pas efficace. Et c'est là ce qui le rend dangereux, que ce soit par vécu ou par instinct certaines situation ne demande qu'à être réglées brutalement, quitte à passer par le meurtre, à ses yeux tout du moins. Malgré cela, il est parfaitement conscient du fait qu'il commet des crimes et de dépasser régulièrement les barrières imposées par la morale afin de protéger les gens. Mais si ces barrière morales existent, il est nécessaire que certain les brisent et les dépassent afin que la société puisse continuer à exister. La loi et la justice maintiennent l'ordre, l'harmonie et l'équilibre. Mais sans criminels, loi et justice sont des concept vides de sens destinés à être corrompus. C'est ainsi qu'il perçoit aussi les yakuza, un mal nécessaire qui, en vérité ne l'enchante pas mais est nécessaire à l'évolution du Japon. Et plutôt que de prendre le risque de laisser quelqu'un d'autre prendre la tête du clan, il préfère et estime devoir être celui qui le dirigera à la mort de son père.

Depuis qu'il est entré en possession de l'unité Tsukiyomi, il a réalisé qu'il n'avait aucune crainte de la mort et, qu'il pouvait utiliser un tel pouvoir aussi bien pour son propre profit que pour s'occuper de certains problèmes de manière expéditive. Les kaijin sont le premier problème en question et, ainsi n'hésite t-il pas à les traquer  pour les affronter, quitte à venir en aide à d'autres tokusatsu ou se joindre tout simplement à eux l'espace d'une nuit. Tueurs d'enfants, violeurs et pédophiles sont l'autre problème dont il s'occupe, haïssant du plus profond de son être les individus commettant de tels actes. Il réserve à ce genre d'individu un sort que seul un criminel comme lui peut s'autoriser en toute honnêteté et sans hypocrisie, la mort. Il remercie le jour ou il est devenu le porteur de Tsukiyomi, l'entité comme il la considère, ne cessant de le tester, de le pousser dans ses retranchements, épreuves nécessaires pour quelqu'un arpentant le chemin sans fin de la quête de la perfection.

Physique
Les vêtements ne dévoilaient aucune partie de son corps, la seule chose possible de remarquer était donc son allure souple et pleine d'assurance semblant emprunte d'une certaine désinvolture. Il semblait ainsi n'avoir peur de rien, parfaitement détendu et sur de lui. Impossible donc de voir son corps finement taillé par l'exercice physique, un muscle efficace formé à la pratique du combat à main et à l'art du sabre. Impossible découvrir les quelques cicatrices couvrant son corps, de coups de couteau ou de balle. Une au niveau de la rate, deux autres un peu trop proches du cœur sous les côtes, celle couvrant tout l'intérieur de la cuisse gauche. Impossible par la même occasion, ce qui, avouons le l'arrangeait, de voir de cette manière la magatama qui avait décidé de prendre place au niveau de son plexus. Impossible enfin de voir qu'il n'avait aucun des tatouages typiques d'un yakuza, son corps ne tolérait aucune impureté.

Une poignée de main amicale fut échangée avec le gérant du nightclub avant qu'il ne porte à sa bouche une cigarette. Ses mains étaient fines et élégantes, tout individu avec un minimum d'expérience dans le milieu pouvait se rendre compte que celles ci étaient manucurées. Des ongles parfaits pour des doigts fins et élégants mais pourtant emprunts d'une certaine force. Impossible de voir ou de sentir les cales typiques qu'acquéraient les pratiquants de iaido, il veillait à ne pas en souffrir. Seule une cicatrice circulaire au petit doigt gauche, trait blanc presque invisible, pouvait être aperçue si l'on faisait attention. Des mains dextre et agiles, dévouées au geste juste de la calligraphie, sur, précis, élégant.

Il alluma sa cigarette d'un zippo classique, illuminant son visage l'espace d'un instant dans la pénombre du club. Un visage fin lui aussi, parfaitement entretenu. Dire qu'il était beau aurait été une erreur, il n'était ni beau ni laid. Son nez droit n'était pas particulièrement gros, pas particulièrement fin. Ses lèvres plutôt fines semblaient s'orner d'un sourire détendu, accueillant. Ses yeux eux cependant, ressortaient. Des pupilles de la couleur de l'ambre, aux airs d'or fondu. Des yeux au regard profond, presque trop profond et, qui brillaient avec une lueur d'intelligence mêlée à une nature implacable pour qui connaissait ce type de regard. Il y avait pourtant une petite tricherie à cette profondeur, elle était en vérité amplifiée par des paupières dont l'intérieur avait été tatoué afin d'approfondir ces yeux dorés, pour leur donner une allure plus particulière et remarquable qu'il ne l'était possible au naturel.

