Dans la chaleur de la nuit
Le mal est toujours puni
Les "Unités Kojiki", sortes d'armures intégrales de combat dotées d'une intelligence propre bien qu'instinctive, ont été découvertes alors qu'elles avaient été perdues par l'entreprise pharmaceutique qui les a créé, la Yomotsu Corporation. Cette dernière dépécha de nombreux agents dans l'espoir de les retrouver mais leurs nouveaux porteurs, se surnommant les "Tokusatsu", étaient devenus des justiciers masqués protégeant la ville de la menace Kaijin, des créatures monstrueuses aussi bien nées des malversations génétiques hasardeuses de la Yomotsu qu'à une singularité de la ville : l'énergie Fuzen.
lire le contexte

Partagez | 
 

 Tout ça pour un mouchoir ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar


 
Yamada Nobu
Civils

Messages : 297
Age du perso : 22 ans
Voir le profil de l'utilisateur
Civils
MessageSujet: Tout ça pour un mouchoir ?    Mar 28 Juil - 22:08


C'était étrange. C'était bizarre. C'était excitant. C'était impressionnant. C'était... il n'y avait pas de mot pour décrire ce que Nobu était en train de vivre. Il avait déjà rencontré des tokusatsu - il avait même un selfie avec Melolon ! - mais de là à voir un de ses héros se transformer devant ses yeux. Il ne comprenait pas tout et en même temps ce que lui disait l'armure ne semblait pas être totalement absurde. C'était un étrange sentiment plein de confusion qui l'habitait. 

Car derrière toute ce bonheur, cette surprise et cette excitation... il sentait un étrange malaise qu'il n'arrivait pas à expliquer. Son coeur battait la chamade et sa tête tambourinait comme s'il était un tambour de festival. Mais tout cela allait et venait et il mettait ce sentiment sur le compte de sa migraine. Il souriait et sautillait autour de Pinku no Hana qui restait stoïque et affirmait qu'elle n'était pas sa Pinku-chan. Mais ça il l'avait compris, bien plus qu'il n'en avait l'air. 

Car la Pinku qu'il connaissait était toujours ouverte, souriante - autant que peut l'être une armure - et pétulante. Ce qu'il avait devant lui n'était pas froid mais plus détâché. 

"Qu'est-ce que... ?!" Nobu n'eut pas le temps de réagir alors que les bras froids de l'armure le saisissait, avant même qu'il ne puisse commencer à poser tout un tas de question. 

Le sol soudain s'éloigna et les étoiles se rapprochèrent. Par réflexe le totaku saisit l'armure et couina en fermant les yeux alors que le vent faisait voler ses cheveux sombre. Ko no Hana no Sakuya semblait croire qu'il était blessé... et il aurait voulu dire quelque chose pour la contre dire mais il n'arrivait plus à prononcer le moindre son alors que son estomac se retournait d'être ainsi balloté d'immeuble en immeuble. Même s'il avait confiance en Pinku no Hana... c'était effrayant d'être aussi loin du sol, d'aller au vite, de sauter d'immeuble en immeuble. Il n'avait pas d'armure pour le protéger, lui, s'il tombait ! 

Bientôt... il se retrouva à l'abris. 

Bientôt il se rendit compte qu'il était dans un appartement. Il avait la tête qui tournait. Son estomac se tordait alors qu'il tombait sur ses genoux, épuisé. Il laissa la tension retomber et inspira profondément, ignorant le sang séché sous son nez et ses lèvres. Il avait suivit le tokusatsu comme dans un état second, étonné de le voir habité dans un tel quartier... tout ce qu'il avait imaginé sur Pinku no Hana... sur sa chère Pinku-chan... il n'avait rien deviné de correct... 

Pinku no Hana était un homme... Pinku no Hana avait une armure qui pouvait parler à sa place... Et il vivait à Iwatodai... dans un minuscule appartement, aussi grand que sa chambre quasiment. Son regard se posa autour de lui, curieux... 

Poster. Figurines. Mangas... cette chambre n'était pas très différente de la sienne. Tout ici lui était un peu familier. Son coeur se remit à battre. Ils étaient similaires. Pinku-chan avait les mêmes centre d'interêt que lui. 

Prendre soin de sa porteuse. Porteuse ? Mais... Hana, ou Haruki... n'était-il pas un homme ? Hana était un travesti. Que tout le monde prenait pour une femme quand il se transformait. Peut être que porteuse était le mot juste finalement... mais c'était étrange et Nobu rougit. 

En seiza sur le sol du petit appartement, il n'osait pas bouger, fixant Hana alors que celui-ci le regardait avec un air presque aussi ahuri que le sien. 

"T...t.... P...Pinku sama !" s'exclama-t-il, nerveusement, des étoiles dans les yeux alors que, rapidement il se rendit compte qu'il parlait, pour de vrai, à un tokusatsu dans son privé ! "Je veux dire... ! Hana ! Non... ! Ha... Ha... Haruki-san !" il se mélangeait les pinceaux, de la sueur coulant sur son front tellement il était nerveux. "Oh mon dieu... oh mon dieu..." il se pencha en avant et trembla comme une feuille avant de redresser la tête. "Ca va ?! Est-ce que ça va ?! T'es réveillé ?! Enfin... vous ?! Tu... ?! Merde !" il se redressa et lui saisit les mains, des étoiles plein les yeux. "C'est vrai de vrai de vrai de vrai de vrai ?" demanda-t-il avant de secouer la tête pour se reconcentrer. "Pardon ! J'veux dire ! Ca va ? Tu es tombé et puis... pouf ! Et puis... woosh ! et puis... " il fit de grand geste avant de reculer et de s'asseoir sur le sol, le dos droit et un large sourire aux lèvres. "Pardon... c'est juste que... Pinku-chan..." il couina le nom de son oshimen, ne sachant pas quoi dire d'autre. 

Il était comme un enfant qui rencontre le Père Noël...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tokusatsu.forum-pro.fr/t186-yamada-nobu-la-vie-est-trop-courte-pour-se-tuer-a-travailler http://tokusatsu.forum-pro.fr/t187-nobu-le-totaku-ultime
avatar


 
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Tout ça pour un mouchoir ?    Mer 29 Juil - 10:53

Haruki fixait Nobu, comme pétrifié, cherchant à reconstituer le fil des événements qui avaient pu le mener de la rue devant le bar à chez lui avec le Totaku. Mais rien ne vint immédiatement, aussi resta-t-il comme un flan, un peu affolé au fond. Il savait bien que c'était Hana qui l'avait ramené... Mais pourquoi embarquer Nobu ? D'où il sortait comme ça ?

Se massant un instan l'arrête du nez, il sentit soudainement des mains moites agripper les siennes et il ouvrit de grands yeux surpris. Hana-Chan... Il gronda mentalement mais l'armure l'ignora pour luis suggérer à la place de soigner un civil en détresse. Il n'avait pourtant pas l'air blessé, ce type... Un peu déconnecté, Nobu faisait plus un bruit de fond qu'un réel dialogue cohérent, et il se sentit vraiment dans la merde.

Un Totaku savait qui il était, venait de l'appeler Haruki, savait où il travaillait, où il habitait et qu'il était Pinku. Merveilleux. Réellement.
Le jeune homme encore un peu grimé en fille poussa un soupir résigné, se sentant encore un peu trop faible pour lutter. Il était fatigué. Epuisé serait le mot juste. Nobu avait l'air d'avoir saigné du nez. Cela expliquait pourquoi Hana-chan l'avait ramené chez eux.
Incapable de répondre, le lycéen se leva finalement, pour mettre un peu de distance entre eux, parce qu'il ne savait pas trop quoi faire. Il n'avait pas très envie d'être mignonne et sautillante pour le coup - curieusement, s'évanouir le laissait toujours de mauvais poil en reprenant conscience. Encore plus lorsqu'on avait un Totaku en furie devant soi.
Pour s'occuper, plus qu'autre chose, il mouilla un torchon dans le coin cuisine de la taille d'un mouchoir de poche et le ramena à Nobu. "Pour ton nez." Fit-il en rougissant avant de se détourner. Il avait envie de se démaquiller. Le fond de teint lui donnait l'impression d'être du plâtre et il se dit que c'était l'excuse parfaite pour se mettre au calme un moment.
"Je reviens." Dit-il en traînant des pieds jusque dans la salle de bain. Foutu pour foutu, il lui était égal qu'il le voit au naturel. de toute façon, maintenant il était grillé à vie.