Rangeant son zippo dans la poche intérieure de sa veste noire, il était cependant impossible de voir le tanto dissimulé. Sa chemise était d'un blanc immaculé. Il portait par dessus un gilet noir, son pantalon de la même couleur et, une simple paire de chaussure de cuir ou, l'ont aurait pu découvrir en filigramme une fleur de cerisier. L'ensemble du costume était sobre, extrêmement bien taillé, des vêtements sur-mesure et sans véritable exubérance, adaptés à l'héritier du clan Sato. Sobre mais extrêmement élégant. Pas de jean ou de t-shirt, il était là pour affaire. Sa seule originalité aurait pu résider dans ses cheveux noirs comme les plumes d'un corbeau, long et attaché par un lacet blanc

-Bien, parlons affaire! J'ai entendu dire que l'agent d'une potentielle idol avait besoin d'argent pour pouvoir faire entrer sas protégée dans la jungle de l'industrie musicale...

Sa voix était clair et maîtrisée, elle avait quelque d'enjouée, d'amicale.

Quelque chose te différencie ?
Contrairement à ce qu'on pourrait attendre d'un yakuza, Hideyoshi ne porte pas de tatouage et n'en portera qu'à condition de faire de la prison. A l'image des codes de la période Edo qui, ont lentement mais surement donné naissance aux yakuzas, il portera alors les tatouages que les criminels portaient en fonction de leur crimes à cette époque.


Tu veux connaître mon histoire ?



-Voilà une lame qui, même brisée reste fabuleuse Mademoiselle Tachenko.
-Tu peux m'appeler Mascha voyons, grâce à toi nos ventes d'arme ont fait un sacré bond.
-Rien de bien étonnant, vous autres russes pouvez fournir des armes de qualité et, bien moins couteuses qu'ailleurs, depuis l'incident du palais du mal la demande a fait un bond mais, elle ne sont jamais faciles à obtenir.
-Sauf que traiter avec les russes n'est pas du gout de tous...

Il passa un doigt le long du mei signé masamune, sentit les irrégularités de l'acier, comme si celui ci avait été brossé, effacé puis réécrit. Comme il l'avait supposé, il s'agissait là d'un Muramasa et non d'un Masamune, en attestaient le cœur de l'acier et le ha. Une pièce originale qui, était malheureusement brisée. Toutes les parties d'un sabre étaient fabuleuses, elles attestaient de leur naissance, de leur vécu et passé. Mais toutes les marques extérieures ne restaient que des indices, c'était le cœur de l'acier qui révélait la personnalité et la véritable origine de toute lame. Un acte qui nécessitait de briser l'arme, un geste tabou et inenvisageable volontairement. Comme pour les êtres humains au final. L'apparence en indiquait beaucoup, mais c'était bel et bien l'intérieur de leur corps qui révélaient qui ils étaient. Qu'il s'agisse du cœur, des poumons, du foi ou de tout autre organe. Mais cela nécessitait de littéralement ouvrir le corps et, les humains n'étaient pas destinés à cela. Qu'ils étaient proches au final. Sabres et humains. A l'exception que les humains se forgeaient tout au long de leur vie et, qu'une fois totalement brisés il était impossible de les reforger au contraire d'une lame.

Ainsi était-il lui aussi et, existait-il. Fils de l'oyabun du clan Sato qui faisait partie intégrante d'Okuse depuis plus d'un siècle il avait grandit là, avait été forgé dans ce monde. Il était né la même année que l'incident du palais du mal et, ainsi avait-il grandit dans un monde ou les kaijin existaient, possédaient une réalité tangible. Et heureusement sans doute avait-il grandit dans l'environnement yakuza au final. Dans un monde ou dans les ombres rodent des monstres autres que les êtres humains typiques, il est bon d'appartenir à un milieu impitoyable, de vivre dans les sphères dangereuses de ce pouvoir. Vous êtes préparés, justement forgés. Fils d'oyabun, dans un manga ou un jeu-vidéo il aurait surement pu prétendre au titre de petit prince des ténèbres ou de raclure abusant du pouvoir de son père.

Mais la vérité avait été bien autre. Il avait beau être l'enfant d'un chef de clan il n'avait pas vécu comme un prince pourri gâté, bien au contraire. Depuis tout petit il avait été éduqué de manière stricte et sévère. Son père si il l'aimait ne lui avait jamais fait un seul cadeau, hors de question de gâter son fils, il aurait ainsi été souillé de cette manière. Hors de question de lui offrir un traitement préférentiel aussi. Hideyoshi avait toujours été éduqué de cette manière, il recevait ce qu'il méritait, en bien comme en mal. Plus encore, il obtenait ce qu'il était capable de prendre par lui même. Education traditionnelle et rigoriste avait été son lot depuis toujours. Pas d'école primaire privée non, il avait commencé dans une école primaire publique et, tout son cursus scolaire s'était fait ainsi. Il aurait pu de ce point de vue être l'archétype de la réussite et de l'idéal de l'élève japonais. Aurait pu.