S'enfermant dans la petite pièce, il s'assit un instant sur les toilettes pour calmer son mal de tête avant de boire un peu d'eau pour chasser l'impression de sa bouche pâteuse. Il retira patiemment sa perruque, se démaquilla soigneusement, jusqu'à ne laisser plus qu'un adolescent de dix-huit ans aux cheveux noirs banals et aux yeux bleu sombre. Ses cernes étaient clairement visible maintenant ainsi que ses traits tirés.
Lorsqu'il sortit, il était un ado banal à lunettes en survêtement bleu marine à bandes blanches. Rien de très différent de Nobu, à l'exception du magatama dans son dos.

"Tu veux boire quelque chose j'ai... De l'eau." Dit-il en ouvrant son frigo, où quelques carottes et bouteilles d'eau se disputaient la place. "Je peux faire du thé sinon." Dit-il en tentant d'analyser au travers du tupperware si une portion de riz de la semaine précédente était encore bonne ou non. Finalement il laissa tomber et ne récupéra qu'une bouteille d'eau minérale, enclenchant la bouilloire électrique et l'autocuiseur de riz d'un geste machinal. Demain il avait école. Il avait fini ses devoirs avant de partir, heureusement. Mais il devait manger un peu de riz sinon il finirait par mourir de faim - bien que sa sensation de satiété soit biaisée par son anneau gastrique.

"Si tu pouvais éviter de me dépeindre comme ça dans tes fics, ce serait cool." Dit-il en inspirant, tournant des yeux cernés vers l'autre garçon tout en préparant un thé noir des plus rudimentaire - sans sucre. Jamais. "Je préfère largement ta version."
Il eut un pauvre rire, avant d'ouvrir l'autocuiseur, prenant une louche de riz un peu réchauffé, récupérant un bol et des baguettes pour lui. "Tu veux du riz ?" Demanda-t-il par politesse. pas étonnant qu'il n'invite jamais personne : il était vraiment pourri comme hôte !
Revenir en haut Aller en bas
avatar


 
Yamada Nobu
Civils

Messages : 297
Age du perso : 22 ans
Voir le profil de l'utilisateur
Civils
MessageSujet: Re: Tout ça pour un mouchoir ?    Mer 29 Juil - 19:14



Il était chez Pinku no Hana. Il était chez Hana, l'hôte de l'autre soir. Il était chez un garçon appellé Haruki. Pinku no Hana était un garçon. Pinku no Hana n'était pas une adolescente qui aimait les froufrous... non, à regarder Haruki, des étoiles dans les yeux, Nobu avait à faire à un adolescent qui... aimait les froufrous. Ca aurait pu paraître choquant, perturbant ou même dégoûtant... mais à l'instant ce n'était pas ce qui était important pour le jeune homme. Non. L'important en ce moment c'était qu'il était face à un tokusatsu, à son idole ! Pinku no Hana !

Il avait imaginé à de nombreuses reprises ce qu'aurait pu être sa rencontre avec son héroïne. Parfois quand il se couchait il imaginait des scènes épiques où Pinku no Hana se découvrait devant lui... mais jamais il ne l'avait imaginé être un garçon... et encore moins comme Haruki. Mais il était bien là, devant lui, à se pincer le nez, le visage pâle et visiblement fatigué. 

Il n'était pas en train de tourner sur lui même avec une jupe à volant, il n'était pas en train de sautiller ou de faire des sourires cute comme l'aurait fait une idol. Mais Nobu n'y prêtait pas attention, il y avait bien trop de chose qui se passait dans son esprit pour prendre conscience de ces détails. Haruki n'avait pas les cheveux roses ou des barettes partout... Et sa chambre n'était pas celle d'une jeune femme passionnée de mode... quoique... 

Nobu rougit quand il se rendit compte qu'il était dans l'espace vital de son idole et il dû se débattre avec lui même pour ne pas se jeter sur le lit, pour toucher à toutes les figurines ou parcourir l'étagère de mangas et comparer leurs goûts... il resta debout, le visage un peu rouge alors qu'il ignorait les tambours dans ses tempes ou son estomac se tordant. Pinku no Hana était là, devant lui. 

"C'est tellement trop cool," fit-il, la voix aigue alors qu'Haruki se levait pour marcher dans son appartement. 

Rien que de le voir se déplacer "pour de vrai" excitait Nobu donc les yeux brillaient. Et quand il revint avec un mouchoir humide, le totaku rougit de plus belle mais cette fois-ci avec gène alors qu'il acceptait le bout de tissus. 

"Merci..." fit-il, un peu plus calmement en s'épongeant le nez. "Désolé... ça m'arrive de temps en temps... " fit-il avec un peu de gène. 

Mais haruki l'ignora et se retira dans un autre coin du mini-appartement, laissant Nobu, seul, au milieu de ses affaires. Cependant il ne se mit pas à fouiller comme on aurait pu le penser. Il avait envie, de tout retourner et de découvrir les secrets de son idole... mais à la place il s'assit sur le sol et pressa le mouchoir contre son nez. Il avait mal à la tête. Il ne savait pas pourquoi, ça n'arrivait pas si souvent que ça... une part de lui lui ordonnait de courir rentrer à la maison pour retrouver son lit mais il l'ignora, Pinku no Hana était bien plus importante. 

D'ailleurs l'adolescent sorti de sa salle de bain et Nobu l'observa avec de grands yeux curieux. Il n'était pas si différent de lui. Mon dieu... Pinku no Hana était... un gars normal ! Nobu secoua la tête. Non, il n'était pas normal. Il était... Pinku no Hana ! - il avait déjà presque oublié qu'il était un travesti. 

Nobu ne bougea pas de sa place, comme spectateur de la vie de tous les jours de son tokusatsu préféré. Il avait tellement de questions à lui poser. Si seulement il n'avait pas de migraine... Ce serait tellement plus facile pour faire connaissance. Il n'osait pas non plus trop lui en poser, il avait l'air... fatigué, ce qui était compréhensible... il était un héro après tout ! ALors il se tortilla sur le sol et sourit au garçon.

"J'ai de l'eau dans mon sac ça ira !" fit-il en levant son petit sac à dos, oubliant complètement qu'il avait vidé la bouteille sur la tête d'Haruki un peu plus tôt. Boire dans un verre de Pinku no Hana ? Il en mourrait tellement c'était le rêve. Il n'était pas prêt. 

Il continua de l'observer, ne le lâchant pas du regard, à moitié penché en avant pour suivre le moindre de ses mouvements. Même s'il ne faisait que du thé banal dans une cuisine banale... pour Nobu en cet instant c'était comme s'il était en train de faire de la magie... pas parce qu'il faisait du thé, mais parce que c'était... Pinku no Hana, tout simplement. Il aurait pu lui péter sur le visage qu'il en aurait été tout autant ébloui.... alors quand il lui demanda de ne pas le reproduire de cette façon, il sursauta presque - interrompu dans sa contemplation. 

"Ah... ! Bien sûr ! Bien sûr !" il leva les poings, un air déterminé sur le visage. "Je ne révélerais pas ton identité secrète ! Promis juré !" fit-il avant de grimacer légèrement alors qu'il senti une vive douleur dans son ventre. Il aurait dû manger quelque chose avant de partir se dit-il. "Ah... et... heuu..." il hésita, devevant subitement rouge. "Merci..." fit-il, embarrassé de recevoir un compliment de Pinku no Hana en personne. Il lui en avait déjà fait sur le forum mais... en vrai c'était... c'était... ouah ! "J... je suis... content que ça te plaise !" fit-il un peu brusquement, prêt à s'applatir sur le sol comme devant une statue de bouddah. 