Pas de berline noire à vitre teintée pour l'amener à l'école, une voiture quelconque, certes conduite par un chauffeur, mais avec sa mère à la place passager avant. Ainsi avait-il évité les rumeurs primaires et basiques, la réputation de petit prince des malfrats. Les gamins de l'école le traitaient comme l'un des leurs, un enfant quelconque qui n'était certainement pas le fils d'un oyabun. Et pour cela, sa mère avait veillé à ce qu'il soit scolarisé dans une école d'Okuse qui était aussi éloigné qu'il était possible et raisonnable de l'influence du clan Sato. C'était aussi à partir de l'école primaire qu'il avait du se consacrer à de multiples activités traditionnelles, qu'il s'agisse de la cérémonie du thé, du kyudo, de la calligraphie, du iaido voir, de la pratique plus primaire du kempo. Dès le début il avait été exigé le meilleurs de lui même et, son père avait décidé qu'il commencerait le plus tôt possible à inculquer des valeurs fortes et traditionnelles à son fils. Le corps se devait d'être aussi bien développé que l'esprit.

Un vie à laquelle Hideyoshi s'était adapté sans remettre en questions les choix qui lui étaient imposés. Il admirait son père au plus haut point. N'était-il pas un fier et noble guerrier? Un dirigeant sans faille et sans pitié? Tout du moins avait-il toujours idéalisé son père de cette manière à l'époque. Pour autant, la distraction n'était pas absente de sa vie et, comme tout japonais normal jouait-il aux jeux vidéos et lisait des mangas. Son comportement exemplaire et son assiduité lui permettait simplement (combiné à l'argent de son père), d'avoir accès sans aucun problème à ce qu'il désirait. Élève modèle dés la primaire oui, petit prince de l'école car il semblait doué partout. Alors qu'il ne s'agissait là que d'un simple effet secondaire des exigences de sa famille à son égard. Lorsque vous êtes assidu et travailleur dés l'école primaire, vous vous construisez les fondation d'un avenir stable et solide après tout.

L'entrée au collège commença elle avec des auspices similaires. Uniquement similaire.  Comme à l'école primaire, pas de berline à vitre teintée, pas de collège privé, toujours le publique. Mais moins éloigné de la sphère d'influence du clan par nécessité. Même si les autres collégiens ne semblaient pas se préoccuper de son nom, leurs parents eux semblaient avoir du mal à en faire abstraction. N'allez pas imaginer que les collégiens sont plus tolérants, ils sont simplement d'une bêtise intersidérale et sans nom qui surprend toujours, travaillés par les hormones, par la puberté et tant d'autre choses futiles. C'était là ce qui fit ressortir Hideyoshi de la foule pour la première fois. Les malheurs de la puberté ne semblaient pas l'atteindre, seuls ses muscles, sa voix et sa taille semblaient changer. Avec la flegme souriante qu'il avait alors, certaines filles le trouvèrent mignon. Il n'avait pas de bouton, était bien taillé et ses manières étaient exemplaires. Puis avec les rumeurs sur sa famille, il possédait forcément un petit côté prince des ténèbres non? Réussite parfaite d'un cliché involontaire mais en partie mérité.

Cependant, si des filles l'avaient remarqué, il en était de même pour les futurs bon à rien. Ces délinquants travaillés par la puberté, tendirent la main à ce garçon calme qui ne posait aucun problème, à ce futur oyabun. C'était la classe après tout, avoir un pote yakuza non? Il refusa ces premières mains tendues sans aucun égard. Mais plutôt que de se tenir à l'égard, il devint un adepte de la violence. En effet, Hideyoshi méprisait l'attitude de ces "singes" évoluant en bande, menaçant les plus faibles pour leur prendre leur argent. N'allez pas croire qu'il était un justicier qui voulait défendre les plus faibles, loin de là. Il méprisait ces enfants qui étaient des victimes, qui se laissaient faire et ne tentaient rien pour changer leur quotidien. Ce fut là parmi ses premiers contacts avec la violence ordinaire. Dans les toilettes des garçons, avec la porcelaine des lavabos. Il ne laissait jamais le temps de réagir, il frappait de manière brutale, la tête de l'un contre le lavabo, la tête d'un autre dans la cuvette des toilettes. Brutal et humiliant, il savait que plus il les impressionnait, plus ceux ci craindraient de s'en prendre à lui.

Oh, il n'éprouvait aucun plaisir à la violence en elle même, elle n'était qu'un moyen. Un concept qu'il avait assimilé depuis toujours, sous l'influence de son père. Mais quelque chose alors le poussait à manifester cette méthode de manière extrême. Cette racaille le dégouttait, sans avenir, comme des vautours, toujours en groupe à vouloir se montrer menaçant. Mais au final fuyant la queue entre les pattes, demandant de l'aide aux plus vieux. Il n'avait pas encore compris que ceux qui composaient une partie du fondement des yakuza venaient justement de ces gamins qui n'étaient au final rien d'autre que paumés. Non, ils étaient forcément des échecs, la lie de l'humanité. Et ainsi, ne se battait-il pas contre eux mais, les agressait au moindre signe ou ils semblaient vouloir sortir des clous. Ainsi aurait-il pu se perdre sur le chemin de la vertu. Si il y avait eu une quelconque vertu initialement.