Et il lui proposait même à manger. Nobu aurait pu en pleurer de joie - même une miette de pain l'aurait mit en extase. Il se redressa et sourit largement. Manger dans un bol de Pinku no Hana ?! Jamais de la vie ! Son petit coeur n'était pas prêt ! 

"J'ai ce qu'il faut dans mon sac ! J'ai un bol de nouilles !" fit-il en se redressant tout en fouillant dans son sac pour en sortir le bol en plastique. "Tu en veux ? C'est bon pour la santé !" fit-il avec conviction. Il y avait des céréales, de la viande et des légumes ! C'était un repas équilibré ! En tout cas c'était ce dont il s'était persuadé. Posant le bol sur la petite table il hésita, son sac toujours dans la main et se mit à rougir furieusement. "Ah et... hum... " il se mit à balbutier en sortant un rouleau en plastique. "C... C... C'est... p... pour... le... le... enfin... " plus il parlait et plus il devenait rouge. Il posa le tube sur la table et serra son sac contre lui, nerveux. "Pour... enfin... j'ai fait... " il n'arrivait pas à le dire, c'était tellement génant.

J'ai fait un fanart de Pinku no Hana pour me faire pardonner de t'avoir voler ton mouchoir Pinku no Hana. Comment pouvait-il le dire alors... qu'il se trouvait justement devant Pinku no Hana. Il n'aurait jamais du écouter les conseils de... il se figea soudain et se remit à rougir furieusement avant de tourner le dos et de s'accroupir sur le sol. Il avait suivit les conseils de Pinku no Hana pour offrir un dessin à Pinku no Hana. Il avait envie de pleurer tellement c'était ridiculement... épique et... classe. Et bizarre surtout. Très bizarre. Il ne savait plus où se mettre. 

Et il n'avait toujours pas rendu le mouchoir qui était toujours dans sa poche.....


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tokusatsu.forum-pro.fr/t186-yamada-nobu-la-vie-est-trop-courte-pour-se-tuer-a-travailler http://tokusatsu.forum-pro.fr/t187-nobu-le-totaku-ultime
avatar


 
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Tout ça pour un mouchoir ?    Ven 31 Juil - 20:38

Haruki se sentait tellement idiot, finalement. Là, devant cet autre mec, qu'il ne connaissait que par les forums, regardé comme s'il avait un truc louche sur le front, il n'était pas à sa place. Il préférait se cacher derrière l'armure, quand l'on pouvait croire qu'il était une jolie collégienne. Ou même se travestir en Hana, qui devenait une étudiante kawaii qui aimait les fringues, la mode et la culture geek.

Non, désespérément banal à cette heure, il posa ses yeux cernés sur Nobu quand ce dernier l'assura qu'il avait ce qu'il lui fallait dans son sac, n'insistant pas, buvant un peu d'eau à la bouteille d'un air nonchalant, entamant son bol de riz debout dans la cuisine. Des nouilles ?
"Nan, j'en ai mangé toute la semaine. Pas envie." D'accord, c'était bon les nouilles mais au bout d'une semaine... Et puis il fallait qu'il passe au konbini pour en racheter, il n'avait plus que du riz bon marché et de l'eau.
Les baguettes dans la bouche, il se traîna jusque sur sa chaise de bureau, s'y laissant tomber, tournant un peu sur lui-même, les genoux remontés contre sa poitrine, tout en mangeant son riz.
"Il y a de l'eau chaude dans la bouilloire, pour tes nouilles. Fais comme chez toi." Il était crevé. Mort, archi mort. Il ne rêvait que de dormir, sachant qu'il devrait se lever pour aller en cours quelque chose comme trois heures plus tard. Pas le choix.

Soudain, Nobu s'affola et il l'observa un instant, alors qu'il déposait un rouleau de plastique sur la table. Oh ? Oh...
Ses gênes d'otaku endormis s'activèrent et il posa son bol et ses baguettes en vrac sur son bureau, avant de fondre vers la table, les yeux étincelants. Il savait ce que c'était. Alors, il l'avait vraiment fait ?
A cet instant, Haruki avait les yeux d'un gamin émerveillé devant le Père Noël, tournant et retournant le rouleau.
"Haaaawn, tu l'as vraiment fait ? Je veux dire... Je voulais te charrier un peu... En fait j'avais prévu de t'offrir le mouchoir si tu me le ramenait au club mais..." Tournant le rouleau, il céda finalement et l'ouvrit, découvrant le fanart.
Lui... Et Melo... Son Melo aux cheveux bruns... Awn ! C'était si... Cute !

Trépignant comme un môme de dix ans, il finit par lâcher malgré lui un "kyaaa" des plus androgyne, avant de ne plus pouvoir se retenir, se jetant - au sens littéral du terme - sur Nobu. "Merci, merci, merciii !! Melo est trop trop beauuuuu !! Merciiiii !!" Il enserrait l'autre gars, un peu à l'étouffer certes, mais c'était la joie d'avoir un collector de Nobu fait rien que pour lui.

Finalement, se rendant compte de son geste, il se recula vivement. "Heuuuuu, désolé..." Fit-il, rouge comme une pivoine, avant de reprendre son dessin rien qu'à lui, son précieux... Le mirant comme si c'était la huitième merveille du monde.
"Melo-sama est tellement classe !" Ronronna-t-il en contemplant le duo dessiné, la fille cute aux cheveux roses et le bad boy brun ténébreux.  Il remit à regret le dessin dans son étui, pour ne pas risquer de l’abîmer, assit en tailleurs sur son futon au milieu de la pièce, avec définitivement un air de vrai Totaku...
Revenir en haut Aller en bas
avatar


 
Yamada Nobu
Civils

Messages : 297
Age du perso : 22 ans
Voir le profil de l'utilisateur
Civils
MessageSujet: Re: Tout ça pour un mouchoir ?    Dim 2 Aoû - 13:15



Comment décrire la situation dans laquelle il était ? Il n'y avait pas de mots tant tout ce qu'il se passait en cet instant ressemblait à un drama passant à la télé tard le soir. Il était chez son idole. Qui était un garçon. Et avec qui il mangeait ! En tout cas qui l'invitait à le faire. C'était tellement bizarre, il ne savait pas comment interpréter la situation. Son ventre se tordait douloureusement, il était aux anges et en même temps il sentait une angoisse pesante dans ses entrails. Le stress était tel que rien que de déposer le tube à poster sur la petite table lui donnait envie de vomir. 

Il allait détester, se moquer de lui. Lui qui habituellement n'était pas du genre à s'en faire pour ce genre de détails et qui était naturel et direct... il avait l'impression d'être une adolescente devant le garçon pour qui elle avait le béguin, c'était débile. Mais c'était Pinku no Hana. C'était le tokusatsu qu'il admirait le plus avec Usahime. Il allait le prendre pour un tordu. Mais il regrettait un peu cette fille aux cheveux roses qu'il avait toujours imaginé. Haruki était tellement loin de l'image qu'il avait donné à son héroine. 

Alors il fut surpris de la réaction du jeune homme. Il poussait le même genre de cris que les gens aux conventions. Il sautillait comme il l'avait fait quelques minutes plus tôt. Il était... content. Non, le mot était faible se dit-il brusquement quand le garçon le saisit et l'enserra si fort que Nobu crut qu'il allait étouffer.

Haruki le serrait dans ses bras. Pinku no Hana le tenait contre lui. Il pouvait sentir son souffle dans son cou et sentir son odeur. Nobu senti son visage devenir pourpre. Il se sentait flatté et heureux. Il aimait son dessin. La tête lui tournait et il leva les bras pour enlacer le garçon à son tour... mais jamais il n'osa poser ses mains contre le dos de son idol, ils restèrent levés et tremblant. Jusqu'à ce que finalement Haruki le lâche en s'excusant. Nobu en rougit d'avantage et il secoua la tête dans tous les sens. 

"N... n... non... y'a... y'a pas d'quoi," balbutia-t-il avant de glisser une main dans sa poche pour en sortir la jolie petite pochette qu'il avait acheté exprès. Il fixa le mouchoir et manqua de pleurer, ses yeux s'humidifiant d'émotion. "Je peux... vraiment... le garder ?" demanda-t-il hésitant. 