En vérité, la tolérance à la violence du collégien était plus élevé qu'elle n'aurait du l'être. Oh, il avait toujours eu le droit de contempler toutes les facettes des yakuzas, dont la facette brutale et sale qui était aussi bien oubliée qu'exagéré dans les fictions. Ce n'était pas le meilleurs élément de son éducation mais, pas pour autant celui qui était responsable de cette attitude. Non, Hideyoshi était emprunt d'un sentiment d'immortalité qui le dérangeait profondément, il se comparait à ses autres camarades, voyait sa rigueur personnelle, tout ce qu'il apprenait et assimilait en dehors du collège. Et il détestait cette sensation, l'impression d'être intouchable, d'être au dessus des autres. Il aurait peut-être suffit qu'un autre gamin le frappe au visage pour changer la donne, l'incliner dans une meilleurs direction. Ou au contraire n'empire sa nature. Sans s'en rendre compte le petit prince des ténèbres s'était engagé sur une voie d'équilibriste, l'extérieur était immaculé mais, l'intérieur pourrissait lentement et surement. Mais personne ne pouvait le voir, encore moins le principal intéressé.

C'est au lycée que les choses prirent un tournant heureux qui, évitera à l'histoire de retenir Hideyoshi comme un humain devenu kaijin par la force des choses. Nouveau cycle d'étude, nouveau lycée, nouvelles fréquentations. Il intégra le club de cérémonie du thé qui existait, initialement par pur pragmatisme, il pratiquait celle ci depuis toujours semblait-il, ainsi ne se fatiguerait-il pas avec quelque chose d'aussi superflu. Hideyoshi n'était pas passionné par l'art de la cérémonie, il la maîtrisait mais il n'y avait aucune passion. Et dans le club qu'il intégra, il du se remettre en question. Il y avait des élèves avec moins d'expérience que lui dans ce domaine, qui étaient moins doués s'il était possible de voir les choses ainsi. Ils étaient pourtant meilleurs au final.

Face au président du club, il fut exposé, comme mis à nu par son propre vice. Il possédait la maîtrise mais il n'y avait aucune passion. Le geste était parfaitement exécuté mais, l'intention était absente elle. Il maniait les ustensiles comme de simple fétus de paille, ressentant leur poids naturel mais, pas leur poids véritable. Ainsi pausait-il l'égouttoir avec légèreté, sans ressentir le poids de la tradition et du rite. Rien n'avait alors été pire que le regard à la fois compréhensif et sceptique d'une camarade, l'autre regard complaisant et suffisant d'un autre, et les mots sans appel du président, lui demandant de rester une fois la première cérémonie terminée. Il avait intégré le club de cérémonie car il la pratiquait déjà et, n'aurait aucun problème, pour ne pas perdre du temps. Et voilà qu'il devait rester après coup car apparemment il n'avait que le geste? Il s'agissait d'un club lycéen, pas d'un vrai groupe de pratiquant non? Blessé dans son orgueil il resta par principe.

Et ainsi sorti-il de la spirale corrompue dans laquelle il s'était enfoncé, s'engageant dans un cycle à l'opposé vertueux. Sans que personne ne semble vraiment s'en rendre compte, presque imperceptible. Cependant, tel père tel fils, lors de sa seconde année de lycée, Hideyoshi fut élu comme délégué. Il s'agissait là d'un mélange de respect à son égard, élève irréprochable à première vue, civilisé et travailleurs, investi même. De l'autre côté, il y avait aussi cette envie de la part des élèves de le placer là car, il n'avait toujours pas cessé son "combat" contre la délinquance. Même si plutôt que de s'adonner à la violence il s'était maintenant engagé dans une voie plus diplomate. Puis enfin, il y avait cette idée de faire du fils d'un oyabun un délégué, il y avait là quelque chose de parfaitement comique et cliché. Un jeu auquel il se prêta sans remords, bien décidé à enfin profiter de sa vie.

-J'ai entendu dire que tu avais vaincu un Kaijin avec un sabre d'ailleurs.
-Oui, mais il n'y a là rien de glorieux. Il suffit d'être en parfaite condition physique, d'avoir pratiqué le iaido et iaijutsu et, d'avoir beaucoup de chance ainsi qu'une certaine dose de résignation. Je suis passé à deux doigt de mourir et, c'est un miracle que je sois encore là. Puis la lame a tristement été brisée.
-Oui, il parait qu'il s'agissait là d'une pièce unique et, que c'est là un drame pour tout amateur que cette perte.
-Un sabre est fait pour tuer, si sa fonction est respectée il est inévitable qu'il se brise un jour. C'est malheureux mais c'est là leur nature.
-Monsieur serait-il philosophe à ses heures perdues?
-Non, mais monsieur pratique la voie du sabre.

Un sourire amusé fut échangé avec la russe, nouvelle partenaire commerciale du clan pour la vente d'arme.

Très rapidement, à vrai dire à partir de sa dernière année de lycée Hideyoshi avait désiré prendre part aux affaires des Sato. Si sa mère n'avait elle pas été surprise contrairement à toute attente, c'était le père, lui qui aurait du s'en douter qui fut pris au dépourvu. Son fils voulait marcher dans ses pas, reprendre la suite lorsque l'heure serait venue. De ça, il pouvait se réjouir et être fier. Mais il n'était qu'un lycéen sans aucun diplôme encore. Et ainsi un marché fut conclu, Hideyoshi pourrait participer aux affaires du clan, à condition que ses résultats soient exemplaires aussi bien scolairement qu'illégalement. Un marché qui fit ses preuves. L'adolescent avait grandit dans le milieu, avait assimilé tous les codes et ainsi ne fut-il pas perdu. Il commença avec un travail le soir sur une partie de son temps libre, sous l'égide d'un autre membre du clan. Hors de question de passer par une autre voie, encore plus en tant qu'héritier. Il fut laveur de voiture.

Il économisa sa paie, parfois la grilla, perdant beaucoup de l'argent qu'il pouvait gagner au profit du clan, tissa des relations et des liens. Une fois que sa détermination fut reconnue et qu'il fit ses preuves, il usa sans aucun remords du pouvoir que son statut de fils d'oyabun lui donnait. Le pouvoir n'est pas fait pour prendre la poussière, il est fait pour être utilisé, et s'engagea dans les branches les moins "respectables" du clan, veillant à ne pas tenir son père au courant de ses activités au sein du clan, quitte à tricher un peu sur ses gains. Ses chevaux de bataille furent le trafique d'arme qui, avait fait un bon depuis l'apparition du palais du mal, les jeux d'argent qui en cette période troublée attiraient plus de monde. Et enfin, il dépensa tout une partie de ses gains pour mettre un pieds discret et timide dans l'industrie musicale. A vrai dire, il ne semblait avoir aucune considération pour le gain personnel, il investissait presque plus qu'il ne gagnait.

Mais ce genre de secret est difficile à garder longtemps, surtout quand vous avez terminé le lycée et, que vous avez entamé des études d'histoire de l'art, comme pour défier votre père. Car il était inenvisageable qu'il ne fasse pas d'études supérieures aux yeux de sa famille. Mais comme il ne voulait pas s'engager dans des études de commerce, à ses yeux inutilement rébarbative, il choisit de  tuer deux oiseaux d'une pierre. Il s'engagea dans des études qui le séduisaient et, qui lui seraient utiles mais, d'un autre côté certainement pas dans celles attendues de lui. Il était impossible de s'opposer à son choix, comme demandé il faisait des études supérieures non? Puis il était actif en tant que membre du clan par la même occasion non? Mais il n'était qu'un jeune fauve comparé à son père et, il fut au bout d'un moment pris sur le fait. Les chiffres qu'il avait donné à son père étaient douteux et, autant dire que l'explication ne fut pas des plus agréables. Pour la première fois de sa vie Hideyoshi pris une raclé, raclé donnée par son père qui n'avait jamais levé la main sur lui.

Il respectait et d'une certaine manière appréciait ce qu'avait réussi son fils. Mais il était inacceptable de mentir et tricher face à l'oyabun. La raclé n'avait été que le début de la punition à vrai dire. Seules deux solutions lui furent offertes. Abandonner toute prétention à faire partit du clan et, par la même occasion se couper la première phalange du petit doigt comme le voulait une partie de la tradition. Ou alors, pour un an il ferait ce que son père lui ordonnerait comme travaux et après, peut-être pourrait-il reprendre lui même en main les activités qu'il avait entamé. Il choisit évidemment le seconde solution et, autant dire qu'il ne fut pas relégué aux travaux rébarbatifs et confortables. Pendant une année il dut faire le sale boulot pour le clan, adieu la gestion, à présent il était question de nettoyer derrière le passage des autres pour les situations extrêmes, là ou il y avait des morts. Et sa première expérience si, elle avait le mérite d'être originale s'avéra être, des plus exigeantes. Avoir à faire disparaitre des cadavres du jour au lendemain n'est pas une expérience aisée.