L'échange était si peu équitable... ce si joli mouchoir brodé contre ce dessin sur lequel il n'avait passé que quatre jours dessus. Il aurait dû mieux s'appliquer. Il ne pensait pas que c'était à la vraie Pinku no Hana qu'il était déstiné. 

Nobu s'assit à son tour, ses jambes ayant du mal à le supporter alors qu'il fixait le mouchoir qu'il avait dans les mains.

"Merci..." fit-il, les yeux humides. "C'est... C'est... le plus beau cadeau que j'ai jamais reçut..." 

Il avait l'impression d'avoir accomplis la mission de son existence. C'était une étrange sensation.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tokusatsu.forum-pro.fr/t186-yamada-nobu-la-vie-est-trop-courte-pour-se-tuer-a-travailler http://tokusatsu.forum-pro.fr/t187-nobu-le-totaku-ultime
avatar


 
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Tout ça pour un mouchoir ?    Dim 2 Aoû - 13:56



Il se sentait comme un idiot. Enlacer comme ça un autre type, ça ne se faisait pas. Son cœur battait la chamade, son visage écarlate. Mais il avait un fanart rien que pour lui. Pour un Totaku tel que lui, c'était le plus beau cadeau du monde. Il contemplait le tube de plastique avec une fixation certaine. Finalement, il ne releva le nez que pour voir Nobu sur le point de pleurer à cause du fameux mouchoir par lequel tout était arrivé.

Gêné, il eut un sourire un peu timide et répondit cependant d'une voix plus douce : "Tu peux le garder, oui." Il se l'était cousu, quelques temps auparavant, plus pour s'occuper qu'autre chose. Mais contre ce dessin, cela lui semblait un cadeau appréciable.
Melo... Sama... Sur le papier il était tellement beau... Et son cœur se serra en songeant que plus jamais... Il l'avait appris la veille. Cela lui avait fait un tel choc... Il n'en avait encore parlé à personne sur la communauté. Il avait surtout tellement mal au cœur.
Son Melo-sama... Penser à cela lui amena les larmes aux yeux, lui qui faisait tout depuis la veille pour ne pas y penser, pour se persuader que ça n'avait été qu'un mauvais rêve...

Reniflant un peu, il tenta bien de se concentrer sur Nobu, qui allait aussi pleurer et dont les larmes prêtes à couler faisaient écho à son propre regard. Melo... Il allait tellement lui manquer...
Alors, se rapprochant un peu de Nobu, sans trop savoir pourquoi, il l'enlaça, plus doucement que quelques instants plus tôt. Il enlaçait les gens comme une fille mais ne s'en rendait pas bien compte. Bien sûr que Nobu pouvait garder le mouchoir et il hocha la tête, comprenant. Lui-même se sentait tellement touché. A genoux sur le sol, il se mit à pleurer contre Nobu, tout ce qu'il retenait depuis la veille cédant soudain.

"Melo-sama... Est parti... Il ne reviendra plus jamais." C'était un drame pour lui. Un petit drame dans ce petit univers. Il pleurait avec sincérité, cherchant un contact parce qu'il n'était pas sûr d'être capable de rester tout seul avec ça sur le cœur. Il n'avait rien dit à personne. Avait caché qu'il avait pleuré toute la nuit précédente - d'où son état de fatigue critique cette nuit-là, entre autres raisons.
"Je ne le verrais plus jamais..." Alors avoir un fanart d'eux deux faisait encore plus ressortir ses sentiments pour son aîné dont il n'avait jamais rien su. Il pleurait comme un gamin, c'était idiot. Mais c'était Melo-sama et il aurait tant voulu devenir un jour sa petite amie... Tout en sachant qu'il n'aurait jamais pu. Parce que Pinku n'était pas une fille. Elle n'était qu'Haruki. Un autre garçon qui n'en valait pas la peine. Il valait mieux qu'il reste avec ses figurines, avec ses costumes. Il n'était qu'un garçon dégoûtant pour faire tout ce qu'il faisait... Alors Melo méritait une belle vie. Il irait prier pour lui. Pour qu'il aille bien, où qu'il soit et qui il soit dans ce monde.

Les amours adolescents ne s'oublient jamais, à ce que l'on raconte. Et il se blottit contre Nobu, tenant dans ses doigts le tee-shirt de l'autre otaku. Tant pis si c'était ridicule. Le monde était vide, et personne ne le savait. Alors, lui au moins, il pourrait comprendre. Parce qu'il savait qu'il était Pinku. Parce qu'il savait... Le drame de perdre Melo-sama. Le vide. Le froid. Et la peine. "Je veux qu'il revienne... Je veux le revoir." Il sanglotait, dans le secret de son minuscule appartement, comme si cela suffirait à transformer Nobu en ce Prince qu'il avait rêvé tellement fort.
Si seulement les vœux pouvaient s'exaucer...
Revenir en haut Aller en bas
avatar


 
Yamada Nobu
Civils

Messages : 297
Age du perso : 22 ans
Voir le profil de l'utilisateur
Civils
MessageSujet: Re: Tout ça pour un mouchoir ?    Lun 3 Aoû - 12:51


Le précieux mouchoir dans les mains, Nobu sentait sa vie atteindre un point qu'il n'aurait jamais pensé. C'était comme si son existence se trouvait à un moment critique. Il venait de réaliser son rêve : rencontrer son idole en vrai, recevoir un présent de sa part... c'était comme si toute sa vie n'avait eu de sens que pour ce moment. Et alors qu'il fixiait la petite pochette dans laquelle reposait sans doute la chose la plus précieuse à ses yeux, il manqua les soubresauts d'Haruki en face de lui. 

C'est donc avec surprise qu'à nouveau les bras l'enlacèrent. Redressant la tête le jeune homme retint sa respiration, ne s'attendant pas à un tel rapprochement après le précédent. Sa tête manqua d'exploser et il senti ses yeux bouger dans tous les sens alors qu'Haruki se mettait à pleurer. Les larmes coulèrent sur son survêtement dont l'odeur de sueur ne semblait pas déranger l'adolescent qui le tenait avec douceur. 

Sans lâcher le mouchoir Nobu leva les bras, ne sachant pas quoi en faire, n'osant pas répondre au mouvement de peur d'effrayer Haruki. Mais rapidement ses bras retombèrent alors que la nouvelle atteignit ses oreilles. Melolon. Melo-sama. Etait parti ? Pour de vrai ? Non... c'était impossible... Melolon était... le partenaire de Pinku no Hana. Ils étaient fait pour combattre ensemble... 

"Melolon a..."

Il aurait voulu dire que c'était un mensonge, que ce n'était qu'une passade... mais les larmes de Pinku no Hana étaient vraies. Nobu, dans un geste un peu mécanique, glissa ses bras atour du torse du jeune homme en face de lui. Il attrapa le tissus de son t-shirt et le serra maladroitement, beaucoup plus fort qu'il n'en avait l'air. Il ignora le sang qui coulait à nouveau de ses narines, le goût de fer qui à nouveau emplissait sa bouche alors qu'il reniflait un peu de sang. 

"Je..." que pouvait-il dire ? Il y avait plein de choses qu'il aurait pu dire pour réconforter Haruki mais... il ne savait pas. Il n'avait jamais fait ça. Il n'était qu'un otaku dont les seules intéractions qu'il avait étaient pour s'amuser. 

Il n'était pas un prince. Il n'était pas quelqu'un sur qui l'on pouvait compter. Dans sa tête hurlait des tambours, frappant son crâne férocement. Dans son ventre ses organes se tordaient et il ne pouvait faire autrement que serrer le garçon avec force. Ses bras étaient étonnement plus puissant qu'ils n'en avaient l'air alors qu'il pressait Haruki contre lui. Son regard bleu acier fixa le mur recouvert de poster en face de lui et il se contenta de serrer le garçon. 

Que pouvait-il faire d'autre ? Il ne pouvait rien dire pour l'appaiser. Sa gorge était bloquée alors que ses yeux luisaient sous la lumière un peu blafarde du plafonnier. Il ne pouvait rien faire d'autre que le soutenir physiquement. Il n'était pas doué avec les mots. Il écrivait, il dessinait...  il y avait tellement de choses qu'il aurait pu dire par écrit, mais face à face ? 