Mais il tint bon et ne lâcha pas l'affaire, rapidement, il ne fit plus disparaître les cadavres mais, fut responsable de justement certaines morts. Il fut forcé à apprendre à tuer et, heureusement un certain manque d'empathie dans ce domaine le sauva. Il tua, sans aucune hésitation, sans aucun remord ni plaisir. N'allez pas croire qu'il s'agissait là de quelque chose de régulier, de nos jours les mafieux tuent de moins en moins. Tuer devient bien trop problématique juridiquement.Malgré tout, il redonna dans le trafique d'arme, sous les ordres de l'oyabun bien sur. Il avait acquis une certaine expérience malgré tout et, les situations ou il traitait pouvaient aussi requérir quelqu'un de sa position dans le clan. C'était quelque chose de plutôt rare mais, il traitait avec les cas spéciaux. Le trafique d'armes lourdes. Le genre de chose qu'on ne voit quasiment jamais, surtout au Japon mais, qui avec les kaijins avait une certaine demande. N'allez pas croire que tout le monde veut et peut acheter un lance-flamme ou un lance-roquette, aussi ironique que cela puisse paraître, les clients à ce sujet sont toujours particuliers. Des membres des forces-spéciales japonaises. Remercions encore une fois la législation japonaise qui en vient à faire travailler en collaboration yakuzas et flics d'élite.

Et ce fut à cet instant que les choses dégénérèrent, que la perception du monde d'Hideyoshi fit un virage extrême. Une affaire comme toutes les autres. Si l'on met de côté l'agent de la Yomotsu qui débarque et, se transforme en kaijin. Premièrement, qui que vous soyez, entre savoir que des kaijin sont capables de prendre forme humaine et le voir il y a une légère différence, plutôt dérangeante à vrai dire. Ensuite, voir un membre de la corporation se transformer en monstre et vous attaquer est un autre problème. Il y a la quelque chose d'imprévisible et d'absurde. Les coups de feu, la panique digne de la présentation des raptors de Jurassic Park, les morts grotesques...

Ceux qui s'accrochent à la Vie périssent, ceux qui au contraire embrassent la Mort vivent. Ces paroles d'Uesugi Kenshin sont aussi vides de sens que profondes. Mais ce principe que toujours il avait voulu suivre lui sauva effectivement la vie. Il accueillit la mort, bien décidé à emporter le kaijin dans le yomi-no-kuni, brisa le sabre qu'il avait avec lui dans la créature, fouaillant à l'intérieur avec le morceau de lame brisée, s'accrochant à elle malgré que celle ci soit en train de lui arracher à moitié une épaule, son esprit rejoignant petit à petit le néant. Et lorsqu'il lui sembla reprendre connaissance, il comprit que la créature était morte et que lui était en vie, plus pour longtemps malheureusement. Mais les choses ne se passent jamais comme prévu, et les ténèbres semblèrent l'envelopper tandis qu'il lui semblait qu'une lame glaciale perforait son plexus. Une seconde plus tard, il sentait une présence étrangère en lui, sur son torse le contact froid d'une magatama. Tsukiyomi l'avait choisit pour être son porteur semblait-il, il était devenu un tokusatsu

La suite fut assez logique, sur les sept yakuzas présent il était le seul encore en vie et, la cargaison semblait avoir disparu. Même s'il pouvait supposer que Tsukiyomi avait sans doute traîné dans celle ci initialement, expliquant ainsi la présence d'un agent de la Yomotsu. Un coup de téléphone et les secours arrivèrent, des hommes du clan. L'attaque n'eut jamais officiellement lieu, personne en dehors du clan ne sut jamais ce qui était véritablement. Et sa réputation personnelle fit un bon, il était parvenu à vaincre un kaijin en étant un simple humain et, avait survécu. Beaucoup de bruit pour quelque chose devant à la chance avant tout. Le vrai point positif fut qu'il pu reprendre ses activités précédentes, sous l'égide de son oyabun de père cependant. Mais cette fois sans avoir à se placer en porte à faux

En cinq ans il parvint à implanter le clan Sato dans l'industrie musicale, en faisant une présence importante à Okuse. De l'autre côté, il ouvrit de vraies discussions et négociation avec la mafia russe pour améliorer et faciliter le trafique d'armement. Et enfin, il partit dans sa guerre personnelle à l'égard de la Yomotsu Corporation, investissant l'argent en surplus qu'il pouvait gagner dans des actions au sein de l'organisation. Gagner suffisamment d'action afin d'avoir un pieds dans le conseil d'administration était un moyen efficace pour, plutôt que de détruire, pouvoir commencer à exercer un contrôle sur cette organisation. Même s'il était encore loin du résultat.

Puis sous l'identité de Nightcrawler, le tokusatsu portant Tsukiyomi, son combat se faisait d'une autre manière. On pouvait aisément reconnaitre ses performances de tokusatsu opposées à ce que l'on pouvait attendre d'un héros. Non, Nightcrawler méritait plus le titre d'anti-héros à vrai dire. Il ne se contentait pas de simplement combattre les kaijins, ni de s'opposer à la Yomotsu Corporation. Il ciblait aussi une catégorie très précise de criminels, les violeurs, tueurs d'enfants et pédophiles. Un certain nombre de ces criminels avaient trouvé la mort par sa main. De manière extrèmement brutale et, destinée à être vue par certains. Et les agent de la Yomotsu avait le droit au même traitement.

Côtes arrachées et enfoncées dans les yeux, d'autres étaient pendu par leurs entrailles encore, le toute dans des situations humainement impossible était sa signature. La plupart des scènes qu'il laissait derrière lui donnaient toujours un sentiment d'horreur profonde, d'inhumanité complète. Nightcrawler gagna ainsi rapidement une réputation assez sinistre parmi les tokusatsus, il n'aurait pas du être possible que des gens l'apprécient selon toute logique. Et pourtant, il gagna une certaine fanbase. Avec internet beaucoup plus de personnes parlaient plus librement et, ses actions répondaient semblait-il au désirs d'un certain nombre d'individus qui, désiraient justement que ces criminels subissent un tel sort semblait-il. D'une certaine manière, les kaijin qu'il affrontait bénéficiaient d'un sort bien plus humain.

Il sentait Tsukiyomi qui lui aurait presque murmuré d'exterminer la corporation et les kaijin, elle avait une fois attaqué Hideyoshi et donc Tsukiyomi par la même occasion, peu importait pour l'unité Kojiki que cela ai eu lieu avant ou après. Elle ne percevait pas les choses ainsi, elle n'était qu'émotions brutes, réagissant aux sentiments d'Hideyoshi, le provoquant parfois, le défiant, exaltant son esprit, le poussant à se remettre en question. Elle voulait vivre, lui embrassait la mort, un duo ambigüe mais se complétant parfaitement. La corporation frayait avec les kaijins, avait massacré six membres du clan grâce à l'un d'eux. Il n'avait jamais été quelqu'un d'extrêmement scrupuleux et respectueux du gokudo, plus par raison pratique qu'opposition aux idées ou désir de contestation. Il respectait la tradition mais, elle pouvait parfois devenir un poids inutile. Surtout pour combattre des individus comme ceux de la Yomotsu, il était bien plus aisé d'affronter un monstre en en étant un soi même.

En passant de nouveau les doigts sur le sabre, il eu une idée qui le fit sourire, quelque chose qui renforcerait aussi le lien qu'il avait réussit à tisser avec les russes et, plus particulièrement avec leur représentant à Okuse.

-Sinon, il semblerait que ce sabre brisé soit, un Muramasa, une pièce unique venant du forgeron à la réputation douteuse. Beaucoup de ses vraies lame ont été "déguisées" en lame Masamune car elle avait été interdites sous l'ère Edo par les Tokugawa.
-Histoire amusante, mais quel est l'intérêt?
-Dans la culture populaire Masamune est le penchant positif en tant que forgeron de Muramasa. Une opposition entre sabres maléfiques et sabre bénéfiques. Et le sabre que j'ai brisé est justement un Masamune. Que penses tu Mascha, de reforger ces deux lames en mêlant leur acier pour former deux nouvelles lames? Nous en posséderions chacun une, en signe de notre partenariat fructueux et rentable pour tous?
-Je suppose qu'avec l'échange d'une coupe de saké cela aurait une teneur rituelle et traditionnelle plaisante en plus non?
-Exactement.



Qui se cache derrière l'écran ?

Prénom/pseudo : Vous pouvez m'appeler Lucifer
Age : 24 ans
Où as tu trouvé le forum ? Un Kaijin m'a montré le chemin /pan
Comment le trouves-tu ? TOKUSATSUUUUUU
Un dernier mot ? Shazam!


crédit (c) Chaussette


Dernière édition par Sato Hideyoshi le Lun 20 Juil - 15:30, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


 
Murakumo Kaenguma
Yomotsu Corporation

Messages : 925
Age du perso : 42 ans.
Voir le profil de l'utilisateur
Yomotsu Corporation
MessageSujet: Re: Sato Hideyoshi    Sam 18 Juil - 9:16

Hey bienvenue! Tu es là grâce à quel Kaijin, par curiosité, pour savoir si on se connait ou pas?


A cat who has lost a leg is snickering this way : the young lady over there, let's play ! Yai, shall we play a prank ? Yai, shall we go play ? Let's dance, young lady !
The fear of what's inside of me ▵
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tokusatsu.forum-pro.fr/t365-kaenguma-the-beautiful-shadow-of-the-demons-frenzied-dance#4342 http://tokusatsu.forum-pro.fr/t367-kaenguma-fear-of-whats-inside-of-me-tell-me-can-a-heart-be-turned-to-stone#4377
avatar


 
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Sato Hideyoshi    Sam 18 Juil - 9:21

Bienvenue sur le forum O/
Bon courage pour finir ta fiche !!
Revenir en haut Aller en bas
avatar


 
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Sato Hideyoshi    Sam 18 Juil - 10:09

Bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
avatar


 
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Sato Hideyoshi    Sam 18 Juil - 13:37

Merci bien pour l'acceuil!