"Je suis désolé..." réussit-il à dire, ses bras enlaçant Haruki beaucoup plus fortement qu'il ne l'aurait pensé lui-même, ne s'en rendant même pas compte. Il ignora le sang qui coulait de son nez pour tâcher la chemise du garçon. Il ne voulait plus que Pinku no Hana pleure. Parce qu'il tenait à elle, à lui. 

Mais il fallait l'accepter. Les héros aussi pouvaient pleurer. 

Il le savait, il l'avait écrit de nombreuses fois. Mais le vivre, c'était différent.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tokusatsu.forum-pro.fr/t186-yamada-nobu-la-vie-est-trop-courte-pour-se-tuer-a-travailler http://tokusatsu.forum-pro.fr/t187-nobu-le-totaku-ultime
avatar


 
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Tout ça pour un mouchoir ?    Ven 21 Aoû - 11:16


C'était la honte. Pleurer comme ça. Pleurer pour ça. Mais il ne pouvait pas s'en empêcher. Il l'avait contenu en lui, depuis la veille. A l'école. Au travail. Il avait souri, fait ce que l'on attendait de lui. Il avait tout gardé et ça l'avait bouffé. Tué.
Il était seul face tous ces kaijins. Seul face à la Yomotsu. Il se sentait isolé, pour la première fois depuis qu'il avait commencé à être un Tokusatsu. Cela faisait un peu plus de deux ans. Il avait vu certaines choses qu'il préférait oublier, les retrouvant parfois dans ses cauchemars. Avant que les images mentales d'Hana-chan l'apaise et l'endorment de nouveau. Il ne pourrait pas tous les sauver, pas seul.
Il y avait d'autres Tokusatsu mais Melolon et lui formaient une sorte de drôle de duo. Cela ne faisait que quelques mois mais... Perdre tout à coup cela... Ils n'avaient jamais parlé l'un et l'autre de leur duo. C'était comme une chose naturelle. Ils n'étaient pas toujours ensembles mais souvent...

Des bras le tenaient, fort. Il ne chercha pas à comprendre. C'était chaud. C'était bizarre. C'était un autre gars, un Otaku comme lui. C'était pas franchement un Prince de conte de fées et il n'avait rien d'une princesse en détresse. Mais il essaya de se souvenir de la dernière fois qu'il avait sentit quelqu'un l'enlacer. Il fouilla dans sa mémoire.
Sa mère, il y avait longtemps. Un peu avant sa première opération. Avant qu'ils ne deviennent des étrangers l'un pour l'autre, lui qui ne ressemblait même plus physiquement à ce fils qu'elle avait toujours connu.

Il restait des cicatrices discrètes, sur ce corps que la natation avait sculpté après les chirurgies réparatrices. Il avait pu enfin, prendre le masque qu'il voulait. Ne plus être qu'une grosse Sailor dont on rigole sous cape. Il pouvait devenir Sailor Mercury ou IA, ou Luka... Il pouvait grâce à la magie des prothèses, du maquillage, des corsets. Il pliait ce corps détesté à sa volonté. Tant pis s'il manquait de souffle. Tant pis s'il n'était pas une vraie fille : dans leurs yeux à tous, il en devenait une.

Et maintenant que quelqu'un savait ? Que devait-il faire ?
Il avait progressivement cessé de pleurer, mais était resté dans la même position, enfermé dans son monde intérieur, hermétique au reste. Il sentait juste cette chaleur inhabituelle, qu'on le serrait fort. Les yeux fermés, il pouvait imaginer que c'était Melo, ou un héros de sojo stéréotypé. Un héros sentirait moins la sueur et ne saignerait pas du nez mais les yeux fermés, c'était très bien comme ça. En vérité, il était bien trop gêné pour bouger et bien trop indécis quant à la conduite à tenir quand on vient de pleurer dans les bras d'un autre garçon, le visage bouiné dans son cou. Il resta comme ça ce qui lui sembla longtemps, yeux clos, comme s'il dormait, mais se posant des millions de questions. Ce n'était pas normal, de ressentir ça. Il devrait s'en ficher.

Finalement, il releva la tête, cillant un peu sous la lumière que diffusait le plafonnier, les yeux tout rouges d'avoir pleuré. Il évita le regard de Nobu, parce qu'il n'était pas bien sûr de lui pour le coup. "Je suis désolé." Fit-il en désespoir de cause, comme si ça réglait tout. "Je... N'aurais pas dû..." Il baissa les yeux en se mordillant la lèvre dans un tic. Putain. Ils étaient deux garçons. Deux garçons. Ca ne devrait pas être aussi gênant et compliqué dans sa tête.

"Tu peux... dormir ici... Il n'y a plus de métro je crois... Je vais dormir par terre. J'ai un sac de couchage, tu as qu'à prendre le futon." Il était nerveux. Sa voix lui paraissait ridiculement tremblante et incertaine. Il ouvrit son armoire - sur des tonnes de tenues de cosplay soigneusement alignées et son uniforme bien rangé et repassé. Il tira un sac de couchage d'un recoin, le déplia, s'enroula dedans tout habillé en une version grotesque d'une chenille à visage humain. Voilà, il était très bien par terre. Comme ça. Tournant le dos à Nobu, pour s'étouffer dans sa propre honte. Il était si épuisé qu'il s'endormit aussitôt, la lumière allumée, sans programmer son réveil pour l'école - deux pauvres heures plus tard...

Et il ne se réveilla pas pour le lycée ce matin là, roulé en boule dans un sommeil de plomb.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


 
Yamada Nobu
Civils

Messages : 297
Age du perso : 22 ans
Voir le profil de l'utilisateur
Civils
MessageSujet: Re: Tout ça pour un mouchoir ?    Jeu 27 Aoû - 20:00


Sous la lumière blafarde du plafonnier, dans ce minuscule appartement surchargé de figurines et posters en tout genre, deux garçons semblables et tellement différent à la fois. Enlacés. Rien de répréhensible. Rien que leur corps collés l'un à l'autre dans l'espoir d'un réconfort. Le corps secoué de sanglot qui se pressait et se cachait dans le coup de Nobu n'était pas mal perçu par le jeune homme. Pourquoi le serait-il ? C'était Pinku no Hana après tout. Mais autrement que ça... l'otaku était surtout mal à l'aise d'être aussi empôté dans une telle situation. 

Dans sa tête tournait et retournait des millions de phrases ou de mots qu'il aurait pu lui dire pour l'apaiser, pour le calmer, pour le réconforter. Mais rien ne venait. Rien ne semblait être capable de sortir de sa gorge. Parce que tout lui semblait si... inutile et stupide. Des mots qui sonnaient juste dans des fanfics... mais dans la vraie vie ? C'était ridicule. Niais. Facile. Et il savait que ça ne servait à rien. Haruki n'écouterais pas ces mots, ne serait pas rassuré par eux. Il n'était pas un personnage de fiction, il n'était pas un héros de série télé. Non il était vrai. Et ses larmes étaient tout aussi véritables. 

Pathétique. Nobu se sentait terriblement pathétique. Incapable de dire quoi que ce soit. Muet. Il n'avait jamais été confronté à ce genre de choses... Jamais... Jamais...

Jamais ? 

Il essaya de se souvenir. Mais rien. Rien ne venait lui souffler la vérité. C'était comme s'il n'avait jamais vécut. Comme s'il n'avait jamais souffert. Comme si sa vie n'avait été qu'un long film lent et tranquille. 
Nobu se rendit compte qu'il n'avait jamais eu à consoler quelqu'un. Et qu'il n'avait aucune idée de comment s'y prendre dans la vraie vie. 

Il était réellement pathétique. Mais il devait le cacher. Haruki qui souffrait tant n'avait pas à savoir à quel point lui-même n'était qu'un abruti qui ne s'était jamais arrêté pour les autres... c'était certainement le cas pour qu'il ne se soit jamais retrouvé dans de telles situations. Il avait l'impression d'avoir vécut tellement de nouvelles choses depuis qu'il avait déménagé à Okuse, c'était étrange, comme si sortir de chez lui lui avait ouvert les portes de la vraie vie...

Il n'était qu'un automate qui se laissait vivre. Et même quand le tokusatsu se détâcha en s'excusant, il ne trouva rien à dire. Quand il lui proposa le futon il ne réussit pas à refuser l'offre. Il était tellement docile au fond. Son oncle disait parfois qu'il était un chien qui suivait quiconque lui montrait un peu d'affection... c'était peut être ça. A moins que la fatigue n'ai juste pris le dessus. 

"C'est moi qui suis désolé..." fit-il, le visage rouge alors qu'il essuyait maladroitement son nez avec sa manche. "J'suis nul..."

Il n'arriva même pas à dire merci. Il ne savait que s'excuser. Il regarda l'adolescent s'enrouler dans le sac de couchage. Assis contre le mur Nobu l'obersva, ses yeux fixés sur la chenille humaine. Sa tête hurlait, martelait. Mais la douleur et les tambours n'étaient plus que sons et sensations étouffés alors qu'il contemplait la fragile silhouette d'Haruki. 

Et il ne bougea pas. Il finit par s'endormir comme ça. Assis contre le mur, ne déroulant même pas le futon. Le dessus des lèvres encore rougis par quelques traces de sang il s'endormit en position assise, comme si de rien était. Il laissa la douleur loin derrière lui. Il enferma tout. 

Il sentait un étrange conflit à l'intérieur de lui. Il avait envie de protéger Haruki. Et il avait cette étrange envie de hurler au monde qu'il connaissait un tokusatsu. Mais l'adolescent en face de lui n'était pas seulement Pinku no Hana. Il était un garçon blessé qui se battait contre des créatures dégoûtantes et répugnantes. 

Non. Il ne dévoilerait jamais les secrets d'Haruki. Même sous la torture. 

Il en fit le serment. 

Alors, lorsqu'il se réveilla et qu'il se rendit compte qu'aucun d'eux n'avaient bougés pendant plusieurs heures, il eut un maigre sourire et il se redressa, le corps raide et douloureux. Pendant encore quelques minutes il observa l'étrange humain enroulé sur lui même et se rendit compte que, même dans son sommeil, il n'avait pas l'air appaisé. Lèvres pincées et sourcils froncés, Nobu sortit sans bruits, sur la pointe des pieds. Pour ne pas le réveiller. 

Il aurait pu lui voler ses figurines, ses posters, ses mangas... il y avait nombres de choses qui l'aurait intéressé. Mais non. Pourtant il était prêt à faire quelque chose de bien plus contre nature. Il mit ses mains dans ses poches et vérifia qu'il avait tout ses effets personnels.

"Pour Pinku no Hana..." souffla-t-il en se mordant les lèvres. 

Jamais il n'aurait fait ça pour personne. Mais Haruki était différent. Il était spécial. Beaucoup plus que quiconque ne l'aurait crut. Nobu réajusta son foulard et se mit à courir dans les rues bruyantes alors que le soleil était déjà très haut. Il allait faire quelque chose qu'il n'aurait sans doute jamais fait même pour sa propre mère....

Il dépensa de l'argent pour de la nourriture. De la vraie nourriture. 

Il prit des plateau repas au kombini d'à côté. Les plus chers. Ceux avec des légumes et de la viande. Il pris aussi des fruits, du lait... il remplis deux sacs et il fit le chemin inverse, ses bras plus habitués à porter des sacs de goodies et de jeux que de nourriture. 

Il retourna dans le petit appartement et déballa tout ça dans la mini cuisine. Il se sentait con. Il avait l'estomac serré d'avoir dépensé de l'argent pour de la nourriture... mais il ne le regrettait pas. Le jeu qu'il avait eu l'intention d'acheter aujourd'hui... il l'achèterais une autre fois. 

Haruki était spécial. Au point que même Nobu était prêt à dépenser de l'argent.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tokusatsu.forum-pro.fr/t186-yamada-nobu-la-vie-est-trop-courte-pour-se-tuer-a-travailler http://tokusatsu.forum-pro.fr/t187-nobu-le-totaku-ultime
avatar


 
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Tout ça pour un mouchoir ?    Dim 30 Aoû - 17:22


Il ouvrit un œil en entendant la porte se refermer, extirpé du sommeil par le bruit qu'il n'identifia pas immédiatement, un peu perdu. Allongé sur le ventre, les bras croisés sous sa tête, il releva le visage pour voir le soleil briller entre les stores qu'il n'avait pas fermé la veille. Le soleil ? Oh merde !
Il se redressa brutalement, sautillant bêtement pour s'extirper du sac de couchage, attrapant son portable sur le bureau, qui indiquait onze heures cinquante. Il se frappa le front, se laissant retomber mollement sur le parquet, sur son duvet. Il n'était plus la peine de courir en cours à présent, c'était fichu.
Poussant un soupir, Haruki regarda autour de lui, ne voyant Nobu nul part. Aucun bruit non plus indiquant qu'il puisse s'être simplement éclipsé aux toilettes. C'était peut-être pas plus mal. Alors, se relevant en s'étirant, s'en voulant d'avoir séché les cours, se sentant poisseux à cause de la chaleur. Il irait peut-être faire quelques courses après ça. Il se sentait vide. Peut-être utiliserait-il ses pourboires pour aller s'acheter un truc... Un ou deux manga... Il alluma machinalement son ordinateur, lançant une playlist de vocaloïd au hasard pour se réveiller, montant un peu le son pour l'entendre depuis la salle de bain.

La douche fraîche acheva de le réveiller, chantonnant les paroles sous la douche, avant d'en sortir - n'ayant pas entendu la porte s'ouvrir à nouveau, à cause de la musique et du bruit de l'eau. Devant son miroir, il prit son temps pour s'appliquer sa lotion et sa crème de jour, tirant un peu sur ses cernes avec un soupir de dépit. Ce soir, heureusement, il ne travaillait pas. Pour peu que la ville soit calme, il pourrait peut-être dormir un peu. Comme l'on était vendredi, il serait en week-end. Tant mieux. Cette idée le mettant de plutôt bonne humeur, il chanta plus fort, révisant de mémoire une chorégraphie au hasard, suivant le rythme de la musique, sortant de la salle de bain en dansant en rythme...
Rejoignant la pièce principale, il se stoppa net, en caleçon rouge et blanc au milieu de son appartement. Dans son dos, bien visible, il y avait un curieux joyau rose vif incrusté dans sa chair, tout entouré d'une sorte de cicatrice. Des cicatrices, d'ailleurs, il en avait plusieurs, des lignes discrètes qui couraient sur ses deux bras, ses deux cuisses et son ventre. Elle étaient peu présentes mais indéniables.
Figé de surprise autant que d'embarras, le rouge lui monta violemment aux joues et il se téléporta littéralement jusqu'à son dressing, se cachant dedans avec un couinement idiot. Planqué au milieu de ses costumes de cosplay, seule sa tête finit par en sortir alors qu'il dévisageait Nobu en cillant avec un air un peu incrédule.

Pourquoi est-ce qu'il était revenu ? Remarquant ce que déballait l'autre garçon, il ouvrit de grands yeux, se sentant rougir encore plus. Rentrant de nouveau la tête dans le placard, il attrapa les premières fringues qui étaient le plus près de lui - un sweat blanc à oreilles de lapin et un pantalon noir - qui ne soient pas du cosplay, il finit par sortir, habillé cette fois, rouge de gêne, ne sachant pas trop quoi dire, les cheveux encore mouillés de sa douche et gouttant dans son cou. Il avait l'habitude de n'être qu'en slip de bain, au club de natation, mais c'était différent dans ce contexte.

L'odeur de nourriture fit grogner son estomac et il s'approcha à pas de loup, appâté par ce qui s'étalait dans la petite cuisine, voyant les plateaux repas, fixant Nobu, encore plus choqué.
"Mais... Mais..." Fit-il bêtement. "Pourquoi..?" La question avait du sens et il avait baissé les yeux sur le parquet, cherchant des réponses à ses hésitations, à l'attitude de l'autre otaku.
"...Merci..." Souffla-t-il finalement, en se détournant pour cacher ses émotions, alors que la musique emplissait les silences.