Quand au Kaijin qui m'a fait venir ici, il s'agit de quelqu'un qui n'est pas encore inscrit sur le forum à vrai dire Wakaba ^^
Revenir en haut Aller en bas
avatar


 
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Sato Hideyoshi    Sam 18 Juil - 15:06

Ohoh, d'accord! Puis le porteur de Tsukiyomi! <3 Bonne fiche!
Revenir en haut Aller en bas
avatar


 
Yamada Nobu
Civils

Messages : 297
Age du perso : 22 ans
Voir le profil de l'utilisateur
Civils
MessageSujet: Re: Sato Hideyoshi    Sam 18 Juil - 15:41

Welcome ! Welcome ! <3 <3


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tokusatsu.forum-pro.fr/t186-yamada-nobu-la-vie-est-trop-courte-pour-se-tuer-a-travailler http://tokusatsu.forum-pro.fr/t187-nobu-le-totaku-ultime
avatar


 
Ôta Yuzu
Civils

Messages : 377
Age du perso : 26 ans
Voir le profil de l'utilisateur
Civils
MessageSujet: Re: Sato Hideyoshi    Sam 18 Juil - 16:02

Bienvenue copain Yakuza !
Bon courage pour ta fiche !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tokusatsu.forum-pro.fr/t185-yuzu-non-je-suis-pas-une-fille-mate-ces-pecs-mec http://tokusatsu.forum-pro.fr/t247-yuzu-j-ai-pas-besoin-de-copains-mais-viendez-quand-meme
avatar


 
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Sato Hideyoshi    Dim 19 Juil - 13:27

Bienvenu beau gosse :deal:
Revenir en haut Aller en bas
avatar


 
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Sato Hideyoshi    Dim 19 Juil - 22:43

Encore une fois merci pour l'acceuil ^^

Je post pour signaler que j'ai terminé ma fiche (même s'il doit sans aucun doute rester des erreurs malheureusement)
Revenir en haut Aller en bas
avatar


 
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Sato Hideyoshi    Dim 19 Juil - 22:46

Okidoki! Je file au lit là mais demain matin (heure française) je m'occupe de te lire et voir pou ta validation, promis!
Revenir en haut Aller en bas
avatar


 
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Sato Hideyoshi    Dim 19 Juil - 22:58

Merci bien, keur sur toi
Revenir en haut Aller en bas
avatar


 
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Sato Hideyoshi    Lun 20 Juil - 9:16

Une seule chose me chagrine c'est le trafique d'organe de kaijin: en effet lorsqu'ils meurent et c'est là toute la difficulté, ils se dissolvent et il ne presque que des cendres et du slime, en gros... ce n'est donc pas possible car il n'y a pas de cadavre. :/

Sinon tout est bon et j'aime le principe de l'antihéros, j'en attendais!
Revenir en haut Aller en bas
avatar


 
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Sato Hideyoshi    Lun 20 Juil - 15:33

Pas de problème, j'avais supposé faux à ce sujet c'est tout ^^

Cela a été édité pour partir sur un cas de trafique d'armes lourdes (cas extrêmement rare évidemment).

Héhé, ça fait plaisir que le principe soit apprécié, il fallait bien un anti-héros parmi tous ces tokusatsu et, quoi de mieux que Tsukiyomi pour? /pan

Fiche donc de nouveau supposément éditée et terminée!
Revenir en haut Aller en bas
avatar


 
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Sato Hideyoshi    Lun 20 Juil - 18:21


So much swaaagg, tu es validé !

Ô joie et bonheur, te voilà officiellement parmi nous ! On peut dire que maintenant tu fais parti de la bande, alors tu peux te la péter ! ♥

Cependant n'oublie pas de faire recenser ton avatar et si tu es un Tokusatsu, de mettre ton armure et pseudo dans la liste pour que tout soit bien ordonné. Niveau journal de bord, pense à faire ta fiche de relation qui comprend tes liens et ta liste de rps. Et si tu cherche un ou plusieurs partenaires de jeu, viens donc checker les demandes de rp ou en poster une ! N'oublie pas non plus de mettre le lien de ta fiche de prez' dans ton profil pour qu'on puisse la voir facilement !

Sinon, entre deux rps et recherches diverses je te propose de nous rejoindre à la cafétéria pour un max de flood et de délires !
Revenir en haut Aller en bas



 
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Sato Hideyoshi    

Revenir en haut Aller en bas
 
Sato Hideyoshi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Salle des professeurs
» Histoire d'Iwa no Sato
» Mission C : Buffet à Volonté ! (Pv; Seki Ryûsai)
» Yaelna Gwendal: Padawan de Lucia Sato
» ~ Un Garage peu Ordinaire ~[PV Hisoka Sâto]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tokusatsu!! :: Le Foyer :: Les Archives :: Archives de fiches-