Merci d'être resté. Ca me fait plaisir.
Mais il n'était pas capable encore de dire cela.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


 
Yamada Nobu
Civils

Messages : 297
Age du perso : 22 ans
Voir le profil de l'utilisateur
Civils
MessageSujet: Re: Tout ça pour un mouchoir ?    Ven 4 Sep - 18:56

Devait-il sortir son téléphone portable ? C'était un dilemme crucial. Un reflexe presque conditionné alors qu'il avait déjà la main dans la poche, tenant le précieux objet technologique, prêt à le dégainer. Le doigt déjà posé sur le bouton du raccourcis de l'appareil photo. C'était inscrit en lui, quand il voyait quelque chose d'intéressant ou d'étrange il photographiait et filmait. Il avait pris cette habitude pour pouvoir au mieux avoir des photos ou des vidéos de tokusatsu en action. Mais la décision était dure à prendre. Parce que si cela rentrait dans le cadre de son obsession des tokusatsu... ce qu'il se passait sous ses yeux n'avait rien à voir avec le combat de Kaijin... non, c'était un adolescent en slip qui dansait dans son appartement, qui ondulait ses hanches masculine comme s'il était une fille. Et qui chantait. Pinku no Hana était en train de chanter en slip devant lui. C'était un scoop. 

Mais en même temps... Haruki n'était pas en armure, ce ne serait qu'une étrange vidéo qu'il ne saurait pas classer dans son ordinateur. Pourtant, dans un geste conditionné, il finit par sortir le petit appareil qui se logeait parfaitement dans sa main. Il le leva et appuya sur le bouton avant de glisser son doigt sur le mode vidéo. Il ne pouvait pas passer à côté d'un tel débordement. Le visage légèrement rouge et les yeux arrondis Nobu se mit à filmer la scène comme le sale voyeur qu'il était. Il avait cependant à peine conscience de ce qu'il faisait, estomaqué d'une telle démonstration. C'était par automatisme qu'il avait agit alors que sa bouche restait légèrement bouche bée devant les mouvements presque lascifs du garçon devant lui.

Pervers. Lui sussura une voix dans le fond de son crâne. Il était en train de filmer un mineur en train de se déhancher à moitié nu, ses yeux ne se détâchant pas des courbes masculines et musclées, de ses cuisses galbées ou de sa chute de rein qui n'avait rien à voir avec celle d'une femme. Il se surpris cependant à ne pouvoir se détâcher des fines cicatrices couvrant les cuisses ou le ventre plat du garçon, mais surtout de l'étrange bijou qui brillait dans le bas du dos, comme incrusté dans la chaire. Une nouvelle mode ? Il n'en avait jamais entendu parlé. 

Une minute. Un brève petite minute. A moins que ce ne soit que quelques secondes. Haruki se retourna et croisa son regard. Par autant de réflèxe, le portable disparut aussi rapidement qu'il était apparut. l'otaku rougit bêtement et se remit à ranger les courses comme il pouvait alors qu'il entendait le garçon s'affairer dans son placard, cherchant sans doute désespérement à s'habiller. C'était vraiment étrange. Il avait toujours un peu de mal à réaliser que c'était bien Pinku no Hana qu'il avait rencontré la veille, chez lui qu'il avait dormi... 

Il déballa les plateaux repas, salivant au même titre que culpabilisant d'avoir utilisé son argent sur quelque chose d'aussi futile que de la nourriture. Mais pour Haruki. Il le ferait. D'autant plus maintenant qu'il avait vu à quel point le frigo de l'adolescent était vide. Il se sentait un peu coupable, il ne mourrait pas littéralement de faim lui même... s'il le voulait vraiment il pourrait dîner avec son oncle plus souvent. Il ne le faisait pas, enfermé dans sa grotte. Refusant plus de contact que nécessaire avec l'homme. 

S'il n'y avait pas eu de musique le silence géné qui régnait entre les deux jeunes hommes aurait pu être encore plus pesant. Nobu n'osa pas trop relever la tête, honteux d'avoir finalement filmé Haruki alors que l'adolescent était visiblement géné d'avoir été vu - ce qui était compréhensible. Cela dit c'était aussi un peu étrange pour Nobu de voir Haruki habillé en "garçon", avec ses lunettes sur le nez et ses cheveux noirs. Il était somme tout... normal. Ca le rassurait un peu quelque part alors qu'il poussait le plateau repas vers lui, un sourire aux lèvres.

"Nan... c'est moi..." fit-il en se grattant l'arrière du crâne. "Tu m'a ramené et invité à dormir chez toi quoi..." il joua avec ses baguettes dans son plateau. "Et tu m'a offert ton mouchoir..." rajouta-t-il, son sourire cette fois-ci beaucoup plus franc et reconnaissant. "Il est vraiment trop trop cool, merci,

Devait-il parler de ce qu'il avait appris ? De Pinku ? Devait-il attendre qu'Haruki lui en parle ? La sociabilisation n'était pas son for mais il doutait que ce soit totalement celui de l'adolescent non plus au vu de ce qu'il s'était passé. Il planta sa baguette dans la salade d'edamame et la tourna lentement, hésitant, avant de se lancer.

"J'dirais rien, hein," fit-il en redressant la tête, le regard sérieux. "Jamais. Promis juré. J'irais raconter à personne que... enfin... tu sais quoi," fit-il, comme si juste prononcer le nom du tokusatsu pourrait ameuter une foule. 

Ce serait son plus grand secret. Et il n'avait aucune intention de le dévoiler.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tokusatsu.forum-pro.fr/t186-yamada-nobu-la-vie-est-trop-courte-pour-se-tuer-a-travailler http://tokusatsu.forum-pro.fr/t187-nobu-le-totaku-ultime
avatar


 
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Tout ça pour un mouchoir ?    Mer 9 Sep - 10:22

C'étai bizarre, d'avoir quelqu'un chez lui. C'était la première fois qu'il invitait quelqu'un - bien qu'en réalité, ce soit plus Hana-chan qui ai invité Nobu que Haruki - et la première fois qu'il n'était pas seul. Il n'avait pas conscience d'avoir été filmé. Heureusement. Il serait mort de honte sur le coup. Il tira sur les manches de son sweat, se mordillant la lèvre inférieure avec nervosité tandis que Nobu déballait les plateaux, faisant de nouveau gronder l'estomac d'Haruki. Il fut rassuré de voir que c'était principalement des légumes et de la viande : sa paranoïa s'apaisa et il réalisa qu'il avait faim. Il n'avait presque rien mangé ces derniers temps. Il n'était pas sûr de pouvoir finir un plateau pareil sans être malade mais il en resterait, comme ça.

Il s'installa près de l'autre garçon sur la table basse - un peu encombrée par des mangas et des emballages vides. Il n'y avait pas beaucoup de place. Il déplaça quelques volumes, un peu gêné. S'emparant des baguettes, il remercia encore : "Merci pour le repas. Bon appétit."
La mention du mouchoir le fit un peu rosir et il se concentra sur la nourriture.
"Ce n'est pas grand chose, vraiment. Je l'avais fait pour m'occuper les mains l'autre jour... Je suis content qu'il te plaise."
Avant de trop rougir, il mâcha un peu d'edamame, savourant l'amertume sur sa langue et le goût acide de la sauce.

Quand Nobu lui assura qu'il ne dirait rien, Haruki répondit doucement : "Je sais. Hana ne t'aurais pas fait venir, si tu avais été une menace pour nous." Parler à quelqu'un de l'entité qui habitait son esprit depuis qu'il avait son magatama était étrange : il n'avait jamais rencontré quiconque sachant son secret. "Elle analyse toujours les gens, au cas où je serais en danger." Il y avait dans la voix d'Haruki une tendresse un peu rêveuse, comme s'il parlait de sa petite amie, ou plutôt d'une grande sœur un peu incestueuse qui surveillerait sa vie avec une autorité bienveillante. Il n'était jamais vraiment seul, puisque l'entité était dans son esprit, communiquant aisément avec celui qui était son porteur depuis deux ans. C'était peut-être pour cela qu'il ressentait moins le besoin d'avoir des amis. Cela et le fait de devoir toujours leur mentir.

Le rouleau avec le dessin reposait sur son bureau et il songea qu'il le ferait encadrer. C'était un fanart d'autant plus précieux : il représentait aussi Melolon et il avait envie de pleurer rien qu'en repensant à lui. C'était finalement, un vrai chagrin d'amour.
"Je suis désolé, d'avoir pleuré hier." Fit Haruki en rougissant, tout en finissant la salade, appréciant le geste de Nobu de leur avoir ramené à manger. Penser à Melo lui nouait la gorge.
"Ca me fait juste bizarre, j'avais l'habitude d'être seule pour combattre mais il va me manquer." Il poussa un soupir, buvant quelques gorgées d'eau.
"Je ne connais pas grand monde, à part les gens de ma classe et de mon club mais... Je n'ai pas d'amis. J'ai toujours peur qu'il sachent qui je suis."
Il regarda un peu ailleurs. Sa vie semblait un peu pathétique, vue sous cet angle.
"Mais peut-être qu'on pourrait... Toi et moi..." Il marqua une pause, rougissant de plus belle, tirant de nouveau sur les manche de son sweat aux oreilles de lapin. "On pourrait... Se revoir des fois et..." Il se sentait idiot et il détourna les yeux en se mâchouillant la lèvre inférieure. "Etre amis ?" Son estomac était noué. Il n'avait jamais eu d'amis, avant. Parce que Haru-Buta, Haruki le gros cochon, n'était pas aimé. Puis ensuite, dans son nouveau lycée, il s'était appliqué à ne laisser personne l'approcher.

Mais Nobu... C'était un Totaku. Ca faisait longtemps qu'il suivait son blog sur T-Booru, qu'il lisait ses fanfics et commentait ses fanarts ( avec son compte anonyme). C'était comme le connaître déjà un peu. Il ne savait pas grand chose du vrai Nobu, à par qu'il allait dans des bars à travestis et qu'il saignait souvent du nez. Mais Hana l'avait fait entrer chez eux. Alors peut-être... Mais Haruki se rendit compte après cette proposition qu'il était peut-être vraiment trop bizarre pour avoir un ami...
Revenir en haut Aller en bas
avatar


 
Yamada Nobu
Civils

Messages : 297
Age du perso : 22 ans
Voir le profil de l'utilisateur
Civils
MessageSujet: Re: Tout ça pour un mouchoir ?    Mar 22 Sep - 20:04

C'était un peu étrange de partager ainsi ce déjeuner. Dans la petite chambre de cette personne qu'il admirait depuis bien longtemps, au milieu de ses mangas et autres goodies dont il reconnaissait la valeur de beaucoup d'entre eux. Mais aussi parce que Nobu n'avait pas l'habitude d'aller chez les autres. Il quittait rarement sa chambre et principalement pour aller en convention ou dans les magasins quand il ne pouvait pas commander ce qu'il voulait sur internet. Alors forcément... partager un repas avec quelqu'un dans un lieu privé... c'était étrange. Cela lui donnait une impression de nouveauté, de première fois... alors que, très certainement il l'avait déjà fait auparavant... ? N'est-ce pas ? A moins qu'être en compagnie d'Haruki le perturbe au point de créer de nouveaux repères dans sa vie. 

Ils étaient un peu maladroit tous les deux alors qu'ils mangeaient tranquillement. Mais même s'il ne parlait pas beaucoup pour l'instant, il écoutait avec curiosité alors que l'adolescent à ses côtés semblait parler de son armure comme si elle avait une identité propre... c'était étrange. Une baguette dans la bouche il pencha la tête sur le côté, les yeux brillants de curiosité.

"Hana ? Ton armure te parle ? Elle a sa propre identité ? Comment ça marche ? Est-ce que c'est genre comme dans un animé ?" voilà qu'il se mettait à poser des questions. 

Apprendre les secrets de Pinku no Hana... cela lui donnait une étrange impression. Il était excité, il se sentait privilégié ! Mais étrangement il se sentait un peu oppressé d'avoir ce secret sur les épaules. Mais il le garderait précieusement, il n'étiat pas du genre à raconter à n'importe qui ce qu'il savait... et même s'il le hurlait sur le forum, qui donc le croirait ? 

Cela dit, ses interrogations n'eurent pas le temps d'avoir de réponses alors que sa curiosité était soudain freinée par le grand adolescent qui regardait son plateau, ses cheveux tombant sur ses lunettes. Il avait l'air tellement... normal. Terriblement normal. Et pourtant. 

Nobu rougit en triturant la nourriture devant lui. Il ne savait pas quoi répondre à Haruki. Il n'était pas doué avec les mots qui sortaient de sa bouche. L'entendre parler de Melolon, de sa solitude... que pouvait-il dire ? Dans un coin de sa tête il avait l'impression d'être dans un drama, le solitaire héro face à... un otaku ? Drôle de scénario. Il se sentait puérile et pourtant aussi touché par ce garçon, finalement si seul avec autant de responsabilité sur le dos. Il surpassait presque toutes ses fanfictions...

Ami. 

Les baguettes de Nobu lui échappèrent et tombèrent dans un bruit de plastique sur la petite table. Ami ? Il voulait qu'ils soient... ? Pour de vrai ? Une teinte pivoine s'emparra du visage du jeune homme dont les mains se posèrent bruyament sur la table alors qu'il se redressait sur ses genoux. 

"Amis ?!" répéta-t-il, sa voix plus forte qu'il ne l'avait voulue. 

Sous l'air un peu effrayé d'Haruki et le geste de retrait qu'il avait l'air de commencer à faire, Nobu pris les devants et saisit l'un des poignets du garçon qui en lâcha sa baguette à son tour. 

"Tu veux vraiment être mon ami ? Pour de vrai ?" demanda-t-il, les yeux remplis d'étoiles alors qu'un sourire illumina soudain son visage. 

Ami avec Pinku no Hana. C'était plus que ce qu'il n'avait jamais rêvé. 

"Moi je veux trop être ton ami ! T'a trop de trucs trop cool dans ton appart ! Et puis..." il se rendit compte qu'il serrait sans doute un peu fort le poignet d'Haruki et le lâcha soudainement, récupérant ses mains sur ses genoux alors qu'il se rasseyait correctement. "D... désolé... j'espère que je ne t'ai pas fait mal..." balbutia-t-il en triturant ses mains sur ses genoux. "Je... je veux bien être ton ami... et je serais toujours là pour te soutenir quand t'en aura besoin ! Et je garderais ton secret ! Et tu pourra me parler de tout ce que tu veux et... " il se passa une main dans les cheveux et eut un rire géné alors qu'il se rendait compte de ce qu'il était en train de dire. "Pardon.. je dis n'importe quoi... je suis tellement excité... j'aurais jamais cru que... enfin... tu vois," 

Son coeur faisait des bonds dans sa poitrine. C'était tellement inespéré. Jamais il n'aurait crut que quelque chose comme ça arriverait pour de vrai. En dehors de toutes ses fictions et ses dessins. Il ne rêvait pas. En tout cas il l'espérait.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tokusatsu.forum-pro.fr/t186-yamada-nobu-la-vie-est-trop-courte-pour-se-tuer-a-travailler http://tokusatsu.forum-pro.fr/t187-nobu-le-totaku-ultime



 
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Tout ça pour un mouchoir ?    

Revenir en haut Aller en bas
 
Tout ça pour un mouchoir ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tout ça... Pour ça?! [PV Drago Malefoy]
» Maintenant que tu sais tout de moi, dis moi tout de toi | Hayden [Done.]
» (TERMINE) [THEME] Tout ça, pour ça... [PV Solstice]
» Super grande bataille ( tous ceux qui peuvent chasser de tous Clan+ BLAIREAUX)
» [FB] Les ennemis de mes ennemis... peuvent parfois ressembler à des amis [PV Red]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tokusatsu!! :: Le Foyer :: Les Archives :: Archives RP-